Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Amy Spitalnick, avocate au procès de Charlottesville, nommée cheffe du Jewish Council for Public Affairs

La militante progressiste a déclaré que le monde juif doit s'unir dans le cadre d'une "lutte plus large pour la démocratie"

Amy Spitalnick (Crédit : via JTA)
Amy Spitalnick (Crédit : via JTA)

WASHINGTON (JTA) – Le Jewish Council for Public Affairs (JCPA) a choisi Amy Spitalnick, qui a mené avec succès un procès de plusieurs millions de dollars contre des néo-nazis, comme sa prochaine directrice-générale.

Cette décision est un signe que le JCPA poursuit une approche libérale plus affirmée. Pendant près de 80 ans, elle a chapeauté des groupes locaux de relations avec la communauté juive et était affiliée aux Jewish Federations of North America (JFNA), qui ont toujours été guidés par le consensus au sein des communautés juives locales. Mais en décembre, elle s’est dissociée des JFNA et a changé de nom pour devenir un groupe plus explicitement progressiste.

Le communiqué annonçant l’embauche de Spitalnick a souligné son travail à la tête de Integrity First for America, une organisation à but non lucratif qui a soutenu un procès réussi contre les organisateurs de la marche néo-nazie meurtrière de Charlottesville, en Virginie, en 2017. La déclaration met l’accent sur la lutte pour la démocratie contre la haine comme une priorité, et qualifie Spitalnick de « voix nationale puissante sur les questions de démocratie, d’antisémitisme, d’extrémisme et de haine ».

Spitalnick, âgée de 37 ans, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency qu’elle se concentrerait sur la création de relations avec d’autres communautés vulnérables à la haine et à l’érosion de la démocratie.

« Il faut une organisation qui admette sans réserve que la sécurité des Juifs est intimement liée à celle des autres communautés et à quel point tout cela est lié à une lutte plus large pour la démocratie en ce moment, et qui construise les types de coalitions au sein des communautés et entre elles qui sont essentielles pour faire avancer les choses », a-t-elle déclaré.

« L’organisation restera non partisane », a précisé Spitalnick, mais elle n’a pas caché qu’elle s’opposait particulièrement à de nombreux thèmes colportés par les républicains, notamment par l’ancien président Donald Trump, qui est l’un des principaux candidats à l’investiture républicaine pour 2024.

Roberta Kaplan, à droite, avocate principale dans l’affaire Sines v. Kessler, et Amy Spitalnick, directrice exécutive de Integrity First for America, l’organisation à but non lucratif qui finance le procès, posent pour une photo à Atherton, en Californie, le 12 novembre 2019. (Crédit : AP Photo/D. Ross Cameron)

« Nous sommes aux prises avec une vague d’extrémisme antidémocratique qui est profondément liée à la montée du sectarisme et de la haine », a déclaré Spitalnick. « Nous le voyons sous de nombreuses formes : nous le voyons avec les attaques contre les immigrés et la façon dont tant de théories du complot qui sous-tendent, par exemple, les mensonges électoraux, utilisent des théories du complot anti-immigrés et antisémites. Nous le voyons avec les attaques contre la communauté transgenre et les spectacles de travestis, où, par exemple, les néo-nazis utilisent ces attaques et ces points chauds pour recruter activement pour leur haine antisémite violente. »

Spitalnick a été responsable de la communication à J Street, le lobby libéral israélien, avant d’entrer dans le monde agité de la politique new-yorkaise en tant que directrice de la communication du maire Bill DeBlasio, puis dans le bureau du procureur général de l’État. L’année dernière, elle a été nommée directrice d’un autre groupe juif progressiste, Bend the Arc, mais a finalement refusé le poste.

Elle a acquis la réputation de donner le meilleur d’elle-même face aux critiques et aux rivaux de ses patrons. Un échange de courriels qu’elle a eu avec Tucker Carlson en 2015 a fait la Une des journaux lorsque Carlson et ses collègues l’ont critiquée en utilisant un langage misogyne et vulgaire.

La semaine dernière, elle a fait preuve d’une franchise caractéristique après le renvoi de Carlson de Fox News, qui avait l’habitude de s’exprimer avec une terminologie à connotation raciste. « Lorsque les journalistes écrivent l’histoire de Tucker Carlson, ne passez pas sous silence qui il est », a-t-elle écrit sur Twitter. « C’est un suprémaciste blanc enragé, un misogyne et un bigot qui a fait plus pour normaliser l’extrémisme violent et la haine au cours des dernières années que presque n’importe qui d’autre. »

Le style de Spitalnick s’éloigne nettement du ton que l’organisation, vieille de 79 ans, avait adopté jusqu’en décembre, lorsqu’elle a annoncé un divorce à l’amiable avec les JFNA et l’accent qu’elle mettait sur le consensus. Cela signifie également que le groupe sera dirigé par une femme, ce qui est rare parmi les grandes organisations juives nationales.

