Attaque du Saviz : Israël pourrait se trouver en difficulté contre l’Iran en mer
Rechercher
Analyse

Attaque du Saviz : Israël pourrait se trouver en difficulté contre l’Iran en mer

Jérusalem semble s'enfoncer dans une bataille navale avec Téhéran en mer Rouge et en étant vulnérable dans le golfe persique, sans garantie que les USA interviennent pour l'aider

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Une embarcation suspecte à la poupe du navire iranien "Saviz" en mer Rouge en 2018. (Capture d'écran vidéo d'Al Arabiya/File)
Une embarcation suspecte à la poupe du navire iranien "Saviz" en mer Rouge en 2018. (Capture d'écran vidéo d'Al Arabiya/File)

Début mars, après qu’un navire appartenant à Israël a été endommagé par des mines à patelle dans le golfe d’Oman, le Times of Israel a écrit qu’“Israël pourrait envoyer son propre message en ciblant un navire iranien en mer Rouge, comme le Saviz”.

Mardi dernier, Israël aurait fait exactement cela, en attaquant ce même navire iranien, avec ses propres mines magnétiques, selon les informations.

Comme détaillé dans cet article paru il y a un mois, « depuis 2017, les Saoudiens ont allégué que le Saviz servait de base maritime et de point de transbordement d’armes pour le [Corps des Gardiens de la Révolution islamique – GRI]. »

À bien des égards, le Saviz était la cible parfaite. Après que la lutte maritime secrète entre Israël et l’Iran a éclaté au grand jour cette année, Téhéran faisant preuve d’une nouvelle audace dans ses attaques contre des navires appartenant à Israël, ce dernier devait répondre d’une manière qui enverrait un message clair.

Mais ce faisant, Israël risque de s’engager dans un combat dans lequel il présente des vulnérabilités flagrantes. Il risque également d’irriter une administration américaine désireuse de relancer les négociations nucléaires avec l’Iran, négociations qui pourraient être sabordées si la lutte entre l’Iran et ses ennemis régionaux s’intensifie.

Le vaisseau mère du GRI

Le Saviz, ancré dans les eaux internationales au large de l’archipel érythréen de Dahlak, était vulnérable et relativement proche d’Israël. À cet égard, c’était un choix de cible évident.

Cette photo satellite du 1er octobre 2020 de Planet Labs Inc. montre le cargo iranien MV Saviz dans la mer Rouge, au large des côtes du Yémen. (Planet Labs Inc. via AP)

Le navire – anciennement connu sous les noms d’Azalea, Iran Ocean Candle, Lantana et Ocean Candle – a initialement été placé sous sanctions par le gouvernement américain, mais a été retiré de la liste des navires désignés le 16 janvier 2016, le jour de l’entrée en vigueur de l’accord nucléaire JCPOA de 2015. En avril 2020, le département du Trésor a annoncé que le Saviz était de nouveau sur la liste.

Le « vaisseau-mère », tel que décrit dans un rapport du Washington Institute, a attiré l’attention du public en 2017, lorsque la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite qui combat les rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen a publié un dossier montrant du personnel en uniforme sur le navire ostensiblement civil. Le porte-parole de la coalition, le colonel Turki Al-Maliki, a accusé le Saviz de soutenir les attaques navales des Houthis. En 2018, la chaîne saoudienne Al Arabiya a diffusé des images du navire, ainsi que des vedettes rapides de type Boston Whaler sur le pont, généralement utilisées par la marine du Corps des Gardiens de la Révolution iranienne.

« Il a été équipé de quatre mitrailleuses de calibre 50 qui ont été cachées par l’équipage du navire… » allègue le rapport. « Il dispose également d’un satellite et d’un système de communication militaire très développé ». Les caméras d’Al Arabiya ont filmé l’une des vedettes rapides en train de transférer des équipements d’un navire iranien de passage vers le Saviz.

Le navire s’est également attiré l’ire de la population locale. En novembre 2018, des pêcheurs de la ville yéménite de Taiz ont organisé une manifestation contre le Saviz, le qualifiant de menace pour leur sécurité, selon des sources locales.

