Rechercher

Au lendemain d’une frappe de Tsahal, le Hamas reconstruit son poste d’observation

Les habitants de Netiv HaAsara se plaignent depuis longtemps de cette structure ; elle a été endommagée mais pas détruite par Tsahal en réponse à une attaque à la roquette de Gaza

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un poste d'observation de Gaza surplombant la communauté frontalière israélienne de Netiv Haasara est réparé un jour après une frappe de Tsahal, le 19 juin 2022. (Crédit: Dadi Fold)
Un poste d'observation de Gaza surplombant la communauté frontalière israélienne de Netiv Haasara est réparé un jour après une frappe de Tsahal, le 19 juin 2022. (Crédit: Dadi Fold)

Un poste d’observation du Hamas qui surplombe une ville israélienne proche de la frontière avec la bande de Gaza a été entièrement réparé dimanche, un jour après avoir été endommagé par une frappe de Tsahal.

Israël a frappé le poste samedi matin en réponse à des tirs de roquettes sur le sud d’Israël, mais ne l’a pas détruit. Des membres du Hamas sont retournés sur le site quelques heures plus tard et ont hissé les drapeaux du groupe terroriste et de sa branche armée, les Brigades Ezzedine al-Qassam.

Dimanche, le poste d’observation endommagé a été complètement restauré, comme en témoignent les images.

Les habitants du Moshav Netiv HaAsara s’inquiètent depuis longtemps de ce poste d’observation surélevé, qui surplombe un mur censé protéger la ville des attaques. Selon les informations, le site a été érigé il y a environ six mois.

Samedi, les habitants se sont dits déçus que la frappe n’ait pas complètement démoli le poste d’observation, qui était l’une des quatre cibles touchées par Tsahal après qu’une roquette a été tirée pendant la nuit sur la ville côtière d’Ashkelon.

Avant la frappe, des membres du Hamas ont été vus en train de monter la garde à l’intérieur du poste d’observation. Immédiatement après le tir de la roquette, peu après 3 heures du matin, des membres du Hamas ont été vus en train de retirer des caméras et des équipements du poste avant de l’abandonner.

Quelques heures plus tard, Tsahal a effectué deux frappes de précision sur la position, détruisant la cabine mais pas sa structure de soutien.

Les frappes ont été effectuées après que des terroristes palestiniens ont tiré une roquette en direction de la ville côtière d’Ashkelon, dans le sud du pays, aux premières heures de samedi ; il s’agit du premier projectile à être lancé sur Israël depuis la bande de Gaza, gouvernée par le Hamas, depuis avril. Selon Tsahal, la roquette a été interceptée par le système de défense antimissile Dôme de fer.

Aucun blessé ni dommage n’a été signalé et aucun groupe terroriste n’a encore revendiqué l’attaque.

Bien que Tsahal tienne le Hamas pour responsable en dernier ressort de tout acte terroriste émanant de la bande de Gaza, Israël examine si la roquette a été tirée dans la nuit par des terroristes du Jihad islamique en réponse à la mort de trois Palestiniens dans un échange de tirs avec les troupes israéliennes tôt vendredi à Jénine, a rapporté le site d’information Walla sans citer de source.

Selon l’armée, les soldats ont essuyé des tirs alors qu’ils opéraient dans la ville du nord de la Cisjordanie et ont « neutralisé » les hommes armés qui leur ont tiré dessus.

La dernière attaque à la roquette est survenue un jour après que Tsahal a présenté les nouvelles mesures défensives comme étant essentielles pour préserver l’une des périodes les plus calmes depuis des années le long de la frontière de Gaza.

Vendredi, un ballon d’observation de Tsahal s’est écrasé à Gaza dans des circonstances contestées. Les médias palestiniens ont affirmé que le ballon avait été abattu, tandis que l’armée a déclaré qu’il s’était déconnecté de son ancrage pour des raisons inconnues.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...