Rechercher

Benjamin Amar, porte-parole de la CGT, suspendu après de graves accusations

Une militante accuse le syndicaliste de viol, agression sexuelle, torture et actes de barbarie ; il dément fermement ces accusations "infâmantes et ignominieuses"

Benjamin Amar, sur le plateau de l’émission « Salut les Terriens » sur C8, en 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube / Les Terriens)
Benjamin Amar, sur le plateau de l’émission « Salut les Terriens » sur C8, en 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube / Les Terriens)

Benjamin Amar, porte-parole de la CGT, a été suspendu de tous ses mandats nationaux au sein du syndicat après de graves accusations de viol, agression sexuelle, torture et actes de barbarie formulées par une militante à son encontre, a rapporté Le Parisien.

Alors qu’il conteste les « accusations infâmantes et ignominieuses » dont il fait l’objet, des réunions de crise ont été organisées au sein de sa fédération du Val-de-Marne.

Les faits qui lui sont reprochés remonteraient à il y a plusieurs mois. Lundi, alors qu’il n’avait pas encore été entendu par la police judiciaire, il a demandé à être reçu « au plus vite ».

Sur Twitter, il a réagi ce 1er mars : « Je conteste avec la plus grande fermeté les accusations infamantes portées contre moi et relayées par un communiqué de la CGT. Je n’ai reçu aucune convocation des policiers et j’ai demandé à mes avocats de les contacter pour être entendu. Je suis innocent et je le prouverai. »

Il avait été convoqué par le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, le 21 février dernier – date à laquelle il a eu connaissance de la plainte.

Enseignant de formation, l’homme avait pour mission depuis 6 ans au sein de la CGT de s’exprimer auprès des médias. La CGT a indiqué qu’il serait suspendu jusqu’à ce qu’une éventuelle décision de justice le relaxe.

Interrogés par Le Parisien, certains proches du leader syndicaliste le défendent, tandis qu’une autre militante assure qu’il a « un problème : sa braguette » et qu’elle a été témoin de « dragues très lourdes ». Une autre militante a appuyé cette version.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...