Le navire était ancré à quelques kilomètres de l’étroit détroit de Bab al-Mandeb, à l’extrémité sud de la mer Rouge, depuis 2017, et n’a pratiquement pas bougé depuis lors, selon des rapports basés sur la technologie de suivi maritime.

« Il s’agit davantage d’une plate-forme, d’une île flottante, d’une barge, que d’un navire », a déclaré Steffan Watkins, un chercheur privé spécialisé dans les logiciels libres pour la défense, basé au Canada.

Grâce à son emplacement, le Saviz peut surveiller de près les navires, y compris les navires israéliens, qui empruntent cette voie de navigation essentielle. Il est également bien placé pour jouer un rôle de soutien dans les attaques de pétroliers, qui auraient été menées par des mandataires iraniens, dans la région.

Le Saviz n’est certainement pas le seul navire à rôder autour de Bab al-Mandeb.

« De nombreux navires jettent l’ancre et traînent dans cette zone », a déclaré M. Watkins, notamment les navires de sociétés militaires privées qui accompagnent les cargos dans ces eaux dangereuses.

« En vertu du droit international, ils se trouvent dans les eaux internationales, donc personne ne peut leur dire de s’en aller », a déclaré Watkins, qui a commencé à examiner le Saviz en 2017. « On peut les faire exploser, mais on ne peut pas légalement les expulser de cet endroit ».

Dimanche, la société privée d’analyse de photographies par satellite ImageSat International a publié une photo du navire iranien prise plus tôt dans la journée, montrant qu’il n’avait pas bougé depuis l’attaque et qu’il était toujours ancré en mer Rouge, entre le Yémen et l’Érythrée.

La dissuasion et ses limites

Les « opérations en zone grise » sont des actions coercitives et ambiguës menées par des acteurs qui tentent de bouleverser l’ordre régional tout en restant en deçà du seuil qui justifierait une réponse militaire de la part de parties plus fortes. Les armées de l’OTAN les considèrent de plus en plus comme un défi.

Les experts estiment que l’approche de la zone grise est un élément central de la stratégie de sécurité nationale de l’Iran. Les attaques réfutables contre des navires civils s’inscrivent dans la stratégie navale asymétrique plus large de l’Iran.

Une attaque pour laquelle l’attribution est difficile « crée une ambiguïté qui sert les intérêts de l’Iran », a déclaré Anthony Cordesman, titulaire de la chaire Arleigh A. Burke en stratégie au Centre d’études stratégiques et internationales basé à Washington, DC. « Si vous pouvez utiliser des opérations en zone grise pour atteindre vos objectifs sans passer à un conflit plus grave, ce type d’opérations vous offre des avantages et un niveau de sécurité que les combats de plus haute intensité n’offrent pas. Et l’Iran a pratiqué un très large éventail d’attaques ».

Des soldats israéliens surveillent la frontière avec la Syrie depuis un poste militaire sur le plateau du Golan, après une série d’affrontements aériens avec les forces syriennes et iraniennes en Syrie, le 10 février 2018. (Flash90/File)

Une partie de cette campagne se déroule aux portes d’Israël. Alors que la Syrie est dévastée par une guerre civile qui dure depuis dix ans, l’Iran tente d’ouvrir un nouveau front à la frontière. Il a envoyé des forces alliées sur le plateau du Golan syrien pour y installer des infrastructures permettant de mener des attaques contre des cibles israéliennes. L’Iran s’efforce également d’équiper son groupe terroriste mandataire, le Hezbollah, de roquettes de précision, en acheminant des armes au Liban via la Syrie.

Cependant, Israël a fait preuve de compétence pour flairer les actions iraniennes et d’une ferme volonté de les perturber en utilisant la force militaire. L’armée de l’air israélienne a lancé des centaines, voire des milliers, de frappes contre l’Iran et ses mandataires en Syrie et en Irak depuis 2011.

Il y a également eu du théâtre naval dans cette lutte, bien que cela n’ait été mis en lumière que récemment. En mars, le Wall Street Journal a rapporté qu’Israël a ciblé au moins 12 navires à destination de la Syrie, la plupart transportant du pétrole iranien, avec des mines et d’autres armes, à partir de fin 2019.

