Antisémitisme : Des élus du Labour réclament de la transparence
Rechercher

Antisémitisme : Des élus du Labour réclament de la transparence

La secrétaire Jennie Formby est accusée d'avoir étouffé certaines plaintes mais elle assure que de efforts ont été réalisés

Le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn quitte la tribune après un discours à la Queens University de Belfast, en Irlande du nord, le 24 mai 2018 (Crédit : Jeff J. Mitchell/Getty Images via JTA)
Le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn quitte la tribune après un discours à la Queens University de Belfast, en Irlande du nord, le 24 mai 2018 (Crédit : Jeff J. Mitchell/Getty Images via JTA)

Lundi, les élus travaillistes britanniques ont adopté à l’unanimité une motion réclamant que les chefs du parti fournissent des données détaillées et écrites sur la gestion des plaintes pour antisémitisme au sein de la formation, après que certains élus ont accusé les hauts-responsables du parti d’en étouffer certaines.

Cette motion interne a été adoptée lors de la réunion hebdomadaire du Labour à la chambre basse après des tensions intérieures sur la question.

La motion a appelé « les dirigeants du parti à gérer de manière appropriée les affaires d’antisémitisme, ne pas le faire risquant de donner l’impression que l’antisémitisme est normalisé au sein du parti et que ce dernier serait institutionnellement antisémite ».

Dans une tribune publiée dans le Times of London, Luciana Berger, membre juive du Labour, a écrit que la motion « pose certaines questions raisonnables aux dirigeants ».

Ces questions sont entre autres : « quel est le nombre d’affaires d’antisémitisme qui ont été traitées ? Quel est le nombre d’affaires en attente à chaque étape du processus disciplinaire, et quand sera-t-il achevé ? Combien de personnes travaillent sur ces affaires ? Quelles organisations juives ont été consultées ? ».

La motion demande aussi aux dirigeants du parti de s’engager sur le calendrier d’une publication du très attendu code de conduite sur l’antisémitisme.

Luciana Berger, députée juive, qui dirige le Mouvement travailliste juif (Capture d’écran YouTube).

Au cour de l’année écoulée, écrit Berger, « on a eu l’impression d’avoir fait marche arrière » dans la lutte contre l’antisémitisme au sein du Labour.

Lors du meeting, décrit par le quotidien The Guardian comme « tendu », des députés, dont Margaret Hodge, Ruth Smeeth et Catherine McKinnell ont accusé la Secrétaire générale du parti Jennie Formby d’avoir étouffé le nombre de plaintes reçues par les institutions de la formation sur les abus et menaces antisémites.

Hodge a déclaré aux journalistes devant la salle de réunion que « la résolution a été soutenue par l’ensemble du parti travailliste et la secrétaire-générale du Labour a déclaré ensuite qu’elle n’était pas prête à nous donner les informations requises par la motion. Je pense que si vous voulez vous débarrasser du cancer de l’antisémitisme au sein du parti travailliste, il faut une transparence complète. Elle a refusé de le faire. Le message de Jennie était vague », selon des propos rapportés par The Guardian.

Dans un communiqué diffusé avant la rencontre, Formby avait reconnu qu’il y avait un problème mais que des efforts avaient été déployés.

« J’ai été témoin du fait que les procédures de plaintes n’étaient pas adaptées, que des affaires anciennes n’avaient pas été traitées alors que de nouvelles affaires étaient enregistrées, notamment en liaison avec les clichés antisémites et théories du complot scandaleux, également sur les réseaux sociaux », a indiqué le communiqué.

En 2015, Jeremy Corbyn, un politicien d’extrême-gauche qui avait qualifié les groupes terroristes du Hezbollah et du Hamas d’ « amis », a pris la tête du Labour. Corbyn a été accusé d’avoir laissé l’antisémitisme croître au sein des milliers de partisans qui ont rejoint le parti.

Il a démenti ces accusations, promettant de punir ceux qui encouragent le discours raciste. En avril, il avait juré « faire des efforts pour mettre un terme à ces craintes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...