Avec l’Iran dans sa ligne de mire, Israël met un satellite espion en orbite
Rechercher

Avec l’Iran dans sa ligne de mire, Israël met un satellite espion en orbite

Selon le ministère de la Défense, Ofek-16, un "satellite de reconnaissance doté de capacités avancées", a décollé à 4h du matin

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le satellite de reconnaissance israélien Ofek-16 décolle du centre d'Israël, le 6 juillet 2020. (Ministère de la Défense)
Le satellite de reconnaissance israélien Ofek-16 décolle du centre d'Israël, le 6 juillet 2020. (Ministère de la Défense)

Israël a lancé un nouveau satellite espion en orbite à partir d’une base de lancement au centre du pays tôt lundi matin, a déclaré le ministère de la Défense.

« Le ministère de la Défense et Israel Aerospace Industries ont lancé avec succès dans l’espace le satellite de reconnaissance ‘Ofek-16’, qui est entré en orbite », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a salué le lancement du satellite Ofek-16 comme une « puissante réalisation pour l’establishment de la défense, les industries de défense en général et les industries aérospatiales israéliennes en particulier ».

Israël est l’un des rares pays au monde à exploiter des satellites de reconnaissance, ce qui lui donne des capacités avancées de collecte de renseignements. En avril, la liste de ces pays incluait l’Iran, qui a lancé avec succès un satellite espion en orbite après des années de tentatives infructueuses.

« Notre réseau de satellites nous permet de surveiller l’ensemble du Moyen-Orient – et même un peu plus que cela », a déclaré Shlomi Sudari, le chef du programme spatial de l’IAI.

Le satellite de reconnaissance a été lancé dans l’espace à 4 heures du matin à l’aide d’un lanceur Shavit qui a décollé d’un pas de tir de la base aérienne de Palmachim, dans le centre d’Israël, a déclaré le ministère.

L’Ofek-16 est un « satellite de reconnaissance opto-électronique avec des capacités avancées », a déclaré le ministère. C’est le dernier satellite de la série Ofek à être lancé dans l’espace, après Ofek-11, qui est entré en orbite en 2016.

Selon Sudari, l’Ofek-16 est le « frère » de l’Ofek-11, contenant beaucoup des mêmes capacités, ainsi que quelques « légères améliorations, en termes de précision ». Les responsables du ministère de la Défense ont refusé de commenter le changement de nom, de Ofek-11 à Ofek-16.

L’Ofek-16 est très avancé, y compris la technologie révolutionnaire du « bleu et blanc » qui sert nos intérêts en matière de défense », a déclaré M. Sudari, en utilisant un terme qui fait référence aux couleurs du drapeau israélien pour signifier les capacités produites localement.

Bien que la fonction principale du nouveau satellite espion sera probablement de surveiller l’Iran et les développements de ses programmes nucléaires et de missiles, les responsables de la Défense ont nié tout caractère symbolique dans cette opération de lancement, alors que de plus en plus d’informations indiquent qu’Israël est responsable d’un certain nombre d’explosions récentes en République islamique, dont une dans une installation d’enrichissement d’uranium et une autre dans une usine de production de missiles.

« Le timing a été planifié bien à l’avance », a déclaré M. Sudari.

M. Sudari a déclaré que le satellite Ofek-16 fonctionnerait sur une orbite terrestre basse, comme les autres satellites Ofek.

« Selon le plan de lancement initial, le satellite [Ofek-16] est entré en orbite autour de la Terre et a commencé à renvoyer des données », a déclaré le ministère de la Défense lundi en début de journée.

Le satellite de reconnaissance israélien Ofek-16 est vu avant son lancement depuis le centre d’Israël, le 6 juillet 2020. (Ministère de la Défense)

Les ingénieurs du ministère et d’Israel Aerospace Industries ont commencé à effectuer une série de tests pour s’assurer que le satellite fonctionnait correctement. Le ministère a déclaré que ces vérifications se poursuivraient « jusqu’à ce que le satellite soit bientôt pleinement opérationnel ».

Amnon Hariri, le chef du département spatial du ministère de la Défense, a déclaré, enthousiaste, que le lancement s’est déroulé sans problème.

Une fois opérationnel, le satellite sera exploité par l’unité 9900 de l’armée israélienne, un détachement de renseignement visuel qui contrôle tous les satellites espions du pays.

« La supériorité technologique et de renseignement de l’État d’Israël est la pierre angulaire de sa sécurité », a écrit le ministre de la Défense Gantz sur Twitter. « Nous continuerons à renforcer et à fortifier la force d’Israël sur tous les fronts et en tous lieux. »

C’était le premier lancement d’un satellite espion israélien dans l’espace depuis le Ofek-11 en septembre 2016. L’Ofek-11 a connu des problèmes techniques initiaux peu après son lancement, mais les ingénieurs au sol ont pu le stabiliser et le faire fonctionner. Selon le ministère de la Défense, l’Ofek-16 n’a connu aucun problème de ce type.

L’année dernière, Israël a également mis en orbite le satellite de communication Amos-17, en utilisant une fusée SpaceX qui a été lancée depuis le Cap Canaveral, en Floride.

Israël a lancé son premier satellite, Ofek-1, dans l’espace en 1988, dont les images ont été diffusées par le ministère de la Défense en 2018.

Ce n’est que sept ans plus tard, en 1995, qu’Israël a lancé dans l’espace un satellite de reconnaissance capable de photographier la Terre.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...