Rechercher

Aux côtés d’Abbas, Macron soutient la solution à deux Etats

Le président français a appelé de ses vœux une reprise des négociations de paix, rappelant que de nouvelles violences pouvaient éclater "à tout moment"

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le président français Emmanuel Macron participent à une conférence de presse commune au palais présidentiel de l'Élysée, à Paris, le 20 juillet 2022. (Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le président français Emmanuel Macron participent à une conférence de presse commune au palais présidentiel de l'Élysée, à Paris, le 20 juillet 2022. (Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP)

Le président français Emmanuel Macron a appelé de ses vœux mercredi une reprise des négociations de paix au Proche-Orient, rappelant que de nouvelles violences pouvaient éclater « à tout moment ».

« Les tensions, la violence, le terrorisme perdurent au Proche-Orient », a souligné le chef de l’Etat en recevant au palais de l’Elysée le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Il a évoqué « la reprise du dialogue politique direct entre les Israéliens et les Palestiniens », aujourd’hui au point mort. « C’est un chemin exigeant, semé d’embûches, mais nous n’avons pas d’autres alternatives que de relancer nos efforts de paix », a-t-il estimé, reprenant des propos tenus il y a 15 jours devant le Premier ministre israélien Yaïr Lapid.

« Une nouvelle spirale meurtrière peut s’enclencher à tout moment », a-t-il martelé, réclamant « la fin des mesures unilatérales », en référence aux « évictions de familles palestiniennes, aux démolitions, à la politique de colonisation (…) qui éloignent la possibilité d’un Etat palestinien vivant en paix aux côtés d’Israël ».

Mahmoud Abbas, 87 ans, a multiplié récemment les déplacements après deux ans de pause liée à la pandémie de Covid-19.

Il s’est entretenu vendredi dernier à Bethléem avec le président américain Joe Biden qui menait sa première tournée au Moyen-Orient depuis son arrivée au pouvoir.

Le président Abbas a dénoncé les « activités de colonisation, les meurtres et incursions quotidiennes » dont il accuse les forces israéliennes. « Nous voulons que cela s’arrête », a-t-il déclaré.

C’est la première fois depuis septembre 2018 que Mahmoud Abbas est à Paris à l’invitation d’un président français.

Le président de l’AP a redemandé mercredi que la lumière soit faite sur la mort de Shireen Abu Akleh, journaliste américano-palestinienne tuée le 11 mai en couvrant une opération de l’armée israélienne en Cisjordanie.

Des Palestiniennes tiennent des photos de la journaliste vétérane d’Al-Jazeera Shireen Abu Akleh, tuée pendant des affrontements entre les troupes israéliennes et des hommes armés palestiniens alors qu’elle couvrait un raid à Jénine, le 11 mai 2022. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

La reporter a été « tuée de sang froid et sans raison », a affirmé Abbas. « Qui a tué Shireen Abu Akleh ? Nous voulons qu’ils mettent la main sur le tueur », a-t-il ajouté.

La visite récente du président Biden, qui s’est déclaré « sioniste » dès son arrivée, a été jugée décevante par les Palestiniens. Il a certes réitéré son soutien à la « solution à deux Etats » et déclaré qu’il devait y avoir « un horizon politique pour le peuple palestinien ».

Mais il a aussi affirmé que les conditions n’étaient actuellement pas réunies pour relancer le processus de paix, n’a proposé aucun plan de fond sur la question de l’occupation israélienne et n’a pas pris position sur l’expansion des implantations juives en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...