Benjamin Levin, « Le Forrest Gump de l’histoire juive », succombe au COVID-19
Rechercher

Benjamin Levin, « Le Forrest Gump de l’histoire juive », succombe au COVID-19

Du meurtre des nazis dans les forêts lituaniennes au saut depuis l'Altalena en feu au large de Tel Aviv, le jeune héros de la Vilna juive a eu plus que sa part de l'histoire juive

Benjamin Levin il y a plusieurs années et en tant que membre du groupe de résistants "Avengers" pendant la Seconde Guerre mondiale. (Chaim Levin et domaine public)
Benjamin Levin il y a plusieurs années et en tant que membre du groupe de résistants "Avengers" pendant la Seconde Guerre mondiale. (Chaim Levin et domaine public)

Lorsque Benjamin Levin a raconté l’histoire de sa vie à Steven Spielberg, le réalisateur encensé a qualifié Levin de « Forrest Gump of Jewish history ».

En tant que plus jeune et dernier membre survivant du célèbre groupe de résistants « Avengers », Levin a plus tard plongé depuis l’Altalena sur le point de couler et s’est introduit clandestinement dans le nouvel État juif. La semaine dernière, à l’âge de 93 ans, Levin a succombé à une brève bataille avec le COVID-19 près de New York City.

Les expériences formatrices de la vie de Levin ont eu lieu pendant la Shoah, lorsqu’il a rejoint le groupe de résistants « Avengers ». Dans les forêts de Lituanie, l’adolescent combattant a tué des nazis, fait sauter leurs trains et leurs ponts, et aidé à soutenir d’autres Juifs pris au piège dans des ghettos.

Qualifiant son défunt père d’“extraordinairement modeste”, son fils Chaim Levin s’est entretenu jeudi avec le Times of Israel. Selon Levin, les moments clés de la vie de son père ont tourné autour de choix difficiles.

« Les gens ordinaires sont mis dans des circonstances extraordinaires », a déclaré M. Levin. « Ce qu’ils font ensuite, constitue le degré d’humanité. »

Après avoir vu les nazis décimer la communauté juive de Vilna, Levin a rejoint les « Avengers », une petite bande de partisans dirigée par le chef de guerre Abba Kovner. Levin avait 14 ans et avait une « tendance sauvage » prononcée, ayant été dans un gang de jeunes et ayant fumé des cigarettes depuis l’âge de 8 ans.

Important pour le groupe de partisans, Levin avait l’avantage d’avoir une petite taille et un physique sans prétention. Ces caractéristiques lui servirent bien en tant qu’éclaireur et saboteur.

Photo célèbre du groupe de résistants « Avengers » dirigé par Abba Kovner. Benjamin Levin est agenouillé devant (avec son chapeau) et pointe son arme. (Domaine public)

Pendant l’occupation allemande de la Lituanie, le groupe de Levin a détruit des kilomètres de voies ferrées, fait sauter des ponts et tué environ 212 nazis. Les prisonniers n’ont jamais été pris, y compris lorsque les partisans juifs ont aidé à libérer Vilnius en 1944. Marchant à travers la ville avec l’Armée rouge, les « Avengers » ont identifié des collaborateurs à exécuter.

Bien que les parents de Levin aient survécu à la guerre, ils ont été tués par des voisins à Vilnius lorsqu’ils sont venus récupérer leur maison. Chaim Levin porte le nom de son grand-père, qu’il n’a jamais connu.

Après le meurtre de ses parents, Levin et sa sœur ont déménagé dans l’État d’Israël, où il a rejoint l’organisation armée sioniste Irgoun.

Levin a commencé sa carrière dans le groupe paramilitaire de droite en convoyant des survivants juifs d’Europe vers l’Israël pré-étatique. Voyageant à travers la Turquie et la Syrie, les talents de partisan de Levin lui ont servi jusqu’à ce que l’armée soviétique l’arrête pour ces activités illégales.

Après avoir passé un an dans un goulag en Sibérie, Levin a fait de l’auto-stop jusqu’en Italie et a rejoint l’Irgoun. L’organisation l’a aidé à obtenir un diplôme d’ingénieur en mécanique, après quoi ils l’ont affecté à la salle des machines d’un navire qui a parcouru l’Europe et l’Afrique du Nord à la recherche de fonds, de munitions et de combattants pour l’État juif naissant.

Après un an de navigation, le navire a été rebaptisé Altalena. En plus des munitions lourdes données par la France, il y avait à son bord des centaines de survivants de la Shoah et des volontaires américains.

En juin 1948, quelques semaines après que David Ben Gurion a officiellement proclamé l’État juif, l’Altalena a tenté d’accoster à Tel Aviv. Une fois à quai, les membres de l’Irgoun pouvaient réarmer leurs camarades engagés dans les combats pour la survie d’Israël.

