Budapest: Des milliers de personnes fêtent la renaissance de la communauté juive
Rechercher

Budapest: Des milliers de personnes fêtent la renaissance de la communauté juive

Quelque 10 000 personnes, Juifs de toutes tendances réunies, ont bravé l'orage pour affluer dans la rue touristique Kazinczy de la capitale hongroise pour le Judafest annuel

Yaakov Schwartz est le rédacteur adjoint de la section Le monde juif du Times of Israël

  • Des jeunes dansent sous la pluie au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018.(Marton Monus/ Balint House JCC)
    Des jeunes dansent sous la pluie au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018.(Marton Monus/ Balint House JCC)
  • Un concert au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Marton Monus/ Balint House JCC)
    Un concert au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Marton Monus/ Balint House JCC)
  • Les délégués Habad, les rabbins Yitzchak Stell, (à gauche), et Chaim Shaul Glitzinstein, proposent aux passants de prier et de mettre les phylactères au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    Les délégués Habad, les rabbins Yitzchak Stell, (à gauche), et Chaim Shaul Glitzinstein, proposent aux passants de prier et de mettre les phylactères au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
  • Le festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Marton Monus/ Balint House JCC)
    Le festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Marton Monus/ Balint House JCC)
  • Le festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    Le festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
  • Le festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Marton Monus/ Balint House JCC)
    Le festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Marton Monus/ Balint House JCC)
  • Le festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    Le festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

BUDAPEST – Des milliers de personnes se sont rassemblées dans la rue Kazinczy de Budapest, au cœur du ghetto historique juif, dimanche, pour célébrer la Judafest de la ville.

Bravant la pluie battante de l’après-midi, les touristes et la population locale ont visité le gigantesque festival de rue, qui met en valeur chaque année tout ce qui est hongrois et juif. C’est un véritable exploit pour cette communauté juive d’Europe centrale qui est encore en convalescence après la Seconde Guerre mondiale et des décennies de communisme.

La rue, destination touristique fréquentée tout au long de l’année, regorgeait de badauds juifs et non-juifs qui s’arrêtaient aux dizaines de stands proposant des plats juifs traditionnels, des pièces faits main à vendre et des informations sur la multitude d’initiatives religieuses et communautaires qui existent en Hongrie et dans les régions avoisinantes.

Les parents poussaient leurs poussettes et marchaient main dans la main avec des enfants qui arboraient de la peinture sur le visage de couleurs vives et tenaient des ballons décorés des logos d’organisations juives.

« Je pense que nous avons encore plus de monde que l’an dernier », a déclaré Pepe Berenyi, organisateur du festival, au Times of Israel.

Berenyi, qui est également directeur adjoint du Bálint House JCC de Budapest, a estimé que 9 000 à 10 000 personnes étaient venues au festival en milieu d’après-midi.

Judafest réunit de façon permanente des congrégations et des organisations de tous les horizons de la vie juive hongroise et de toutes les tendances séculières et religieuses – ce qui n’est pas une mince affaire pour n’importe quelle communauté juive. Le festival était organisé par le Bálint House JCC de Budapest et l’American Jewish Joint Distribution Committee, et mettait en vedette plus de 30 partenaires de toute la communauté.

Cette année, les pays voisins et Israël, y compris les villes de Koszeg, à la frontière autrichienne, et de Komarom, à la frontière avec la Slovaquie, ont également été représentés de manière significative, conformément au thème du festival : « Communautés juives de langue hongroise ».

Les délégués Habad, les rabbins Yitzchak Stell, (à gauche), et Chaim Shaul Glitzinstein, proposent aux passants de prier et de mettre les phylactères au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Une organisation humanitaire laïque s’est installée en face des émissaires hassidiques Habad qui ont donné aux passants l’occasion de dire une courte prière en mettant les phylactères. Des représentants de plusieurs synagogues de la ville se sont rassemblés au milieu des nombreux stands de nourriture offrant des goûts de cuisine juive traditionnelle allant du cholent à la challah fraîchement cuite au houmous israélien.

