Beer Sheva : une maison de retraite touchée par le coronavirus
Rechercher

Beer Sheva : une maison de retraite touchée par le coronavirus

Trois femmes âgées de la maison de retraite Mishan ont été hospitalisées dans un état grave au centre médical Soroka, rappelant la situation dans un autre centre à Jérusalem

Centre médical Soroka de Beer Sheva. (Avec l'aimable autorisation du Soroka Medical Center)
Centre médical Soroka de Beer Sheva. (Avec l'aimable autorisation du Soroka Medical Center)

Trois résidentes d’un établissement pour personnes âgées de Beer Sheva, dans le sud du pays, sont dans un état grave après avoir contracté le nouveau coronavirus, selon des informations parues samedi dans les médias en hébreu.

Ce reportage de la Treizième chaîne a été réalisé au lendemain de la mort des suites du coronavirus d’une autre personne âgée hébergée dans la maison de retraite Mishan de Beer Sheva, vendredi.

Avraham Aroshas, 93 ans, avait été pris en charge au centre médical Soroka de la ville, avec de la fièvre et des difficultés respiratoires, avait indiqué l’hôpital dans la matinée de vendredi.

Il avait été testé positif au virus et, quelques heures plus tard, il avait succombé à la maladie, avaient annoncé les médecins qui avaient précisé qu’il avait des « pathologies compliquées et difficiles sous-jacentes ».

Au moins trois résidents de la maison de retraite ont été testés positifs au virus, notamment deux personnes qui n’ont affiché aucun symptôme et qui se trouvent à l’isolement en l’attente d’une décision sur leur éventuelle hospitalisation, a noté le reportage.

L’éruption de l’épidémie dans cette structure de Beer Sheva rappelle la situation au centre de vie et d’assistance de la Tour Nofim à Jérusalem. Trois résidents de la maison de retraite sont morts des suites du COVID-19 et 15 personnes âgées et membres du personnel du centre, situé dans le quartier Kiryat Yovel de la capitale, ont été contaminés.

Les structures pour personnes âgées de tout le globe se sont révélées vulnérables face au coronavirus, leurs résidents – dont un grand nombre ont des facteurs de comorbidité – vivent dans la promiscuité, ce qui permet au virus de se propager avec une facilité alarmante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...