Le cargo MV Helios Ray, battant pavillon des Bahamas et appartenant à Israël, accoste au terminal de croisière Mina Rashid (Port Rashid) de Dubaï, le 28 février 2021. (Giuseppe CACACE / AFP)

En représailles probables, l’Iran aurait frappé deux navires appartenant à des Israéliens en mars, tous deux dans le golfe d’Oman.

Une réponse israélienne en mer Rouge semble tout à fait plausible, a déclaré Yaakov Amidror, ancien conseiller à la sécurité nationale et chercheur principal au Jerusalem Institute for Strategic Studies.

« C’est un domaine dans lequel Israël sait comment opérer », a-t-il déclaré au Times of Israel.

L’attaque, si Israël en est à l’origine, a également un sens stratégique, a-t-il fait valoir. « La finalité est de faire comprendre aux Iraniens qu’ils ne peuvent pas frapper des navires civils qui ont un lien avec Israël et qui n’ont violé aucune loi internationale », a-t-il dit. « Et s’ils continuent à le faire, alors Israël sait comment opérer très loin de ses frontières ».

« C’est une zone dans laquelle nous ne voulons pas cesser de naviguer… Les Iraniens doivent savoir qu’il y a un prix à payer pour ce type d’actions », a-t-il ajouté.

Yaakov Amidror, ancien conseiller à la sécurité nationale, en octobre 2013. (Crédit : Flash90)

D’autres ne sont pas aussi optimistes quant à l’opération. « Même si au niveau opérationnel, c’est fascinant, mais en essayant d’évaluer quel est l’objectif stratégique, je ne suis pas sûr qu’il soit bien défini », a déclaré le professeur Shaul Chorev, directeur du centre de recherche sur la politique et la stratégie maritimes de l’université de Haïfa. « Il pourrait s’agir d’une sorte de dissuasion pour les GRI de ne pas attaquer à nouveau un navire israélien ».

Mais la dissuasion n’est pas un objectif facile à atteindre ni même à mesurer. Si les opérations israéliennes en Syrie semblent avoir forcé les décideurs de Téhéran à accepter qu’il serait sage d’éviter d’attaquer les soldats et les infrastructures israéliens de l’autre côté de la frontière, le golfe Persique et le golfe d’Oman sont une toute autre histoire. Israël dispose de peu de moyens – hormis des sous-marins – pour y projeter sa puissance, tandis que l’Iran a investi massivement dans la poursuite de son hégémonie sur les mers de son voisinage, qui comprend le détroit d’Ormuz, une voie de navigation tout aussi importante que le Bab el-Mandab.

« L’expérience que nous avons est que les Iraniens n’hésitent pas à s’intensifier dans une zone où la marine israélienne n’a pas la capacité d’opérer », a déclaré Chorev, ancien chef adjoint de la marine israélienne.

L’Iran répondra « certainement » à l’attaque récente d’un navire iranien en mer Rouge, a déclaré la semaine dernière un porte-parole de l’armée de la République islamique.

Partager les mers

Israël ne peut pas mettre ses soldats sur des navires civils israéliens dans le golfe Persique, car ils pourraient être capturés par l’Iran. La solution la plus prometteuse pour Israël consiste à obtenir des garanties de sécurité de la part des États-Unis et des États arabes du Golfe pour protéger les navires israéliens. La décision prise en janvier par le Pentagone d’inclure Israël dans son commandement central permettra à l’État hébreu de travailler plus facilement en étroite collaboration avec la cinquième flotte américaine et ses partenaires arabes dans le golfe Persique.

L’une des pièces maîtresses de la normalisation d’Israël avec les États du Golfe était l’augmentation des échanges commerciaux, en particulier avec la plaque tournante mondiale du transport maritime qu’est Dubaï. Si Israël n’est pas prudent, il pourrait provoquer une escalade qui conduirait à une augmentation des attaques là où l’Iran sait qu’Israël est très vulnérable.

« Cette situation met en danger d’autres navires civils israéliens, et la crainte est que les Iraniens tentent de frapper d’autres navires. Nous devons prendre cela en considération », a déclaré un responsable de la défense à Walla ! news.

