Rechercher

Bat Yam : La victime d’une agression à Yom Kippour revient sur les évènements

Atef affirme que la foule scandait "Arabes ! Arabes", lors de l'attaque qu'il a qualifiée de "raciste" ; il dit avoir été également maltraité par la police

Une voiture retournée par une foule qui a attaqué le conducteur arabe et les passagers, à Bat Yam, le 4 octobre 2022. (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une voiture retournée par une foule qui a attaqué le conducteur arabe et les passagers, à Bat Yam, le 4 octobre 2022. (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un Arabe israélien qui a été agressé dans la ville côtière de Bat Yam le soir de Yom Kippour a déclaré jeudi que l’attaque avait des motivations raciales et qu’il avait été traité de manière irrespectueuse par les policiers censés l’aider.

L’incident a eu lieu sur la promenade de Bat Yam mardi soir, alors que les Juifs de tout le pays marquaient Yom Kippour, un jour de réflexion et de repentir considéré comme le jour le plus saint du calendrier juif.

Atef, un habitant de la ville bédouine de Hura, dans le sud d’Israël, se promenait sur la promenade avec quatre amis lorsque quelques habitants ont entendu le groupe parler en arabe, selon les médias israéliens.

« Nous marchions le long de la promenade et soudain, j’ai senti une odeur de lacrymo. Nous avons vu un groupe de personnes arriver et crier ‘Arabes ! Arabes!’ tout en essayant de nous attraper », s’est souvenu Atef dans une interview accordée jeudi à la Douzième chaîne.

« Nous avons essayé de nous échapper mais ils nous ont rattrapés et nous ont frappés », a-t-il dit.

Atef et l’un de ses amis ont été légèrement blessés dans l’attaque et ont été évacués vers un hôpital voisin.

« Tout mon visage est tuméfié », a déclaré Atef.

Atef a également affirmé avoir été traité de manière irrespectueuse par des policiers qui étaient censés être là pour le protéger.

Après l’arrivée de la police, a-t-il dit, il a été mis dans un véhicule de police, où les officiers lui ont crié : « Assieds-toi, salaud ! ».

« Nous n’avions rien fait. Nous n’avons même pas répondu à nos agresseurs », a-t-il ajouté. « Vous pouvez tout voir sur les images. Tout s’est passé en quelques secondes. »

Atef a dit ne plus se sentir en sécurité depuis l’attaque. « Je n’arrive pas à y croire, j’ai à peine dormi depuis. »

Dans un autre incident à Bat Yam mardi soir, une foule a renversé un véhicule appartenant à des résidents de la ville arabe de Jaljulia.

Conformément à la tradition nationale, les routes sont quasiment vides, laissant ainsi le champ libre à de nombreux vélos et autres véhicules non-motorisés. La conduite automobile est considérée comme interdite pendant Yom Kippour, bien qu’il y ait toujours un certain nombre de véhicules sur les routes.

Ce n’est pas la première fois qu’une foule s’en prend à un conducteur arabe dans cette ville.

L’année dernière, une foule avait attaqué un automobiliste arabe à Bat Yam lors d’un épisode de violence communautaire. Une bande de voyous s’en était pris à Saeed Mousa, le faisant sortir de force de sa voiture avant de le battre – une agression qui l’avait laissé ensanglanté et immobile, à terre. La victime avait été grièvement blessée.

Le passage à tabac s’est produit alors qu’Israël était en guerre contre le groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza. La guerre de 11 jours a déclenché une vague de violences internes sans précédent depuis des décennies entre Israéliens juifs et arabes.

Au moins 10 personnes avaient été inculpées dans le cadre de cette agression.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...