Abbas promet de payer les terroristes jusqu’aux « derniers centimes » de l’AP
Rechercher

Abbas promet de payer les terroristes jusqu’aux « derniers centimes » de l’AP

Le chef palestinien a affirmé que "les prisonniers et les martyrs sont des étoiles dans les cieux du combat palestinien et ils ont la priorité en tout"

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une réunion des dirigeants palestiniens dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 25 juillet 2017 (Crédit : AFP / Abbas Momani)
Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une réunion des dirigeants palestiniens dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 25 juillet 2017 (Crédit : AFP / Abbas Momani)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a dit lundi que l’AP continuera à verser les salaires aux familles des prisonniers sécuritaires palestiniens et des terroristes tués même si elle doit, pour cela, dépenser ses derniers centimes.

« Nous n’accepterons pas une réduction ou un abandon des indemnités versées aux familles des martyrs et des prisonniers, comme certains tentent de nous obliger à le faire », a-t-il dit aux représentants d’un groupe de défense des détenus palestiniens.

Israël appelle depuis des années les Palestiniens à mettre un terme au versement de ces indemnités qui bénéficient approximativement à 35 000 familles de Palestiniens tués, blessés, ou emprisonnés dans le conflit avec Israël et dont un grand nombre sont accusés d’implication dans des activités terroristes. Ces paiements encouragent la violence, martèle Israël.

Au début du mois, le Knesset a adopté une loi prévoyant de réduire les fonds transférés par Israël à l’AP du montant correspondant aux sommes dépensées par Ramallah en faveur des terroristes condamnés et des familles des Palestiniens tués durant des attentats.

Mais Abbas est resté intraitable.

« Même s’il ne devait nous rester qu’un seul centime, nous le donnerions aux martyrs, aux prisonniers et à leurs familles », a-t-il déclaré lundi.

« Nous considérons les détenus et les martyrs comme des planètes et des étoiles dans les cieux du combat palestinien et ils auront la priorité en tout », a-t-il ajouté.

Il a également fait l’éloge du mouvement des prisonniers, disant qu’il « ouvre la voie à l’indépendance de la Palestine ».

Jibril Rajoub, cadre du Fatah et président de la Fédération palestinienne de football à Ramallah, en Cisjordanie, le 12 octobre 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Lors de la même réunion, le haut-responsable du Fatah Jibril Rajoub, ancien chef des forces de sécurité préventives en Cisjordanie, a salué Abbas pour la fermeté de son positionnement.

« Vous êtes sous une forte pression visant à ne pas placer dans vos priorités la question des martyrs et des prisonniers », a-t-il dit, « mais votre détermination à considérer leur cause comme une priorité sans égal reflète l’importance qu’a, dans votre esprit, la souffrance des prisonniers ».

Immédiatement après l’adoption, au début du mois, de la nouvelle loi israélienne, Abbas avait déclaré que l’AP « n’autorisera personne à intervenir dans l’argent que nous payons aux familles des martyrs et des prisonniers auquel Israël s’oppose ».

Les Palestiniens affirment que le nombre de personnes concernées par le versement de ces allocations et qui sont impliquées dans des attentats meurtriers ne sont qu’une petite fraction de ceux qui sont aidés par ce fonds particulier. Ils indiquent que les revenus fiscaux collectés par Israël pour eux, dans le cadre des accords de paix passés, leur reviennent et que l’AP a des responsabilités à assumer envers tous ses citoyens, comme n’importe quel autre gouvernement.

Ces indemnités représentent approximativement 330 millions de dollars, soit environ 7 % du budget de l’AP en 2018, qui s’élève à cinq milliards de dollars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...