Rechercher

Canada: les Juifs, minorité religieuse la plus visée par les crimes de haine en 2021

Bien qu'ils ne représentent que 1 % de la population, les Juifs ont été victimes de 14 % des actes raciaux signalés, soit un bond de 47 % par rapport à l'année précédente

Des croix gammées peintes à la bombe sur les portes d'entrée de la Congrégation Shaar Hashomayim de Montréal, le 13 janvier 2021. (Amis du Centre Simon Wiesenthal)
Des croix gammées peintes à la bombe sur les portes d'entrée de la Congrégation Shaar Hashomayim de Montréal, le 13 janvier 2021. (Amis du Centre Simon Wiesenthal)

MONTRÉAL (JTA) – Les 380 000 Juifs du Canada ont été la minorité religieuse la plus touchée par les crimes de haine signalés à la police en 2021, a rapporté mardi le service officiel des statistiques du pays.

Selon Statistics Canada, la communauté juive, qui représente environ 1 % de la population, a été victime de 14 % des crimes de haine signalés. Les Juifs ont constaté une hausse de 47 % des crimes de haine signalés par rapport à 2020, selon le service.

« Nous sommes profondément préoccupés par le fait que les crimes de haine ont encore augmenté au Canada en 2021 », a déclaré Shimon Koffler Fogel, responsable du Center for Israel and Jewish Affairs (CIJA). « Cette tendance inquiétante prouve clairement la nécessité de mesures plus proactives pour mettre fin à la montée de haine ciblant divers Canadiens en fonction de leur identité. »

Seuls les Canadiens noirs, qui représentent environ 3,5 % de la population du pays, ont fait état d’une augmentation du nombre de crimes de haine. Dans l’ensemble, 1,3 Juif canadien sur 1 000 a déclaré avoir été victime d’un crime de haine en 2021.

« Statistiquement, les Juifs canadiens étaient plus de 10 fois plus susceptibles que toute autre minorité religieuse canadienne de déclarer être la cible de crimes haineux », a déclaré Fogel. « C’est alarmant. »

Le décompte officiel du Canada a montré la même tendance que les décomptes des incidents antisémites dans d’autres pays l’année dernière.

Les Pays-Bas, la France et le Royaume-Uni ont tous signalé une augmentation des incidents antisémites, tandis que l’Anti-Defamation League (ADL), un organisme à but non lucratif aux États-Unis, a déclaré avoir enregistré plus d’incidents antisémites l’année dernière qu’à n’importe quel moment depuis qu’elle a commencé à enregistrer les incidents en 1979.

Dans son rapport sur la criminalité, Statistics Canada met en garde contre les « fluctuations du nombre d’incidents signalés qui peuvent être attribuables à un véritable changement dans le volume des crimes de haine, mais qui peuvent aussi refléter des changements dans le signalement par le public en raison d’une plus grande sensibilisation de la communauté par la police ou d’une sensibilité accrue après des événements très médiatisés ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...