En fin d’après-midi, le soleil a cédé la place à de lourds nuages gris lorsqu’un orage prévisible a éclaté. Mais les fêtards ont tenu bon, se blottissant avec des parapluies pendant une demi-heure dans des alcôves de pierre le long de la ruelle.

Lorsque la pluie s’est finalement calmée, une poignée d’adolescents aux cheveux emmêlés ont repris le chemin de la rue et ont dansé avec leurs vêtements trempés sur de la musique israélienne qui a continué à jouer à partir d’une échoppe voisine.

Des jeunes dansent sous la pluie au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018.(Marton Monus/ Balint House JCC)

« Eh bien, ce furent six grandes heures », a plaisanté un Berenyi épuisé, qui a travaillé pendant des mois pour organiser le festival.

Mais malgré quelques revers – le système de sonorisation et d’autres composants électroniques ont été mis hors service en raison de la tempête – les visiteurs n’ont pas semblé se laisser décourager. Les propriétaires de stands ont évacué l’eau, séché leur marchandise et sont retournés servir les nombreux participants qui sont restés sur place.

Un concert prévu a été donné sous forme de spectacle acoustique, et les trois chanteurs ont compensé l’absence de système de sonorisation en demandant au public de les accompagner, transformant le spectacle en chant.

A 19h48, heure israélienne, pour coïncider avec l’année de création d’Israël, 70 dignitaires communautaires ont lâché des ballons en forme de colombe en l’honneur du 70e anniversaire de l’indépendance d’Israël.

Un homme évacue l’eau de son stand après une pluie diluvienne au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Sur scène, Zsuzsa Fritz, directrice du Balint House JCC, a chanté « Lekh Lekha » de la chanteuse Debbie Friedman, expliquant l’importance de la chanson.

« Le chant est tiré du passage biblique où Dieu ordonne pour la première fois à Abraham d’aller en Israël, et promet de bénir sa descendance et d’en faire une grande nation », a déclaré plus tard Fritz au Times of Israel. « J’ai vraiment senti que c’était particulièrement approprié ici alors que nous continuons à faire grandir notre communauté. »

Fritz a déclaré que l’événement était un outil de sensibilisation incroyablement efficace et qu’il pouvait encourager de nombreuses personnes à s’engager dans la vie communautaire juive de Budapest qui, autrement, n’auraient pas pris l’initiative.

Berenyi a déclaré qu’au cours de l’année inaugurale du Judafest, les Hongrois hésitaient à organiser des festivals de rue de quelque type que ce soit – et encore moins des festivals spécifiquement juifs. En tout, il y avait sept partenaires cette première année-là et, de façon inattendue, le festival d’une journée a connu un énorme succès, attirant 2 500 personnes.

Mais ces dernières années, Judafest s’est considérablement développé, attirant des douzaines de partenaires et attirant 12 000 participants.

Fritz a cité une étude d’impact menée par le Bálint House JCC lors de l’événement, les sondeurs posant aux participants des questions sur leur niveau de participation aux activités juives.

Le festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Marton Monus/ Balint House JCC)

« J’ai écouté l’un de nos enquêteurs parler à une femme d’environ 60 ans », a déclaré Fritz au Times of Israel. « Elle a demandé à la dame si c’était le seul événement juif auquel elle a assisté cette année, et à ma surprise, elle a répondu oui », a raconté Fritz.

« J’étais sûr qu’elle avait l’air de participer plus souvent – dans ce métier, on a le sens de ces choses – mais cela montre simplement que des événements comme celui-ci sont de la plus haute importance et peuvent amener des gens qui, autrement, ne se sentiraient pas en sécurité ».

Des fêtards s’abritent lors d’une averse passagère au festival de rue Judafest à Budapest, le 10 juin 2018. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...