Israël en guerre - Jour 138

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Ayelet et Manny Godard, 63 et 73 ans : Des parents qui diffusaient la lumière

Assassinés par des terroristes du Hamas, au kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023

Ayelet et Manny Godard, assassinés par des terroristes du Hamas, au kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023 (Autorisation)
Ayelet et Manny Godard, assassinés par des terroristes du Hamas, au kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023 (Autorisation)

Ayelet Godard, 63 ans, et son époux Manny Godard, 73 ans, ont été assassinés par des terroristes palestiniens du Hamas dans leur maison au kibboutz Beeri le 7 octobre.

Ce samedi matin, Ayelet a appelé l’un de leurs enfants en criant que Manny avait été tué et qu’elle se cachait dans les buissons pour échapper aux terroristes. Elle n’a plus jamais donné de nouvelles et leurs corps n’ont été retrouvés que près de deux semaines plus tard.

Le couple a été enterré le 29 octobre à Palmahim. Ils laissent derrière eux leurs enfants, Mor, Gal, Bar et Goni, un certain nombre de petits-enfants et plusieurs frères et sœurs.

Un éloge funèbre publié sur le site web du kibboutz rappelle qu’Ayelet était une éducatrice de longue date, « une enseignante spéciale, une enseignante d’autrefois, du genre à faire entrer la nature dans la classe et à faire sortir les enfants à l’extérieur », et qu’elle a façonné tant de jeunes qui ont grandi au kibboutz et dans les environs. Elle était une « mère incroyable et une grand-mère vénérée », qui « croyait de tout son cœur au kibboutz et à ses membres, et participait activement à la vie du kibboutz ».

Manny, selon l’éloge funèbre du kibboutz, avait « l’amour du sport, de l’océan et des gens ». Il a été joueur de football professionnel dans les années 1970 avant de s’engager dans l’armée et de participer à la Guerre de Kippour. Au kibboutz, il a occupé divers postes, notamment à l’imprimerie, à l’épicerie locale du kibboutz, en tant qu’économiste en chef, et toujours là où se trouvait son cœur – en tant que maître-nageur.

Leur fils Goni a écrit sur Facebook qu’ils étaient « des gens avec un cœur en or spécial qui pénétrait à l’intérieur de chaque personne au monde ».

« Tout le monde voulait vous dire merci – merci pour toutes ces années où vous nous avez serrés dans vos bras et aimés. Merci pour le soutien et l’aide sans fin. Merci pour toutes les expériences que nous avons vécues avec vous (…). La liste est interminable. »

« Voici qui vous étiez – des êtres qui répandaient la lumière dans toutes les directions, des personnes sociables, merci pour tout », a-t-il écrit.

« Vous serez toujours, toujours, quoi qu’il arrive, une partie indissociable de nous. »

Leur fille, Mor Godard, a écrit sur Facebook qu’elle avait eu du mal à trouver les mots pour leur éloge funèbre et qu’elle ne pouvait plus les appeler pour leur demander de l’aide. « Maintenant, il n’y a personne à qui demander, il n’y a pas de lampe de poche qui éclaire le chemin, il n’y a pas de chemin », a-t-elle écrit.

« Il y a une grande obscurité, de la peur et de la tristesse. »

Mor a décrit son père comme « le point d’ancrage de nos vies, l’homme de la situation, sur lequel nous pouvions toujours compter. Celui qui venait nous chercher dans les fêtes de jeunes au beau milieu de la nuit, qui nous envoyait de l’argent en Inde parce que nous en dépensions trop, qui était toujours le premier dans chaque salle de classe du jardin d’enfants et dans chaque classe lorsque les petits-enfants fêtaient leur anniversaire ».

Sa mère, a-t-elle écrit, « était toujours mon premier coup de téléphone le matin et mon dernier à la fin de la journée – 20 fois par jour ».
« Je veux t’appeler et je ne peux pas. Tu étais tout pour moi, celle à qui je demandais toujours conseil pour tout, du plus grand au plus petit (…). Tu as toujours écouté, renforcé, défendu et aussi proposé des solutions. »

« Je suis sûre que s’il y a un endroit là-haut, vous êtes assis ensemble, riant, parlant, évoquant des souvenirs, et fiers que nous ayons tous survécu. Vous avez sacrifié vos vies pour que nous sortions vivants de cette horreur. Maman et papa, je veux que vous sachiez que nous sommes forts, que nous sommes unis, que nous prenons soin les uns des autres, que nous nous soutenons, que nous nous étreignons, que nous sommes là les uns pour les autres sans limite, comme vous nous l’avez appris, comme vous nous avez élevés », a écrit Mor.

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.