Cisjordanie : Douze constructions rasées dans des avant-postes illégaux
Rechercher

Cisjordanie : Douze constructions rasées dans des avant-postes illégaux

Quinze 'jeunes des collines" ont été arrêtés après des affrontements avec les soldats ; les résidents ont accusé la police des frontières d'usage excessif de la force

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Les forces de sécurité israéliennes rasent des constructions au sein de l'avant-poste illégal de Maoz Esther, le 15 juin 2020 (Crédit : Geulat Zion)
Les forces de sécurité israéliennes rasent des constructions au sein de l'avant-poste illégal de Maoz Esther, le 15 juin 2020 (Crédit : Geulat Zion)

Les forces de sécurité ont rasé une douzaine de constructions dans deux avant-postes voisins de Cisjordanie, dans la matinée de lundi, plaçant en état d’arrestation au moins quinze « jeunes des collines » résidant dans ces communautés illégales et qui se sont insurgés contre les soldats pendant les démolitions, selon une organisation d’aide juridique qui les représente.

Les ordres de démolition à l’encontre de six structures illégales à Maoz Esther et de six autres à Baladim – les deux avant-postes se situent à proximité de l’implantation du Kochav Hashahar – semblent avoir été les premiers signés par Benny Gantz depuis qu’il a pris la fonction de ministre de la Défense, le mois dernier.

« Les activités des forces chargées de faire respecter la loi ont été menées conformément à l’autorité de l’Administration civile et elles ont été soumises à des considérations opérationnelles », a déclaré un responsable de la Défense au Times of Israel.

Les avant-postes de Baladim et de Maoz Esther ont été rasés et reconstruits à plusieurs reprises, ces dernières années – Maoz Esther étant connu pour ses résidents particulièrement extrémistes qui ont été impliqués dans des attaques violentes contre les soldats israéliens et les Palestiniens vivant à proximité.

Les forces de sécurité israéliennes rasent des constructions au sein de l’avant-poste illégal de Maoz Esther, le 15 juin 2020 (Crédit : Geulat Zion)

L’organisation d’aide juridique Honenu a fait savoir dans un communiqué que la police des frontières présente sur les lieux avait utilisé une force excessive pour évacuer les cinq familles vivant dans les deux avant-postes de leurs domiciles.

Nati Rom, de Honenu, a dit que les forces présentes avaient menotté les résidents et les avaient laissés assis au soleil pendant plusieurs heures, avant son arrivée.

Ces démolitions surviennent presque deux mois après des destructions similaires réalisées dans plusieurs avant-postes, au nord-ouest de l’implantation radicale d’Yitzhar, en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...