Le rapport de force entre Israël et l’Iran en mer Rouge, où le Saviz est ancré, est beaucoup plus équilibré. La base navale israélienne d’Eilat est plus proche du théâtre de la mer Rouge que la base iranienne la plus proche, mais les rebelles houthis soutenus par l’Iran contrôlent le littoral et les îles près du détroit de Bab al-Mandeb. Les Houthis ont pris pour cible des navires civils et militaires depuis leurs bases dans cette région.

Un bateau de la marine israélienne escorte le cargo Klos C (à gauche) dans le port israélien d’Eilat. (Flash90)

La mer Rouge est une zone difficile à gérer pour toute marine. Ses voies maritimes étroites font que les navires naviguent les uns près des autres et près des côtes de pays comme l’Égypte, le Soudan, l’Érythrée et le Yémen, qui ont tous lutté pour imposer leur contrôle sur des pans entiers de leur territoire. Les navires naviguant en mer Rouge sont faciles à suivre en temps réel par les gouvernements et les groupes rebelles.

Pourtant, certains pensent qu’à la lumière de la menace iranienne et des relations commerciales naissantes avec les pays du Golfe, Israël doit améliorer ses compétences en mer Rouge.

« Je pense que la marine devrait déplacer son centre d’activité de la Méditerranée à la mer Rouge », a déclaré M. Chorev.

Cette tâche est plus complexe qu’il n’y paraît. Outre la proximité de groupes hostiles comme les Houthis, Israël doit obtenir l’autorisation de l’Égypte chaque fois qu’il souhaite déplacer des navires de la mer Méditerranée à la mer Rouge en faisant passer un navire de guerre par le canal de Suez.

« Il n’est pas facile d’opérer dans cette zone », a souligné Chorev. « Néanmoins, nous devons le faire. »

La guerre contre la guerre

Le jour même de l’attaque du Saviz, les négociateurs américains et iraniens ont mené des pourparlers indirects à Vienne afin de trouver un moyen de revenir au plan d’action global conjoint de 2015, plus connu sous le nom d’accord sur le nucléaire iranien.

Certains médias israéliens ont suggéré qu’Israël a programmé son opération pour qu’elle coïncide avec les négociations de Vienne, peut-être pour faire savoir à Washington ou à ses partenaires arabes qu’il continuerait à agir contre les menaces iraniennes.

Le secrétaire général adjoint et directeur politique du Service européen d’action extérieure (SEAE), Enrique Mora, (à droite), quitte le Grand Hôtel Wien où se déroulent les négociations nucléaires à huis clos avec l’Iran à Vienne, en Autriche, le 6 avril 2021. (AP Photo/Florian Schroetter)

Amidror a rejeté cette idée du revers de la main. « C’est une absurdité médiatique, voyons. Une opération comme celle-ci se prépare en deux ou trois semaines, personne ne savait quelle serait la date de la réunion. »

Mais il pourrait y avoir un autre lien avec les négociations nucléaires. L’attaque du Saviz a été révélée par une fuite américaine au New York Times. En révélant l’incident, l’administration Biden pourrait bien avoir envoyé un message à Israël pour lui signifier qu’elle désapprouve de telles opérations alors qu’il tente de trouver une formule qui lui permette de réintégrer l’accord nucléaire.

Israël, semble-t-il, ne recule pas. Dimanche matin, on a appris qu’une autre attaque mystérieuse avait eu lieu, cette fois-ci, il s’agissait d’une cyber-attaque visant à saboter la centrale nucléaire de Natanz.

Officiellement, Israël est resté muet, mais dimanche soir, des fuites parvenaient aux médias de langue hébraïque, provenant de sources de renseignement non identifiées – pas de responsables américains à un média américain – selon lesquelles l’agence de renseignement israélienne Mossad était responsable des attaques, ce qui pourrait avoir été conçu comme un message israélien à l’administration Biden indiquant qu’elle ne se laissera pas intimider par le silence de Washington avant les négociations nucléaires.

L’ennemi d’Israël, cependant, n’est pas à Washington, mais à Téhéran, et s’il veut dissuader l’Iran et se sentir en sécurité en naviguant au Moyen-Orient, il devra probablement trouver un moyen de travailler avec l’administration Biden et cesser de faire tanguer la barque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...