L’Altalena est en flammes après avoir été la cible d’un tir de canon, au large de Tel Aviv, le 22 juin 1948. (Crédit : GPO)

Ben Gurion, bien sûr, n’était pas prêt à tolérer une deuxième force armée sous le contrôle de ses ennemis politiques. Tsahal venait d’être créée, et l’une de ses premières actions a été d’attaquer l’Altalena sur ordre de Ben Gurion, avec la participation d’Yitzhak Rabin.

Sous le feu des mitrailleuses et des bombardements, Levin fut parmi les derniers à sauter du navire en flammes, avec son capitaine. Treize membres de l’Irgoun et neuf survivants de la Shoah ont été tués lors de l’action de Tsahal visant à assurer le monopole de l’État sur la force.

Avec plusieurs autres combattants de l’Irgoun, Levin a réussi à rejoindre la plage et à pénétrer dans le pays. Trois ans plus tard, il rencontre sa femme Sara, une juive hongroise. Autre coup du sort, Sara se trouve avoir servi avec la Haganah lors de la confrontation avec l’Altalena, soutenant les soldats qui tiraient sur le navire sur lequel se trouvait son futur mari.

La vue depuis le rivage de l’Altalena, juin 1948. (Domaine public)

Bien qu’il y ait des oppositions politiques, le couple a eu deux enfants et a déménagé aux États-Unis en 1967. Après avoir travaillé comme mécanicien pour l’autorité des transports de New York, Levin a réalisé un rêve en devenant propriétaire de sa propre station-essence.

Quelques années après la publication de la « Liste de Schindler » en 1993, le réalisateur Spielberg a interviewé des survivants de la Shoah dans tout le pays. Pendant plusieurs jours, Spielberg s’est assis avec Levin et sa famille. Pendant ce temps, Chaim Levin a déclaré au Times of Israel que son père avait dessiné une carte détaillée de Vilna d’avant-guerre, connaissant intimement chaque ruelle.

« Après avoir découvert sa vie, Spielberg a surnommé mon père ‘The Forrest Gump of Jewish history' », a déclaré Levin. Dans le film « Forrest Gump » de 1994 avec Tom Hanks, le protagoniste se trouve au centre de nombreux tournants de l’histoire. Forrest avait le Vietnam, JFK, et courait à travers l’Amérique. Levin avait des forêts lituaniennes, Abba Kovner, et nageait vers le rivage depuis l’Altalena.

Benjamin Levin sur la photo du groupe « Avengers » de Abba Kovner. (Domaine public)

Pendant de nombreuses années, Levin a été présent dans les lycées de la ville de New York, où il a parlé de la Shoah et de l’importance des choix que font les gens. Ces dernières années, a déclaré Chaim Levin, le survivant avait besoin que son fils soit sa voix lors de ces rencontres. Cependant, il a toujours apprécié les étreintes et les poignées de main que lui ont accordés des milliers d’étudiants au fil des ans.

Malgré les circonstances horribles de sa jeunesse, Levin était connu pour avoir « une énorme quantité d’énergie, de joie et d’amour », a déclaré son fils. « Il était de loin la personne la plus populaire de la maison de retraite ».

Pour Chaim Levin, il y avait un côté symbolique au fait que le COVID-19 ait mis fin à la vie de son père. En évoquant les professionnels de la santé et le personnel de première ligne qui s’occupent de la pandémie, Levin a fait remarquer qu’ils faisaient, comme son père, des choix de vie et de mort.

« Nous voyons des gens ordinaires qui risquent leur propre vie dans des circonstances extraordinaires pour en sauver d’autres », a déclaré M. Levin.

Dans un autre aspect symbolique, Levin est décédé au petit matin du cinquième jour de Pessah. Pendant la guerre, Levin avait assumé tellement d’identités qu’il a fini par oublier son anniversaire. Les thèmes de la libération et du renouveau de la fête de Pessah étant si bien adaptés à la vie de Levin, la famille a décidé de faire de Pessah son anniversaire.

Interrogé sur les cours dispensés par son père, Levin a évoqué les premières semaines de l’occupation allemande de Vilna.

Ayant été témoin du meurtre de masse de la communauté juive de sa ville, Benjamin Levin a supposé que son heure viendrait dans un an ou deux. Son intelligence de la rue et son apparence non menaçante ne lui serviront pas longtemps, pensait le jeune homme de 14 ans.

« Mon père ne s’attendait pas à ce qu’il atteigne l’âge de 16 ans », a déclaré Levin. « Cela n’a jamais été évident ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...