« Cela fait maintenant deux femmes à la tête d’organisations juives traditionnelles », a déclaré Sheila Katz, PDG du National Council of Jewish Women (NCJW). « Je me réjouis à l’idée d’avoir de bons ennuis ensemble alors que nous poussons les organisations et les dirigeants juifs vers la justice. »

Sheila Katz, PDG du National Council of Jewish Women. (Crédit : NCJW)

Fondé en 1944 sous le nom de National Jewish Community Relations Advisory Council (Conseil consultatif national des relations avec la communauté juive) – le JCPA a changé de nom en 1997 – ce groupe historique a été à l’avant-garde de la défense de la communauté juive pendant des dizaines d’années, qu’il s’agisse du sauvetage des Juifs d’Europe, de l’ouverture de l’immigration pour permettre aux réfugiés d’entrer aux États-Unis, de la coalition pour les droits civiques des Noirs et des Juifs, de la défense pro-Israël ou de la défense des Juifs de l’Union soviétique. Elle est financée par les cotisations versées par des dizaines de conseils locaux de relations avec la communauté juive et par 16 groupes juifs nationaux.

Ces dernières années, alors que la population américaine – et juive américaine – était de plus en plus polarisée politiquement, la structure consensuelle du JCPA a rendu de plus en plus difficile la prise de positions notables sur les questions d’actualité.

La décision prise par le groupe en 2020 de signer une déclaration reconnaissant Black Lives Matter comme un organisme de premier plan en matière de droits civiques a marqué un tournant. Les responsables des JFNA, qui assuraient à l’époque une grande partie du financement du JCPA, ont estimé qu’il était imprudent de soutenir un mouvement méprisé par la plupart des républicains et qui a été accusé de s’opposer farouchement à Israël.

Les défenseurs du JCPA ont estimé que ce changement aurait pour effet de placer les relations avec la communauté juive sous la responsabilité des grands donateurs, qui ont tendance à être plus conservateurs que les membres de la base.

Au lieu de cela, le président actuel, David Bohm, a pris la tête d’une scission avec les JFNA qui garantirait l’indépendance du JCPA. Bohm et l’un de ses prédécesseurs, Lois Frank, se sont joints à l’UJA-Federation of New York pour fournir un apport substantiel de fonds qui permettrait au JCPA de fonctionner pendant trois ans.

Cela a conduit au divorce avec les JFNA et à la fin des cotisations qui étaient versées à l’organisation par les groupes locaux et nationaux. Un responsable du JCPA a déclaré que Spitalnick devrait diversifier la base de financement et qu’il n’exclut pas un retour à la formule des cotisations.

Le président sortant du Jewish Council for Public Affairs, le rabbin Steve Gutow, lors du plénum du JCPA à Washington, en 2013. (Crédit : Wikimedia)

Libérée de la crainte de s’aliéner une multitude de parties prenantes, l’annonce faite en décembre présentait deux volets qui situaient solidement le JCPA dans le camp libéral. L’un porterait sur « le droit de vote, l’intégrité des élections, la désinformation, l’extrémisme en tant que menace pour la démocratie et l’éducation civique ». L’autre se concentrerait sur « la justice raciale, la réforme de la justice pénale et la violence armée, les droits des LGBTQ, les droits à l’immigration, les droits liés à la procréation et la lutte contre la violence à caractère haineux ».

En restructurant le JCPA, Bohm a fait appel aux dirigeants de deux conseils locaux de relations communautaires, Jeremy Burton (Boston) et Maharat Rori Picker Neiss (St. Louis), qui avaient précédemment déclaré que l’ancienne structure – et ses inhibitions – les rendait de moins en moins pertinentes. L’annonce faite cette semaine par le JCPA s’accompagne de citations de Neiss et de Burton qui ne tarissent pas d’éloges à l’égard de Spitalnick. Le Jewish Community Relations Council (JCRC) de San Francisco a également été consulté sur la restructuration.

« Grâce à son engagement inébranlable en faveur de la justice sociale et à son leadership avéré en matière de défense des politiques publiques, Amy est prête à ouvrir une nouvelle ère de progrès et d’impact pour le Jewish Council for Public Affairs », a déclaré Neiss.

Le communiqué indique que le JCPA continuera à « soutenir un État d’Israël démocratique, juif et sûr », mais n’aborde pas les divisions sur la démocratie et le système judiciaire qui agitent actuellement le pays et ses partisans à l’étranger. Il n’a pas non plus abordé l’érosion du soutien à Israël au sein de la gauche américaine, à une époque où les gouvernements israéliens ont de plus en plus tendance à se radicaliser.

Interrogé sur les différences entre la communauté juive et les autres communautés au sujet d’Israël, Spitalnick a déclaré qu’il était important de ne pas exclure les autres communautés. « Cela signifie qu’il faut travailler au-delà de ces différences lorsque c’est possible, et construire ces relations, et parfois cela signifie rester à la table même si nous avons des désaccords fondamentaux », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.