Rechercher

Cisjordanie : un attentat fait un blessé léger

Un bus et un taxi ont été visés par des tirs sur une route séparant la ville de Bayt Furik et l'implantation d'Elon Moreh ; une faction armée a revendiqué l'attaque

Un taxi pris pour cible par des terroristes sur une route de Cisjordanie, le 21 octobre 2022. (Crédit : Conseil régional de Samarie)
Un taxi pris pour cible par des terroristes sur une route de Cisjordanie, le 21 octobre 2022. (Crédit : Conseil régional de Samarie)

Un Israélien a été légèrement blessé quand des hommes armés ont ouvert le feu vers des véhicules qui circulaient sur une route de Cisjordanie, dimanche matin, ont fait savoir l’armée et les personnels médicaux.

Le blessé, âgé de 40 ans, était au volant d’un taxi et il se trouvait sur la Route 555, entre la ville palestinienne de Bayt Furik et l’implantation d’Elon Moreh.

Les services de secours des Sauveteurs sans frontières ont indiqué que le blessé avait été touché par un éclat de balle après un tir visant l’habitacle du taxi.

L’armée israélienne a ajouté qu’elle avait emmené le quadragénaire sur une base militaire voisine, où il a été soigné.

Un chauffeur de bus a indiqué que le pare-brise de son véhicule avait été touché par une balle dans le même secteur. Il n’y a pas eu de blessé.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux aurait montré le moment de l’attaque contre le bus.

Les forces de sécurité, à la recherche des hommes armés, ont fermé la route pour mieux ratisser la zone.

Une faction armée palestinienne, « l’Antre du lion », a revendiqué l’attentat dans un communiqué.

Le groupe – basé dans la Vieille Ville de Naplouse – a été créé ces derniers mois par des membres de groupes terroristes variés. Certains d’entre eux seraient affiliés aux Brigades des martyrs d’Al-Aqsa et au Jihad islamique palestinien.

L’Antre du lion est liée à Ibrahim Nabulsi, un Palestinien armé qui avait trouvé la mort dans un raid israélien le mois dernier, à Naplouse.

Ce groupe a revendiqué la responsabilité de nombreux attentats commis, ces dernières semaines, dans le nord de la Cisjordanie.

Ces tirs ont eu lieu dans un contexte de recrudescence des violences en Cisjordanie.

Des hommes armés palestiniens ont pris pour cible, ces derniers mois, des postes militaires, des soldats stationnés le long de la barrière de sécurité, des implantations israéliennes et des civils.

L’attaque a aussi eu lieu quelques heures après la mort d’un Palestinien qui a été abattu par des forces israéliennes, samedi, dans une ville israélienne située près de Jérusalem alors qu’il tentait apparemment de jeter des cocktails Molotov, ont noté les responsables israéliens et palestiniens.

La police a précisé que les militaires se trouvaient dans le secteur pour répondre à une violente émeute, au cours de laquelle les Palestiniens ont jeté des explosifs, des pétards et des pierres en direction des soldats.

Samedi avant l’aube, des tireurs palestiniens ont aussi ouvert le feu sur les soldats israéliens qui stationnaient à proximité du village de Burqa et vers l’implantation de Beit El au cours d’un incident distinct, a noté Tsahal.

L’armée israélienne et la police sont en état d’alerte maximal depuis la semaine dernière alors que la saison des grandes fêtes juives vient de commencer en Israël, avec des tensions déjà fortes en raison d’une offensive anti-terroriste israélienne qui a fait plus de 100 morts du côté palestinien et qui a entraîné plus de 2000 arrestations au cours d’opérations nocturnes.

Les troupes israéliennes ont aussi essuyé des tirs de manière répétée pendant les raids nocturnes menés dans les villes palestiniennes de Cisjordanie.

L’armée a lancé ces opérations après une série d’attentats qui a tué 19 personnes entre la mi-mars et le début du mois de mai.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...