Abbas menace de mettre fin aux accords avec Israël
Rechercher

Abbas menace de mettre fin aux accords avec Israël

Les Palestiniens sont néanmoins prêts à des négociations, à condition qu'Israël arrête la construction des implantations et libére des prisonniers

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant un discours pendant un déjeuner de Noël avec des membres de la communauté chrétienne orthodoxe à Bethléem, le 6 janvier 2016 (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant un discours pendant un déjeuner de Noël avec des membres de la communauté chrétienne orthodoxe à Bethléem, le 6 janvier 2016 (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré samedi que l’AP cesserait de respecter ses accords avec Israël si Jérusalem « continue à être la seule à les violer. »

Abbas avait précédemment menacé d’annuler les accords des Palestiniens avec Israël dans le cadre des accords d’Oslo lors d’un discours en septembre devant les Nations unies.

« Tant qu’Israël refuse de respecter les accords signés avec nous, de cesser la construction de colonies et de libérer les prisonniers, Israël ne nous laisse pas d’autre choix que d’insister sur le fait que nous ne resterons pas les seuls tenus par ces accords », avait déclaré Abbas à l’Assemblée générale de l’ONU à New York.

Parlant à la presse arabe, Abbas a déclaré que, malgré la poursuite des violences entre Israéliens et Palestiniens, l’Autorité palestinienne était « prête à s’engager dans des négociations avec le gouvernement israélien, à la condition que ce dernier cesse la construction de colonies et de libère le quatrième lot de prisonniers » – qui devaient être libérés dans le cadre des pourparlers de paix qui ont été rompus en avril 2014.

Israël avait refusé de libérer le dernier groupe alors que les pourparlers avaient échoué cette année-là, contestant avoir jamais accepté de libérer des Arabes israéliens, et notant que l’ensembe des libérations a été convenu dans le cadre d’un effort pour faciliter les négociations, et blâmant l’Autorité palestinienne pour l’échec de ces pourparlers.

Abbas a réaffirmé que les Palestiniens ne céderaient pas sur Jérusalem comme capitale de leur futur Etat, en disant « celui qui accepte un Etat palestinien sans Jérusalem-Est comme capitale est un traître. »

Abbas a déclaré jeudi qu’Israël n’a pas donné suite à une initiative palestinienne pour une rencontre au sommet avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Dans une conversation avec des journalistes israéliens au siège de l’Autorité palestinienne à Ramallah, Abbas avait dit qu’il avait tenté d’initier une rencontre entre deux hauts responsables palestiniens et deux de leurs homologues israéliens pour préparer le sommet entre lui et Netanyahu.

C’était il y a deux mois, a déclaré le dirigeant palestinien, « Mais depuis, on n’a rien entendu du côté israélien. »

Le bureau de Netanyahu a rejeté l’affirmation d’Abbas.

« Cela n’est pas vrai, » a déclaré une source au bureau du Premier ministre. « Il s’agit d’une tentative d’Abbas pour échapper à la responsabilité de l’absence de pourparlers. Encore aujourd’hui à Davos, Netanyahu a appelé Abbas à venir négocier sans conditions préalables ».

Abbas, lui aussi, a réitéré jeudi son propre appel à reprendre les négociations, mais a dit qu’il ne reviendrait pas sur sa demande qu’Israël gèle la construction des implantations pendant les pourparlers.

« Au-delà de cela, » a-t-il dit, « nous exigeons qu’Israël respecte les accords qu’il a signés, y compris l’accord consistant à libérer 104 prisonniers, que Netanyahu avait accepté au téléphone avec John Kerry lorsque [Kerry] était dans mon bureau à Ramallah. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...