Rechercher

Attentat de Jérusalem : descente de Tsahal dans le quartier du terroriste

Des affrontements mineurs ont été signalés dans le camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem-Est pendant les opérations ; le terroriste enseignait dans une école de Jérusalem-Est

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des gardes-frontières israéliens font une descente au domicile d'un terroriste palestinien qui a perpétré une fusillade meurtrière plus tôt dans la journée, dans le camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem-Est, le 21 novembre 2021. (Capture d'écran : al-Qastal)
Des gardes-frontières israéliens font une descente au domicile d'un terroriste palestinien qui a perpétré une fusillade meurtrière plus tôt dans la journée, dans le camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem-Est, le 21 novembre 2021. (Capture d'écran : al-Qastal)

Les forces de sécurité israéliennes ont effectué un raid au domicile de Jérusalem-Est d’un terroriste palestinien qui a tué une personne par balle et en a blessé d’autres lors d’une attaque dans la Vieille Ville de la capitale dans la matinée de dimanche.

Selon les médias palestiniens, plusieurs proches du tireur – Fadi Abu Shkhaydam, membre du Hamas – ont été arrêtés par la police israélienne lors de descentes dans le camp de réfugiés de Shuafat, notamment sa fille, son frère et son neveu.

Un porte-parole de la division de Jérusalem-Est de la police israélienne a déclaré qu’il ne pouvait ni confirmer ni infirmer ces informations, les opérations étant toujours en cours.

La femme d’Abu Shkhaydam et plusieurs de ses enfants ont fui Jérusalem trois jours avant l’attentat et se seraient rendus en Jordanie.

Des images vidéo de Shuafat montrent les forces de sécurité israéliennes entrant dans la maison d’Abu Shkhaydam, tandis que des membres de sa famille crient après eux. Dans au moins un cas, des affrontements de faible intensité ont éclaté lorsque des gardes-frontières israéliens ont arrêté l’un de ses proches.

En plus du raid à son domicile, les officiers de la police israélienne ont également visité l’école secondaire islamique pour garçons où Abu Shkhaydam travaillait, l’école Rashidiya, qui est située juste à l’extérieur de la Vieille Ville.

Fadi Abu Shkhaydam, considéré comme le terroriste qui a tué un civil israélien et en a blessé quatre autres lors d’une fusillade dans la vieille ville de Jérusalem-Est, le dimanche 21 novembre 2021 (Facebook).

Un porte-parole de la municipalité de Jérusalem a confirmé qu’Abu Shkhaydam travaillait à l’école et recevait un salaire de la ville, bien qu’il soit connu des services de sécurité israéliens comme membre du Hamas.

« C’était le meilleur professeur. Il n’a jamais maudit personne, ni mal parlé de personne, sauf les Juifs, que Dieu les brûle », a déclaré à al-Qastal Mustafa Zaattra, résident de Shuafat et élève d’Abu Shkhaydam.

Abu Shkhaydam était membre de l’aile politique du Hamas et a servi comme membre du groupe terroriste dans le camp de réfugiés de Shuafat, selon le Hamas. Il avait cinq enfants : trois fils et deux filles.

« Il se rendait constamment à Al-Aqsa pour préserver la présence musulmane dans ce lieu. Il enseignait à Al-Aqsa, et avait également enseigné le droit religieux islamique dans plusieurs écoles de Jérusalem », a déclaré son oncle à al-Qastal, un site d’information local en langue arabe.

Le porte-parole de Jérusalem a refusé de commenter la façon dont un membre connu d’un groupe terroriste a été autorisé à travailler dans une école municipale. Dans une interview à la radio, le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a également refusé de commenter l’affaire, mais a vérifié qu’Abu Shkhaydam était bien un employé municipal, enseignant l’islam à l’école, bien qu’il soit « connu des forces de sécurité ».

« Nous faisons ce que tout le monde fait, nous ne faisons pas de contrôles de sécurité », a déclaré Lion au diffuseur Kan dimanche après-midi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...