Coronavirus : 60e décès enregistré en Israël ; 9 006 cas
Rechercher

Coronavirus : 60e décès enregistré en Israël ; 9 006 cas

Un homme de 80 ans qui se trouvait depuis des semaines dans un état grave a succombé à la maladie ; le ministère de la Santé évoque 3 000 respirateurs disponibles

Photo d'illustration : Des médecins du Magen David Adom avec des combinaisons de protection contre le coronavirus pendant le transfert d'un malade à l'hôpital Shaare Zedek, à Jérusalem, le 6 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Photo d'illustration : Des médecins du Magen David Adom avec des combinaisons de protection contre le coronavirus pendant le transfert d'un malade à l'hôpital Shaare Zedek, à Jérusalem, le 6 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le bilan des décès des suites du coronavirus s’élevait à 60 mardi matin, avec 9 006 infections enregistrées par le ministère de la Santé.

Parmi les trois nouvelles victimes depuis lundi soir, se trouve un homme âgé de 80 ans qui s’est éteint dans le centre d’Israël, mardi. L’homme, qui avait des maladies sous-jacentes dont la nature n’a pas été précisée, avait été hospitalisé au centre médical Rabin de Petah Tikva. Il était placé sous respiration artificielle et avait été plongé dans un coma artificiel il y a plusieurs semaines.

Mardi, le centre médical Ichilov de Tel Aviv a annoncé qu’une femme de 95 ans avec comorbidité avait succombé au virus meurtrier.

La troisième victime, qui est morte dans la soirée de lundi, n’a pas encore été identifiée.

Selon le ministère, sur les 153 cas graves que comptait Israël mardi matin, 113 ont été placés sous respirateur. 181 personnes sont dans un état modéré et le reste ne montre que des symptômes plus légers.

Ces chiffres réactualisés montrent une augmentation de 102 cas depuis lundi soir.

Ces morts enregistrées mardi suivent huit décès qui ont été entraînés par le virus, hier – et ce alors même que les responsables sanitaires et médicaux s’efforcent de trouver des équipements supplémentaires dans le cadre d’une bataille mondiale pour les respirateurs, les masques, les tests de dépistage et autres équipements essentiels dans la lutte contre le virus.

Le directeur-général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, a expliqué mardi qu’Israël avait réussi à trouver suffisamment de respirateurs pour permettre au pays d’en disposer d’un total de 3 000.

Un rapport publié le mois dernier par la Knesset avait indiqué que l’Etat juif ne disposait que de 1 437 respirateurs, même si le ministère de la Santé avait démenti ce chiffre, évoquant 2 864 machines de ce type mises à la disposition des personnels soignants.

« Nous sommes parvenus à mettre 3 000 ventilateurs à disposition des soignants et il y en aura davantage », a déclaré le haut-responsable du ministère de la Santé au micro de la radio militaire.

Il n’a pas précisé d’où venaient ces machines.

Presque toutes les personnes qui sont mortes du coronavirus en Israël étaient des personnes âgées qui souffraient de maladies préexistantes, selon les responsables des hôpitaux.

Un éminent expert médical a expliqué, dimanche, qu’un ralentissement de la recrudescence des cas était encourageant : le nombre de nouveaux malades se trouvait multiplié par deux tous les six jours jusqu’à une période récente, contre onze jours dorénavant.

Une ambulance de Magen David Adom, à Bnei Brak, le 1er avril 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Les experts font également remarquer la hausse relativement lente du nombre de malades placés sous respirateur comme source d’encouragement potentielle.

Les responsables de la Santé israéliens prédisent avec un peu moins d’optimisme que l’Etat juif ne parviendra dans l’immédiat à atteindre le seuil espéré de dépistages quotidiens en raison de la pénurie d’un réactif essentiel.

Les services d’urgence du Magen David Adom dans une structure de dépistage du coronavirus à Ashdod, le 1er avril 2020. (Crédit : Flash90)

Et pourtant, les responsables ont indiqué dimanche qu’Israël cherchait des solutions – notamment en envisageant une production locale de ce réactif, ce qui permettrait de faire passer le nombre de tests quotidiens à 10 000.

Mardi, les ministres se sont rencontrés afin d’approuver un confinement national pendant la fête de Pessah – avec notamment une fermeture totale du pays pendant la première nuit de la fête, mercredi, afin d’empêcher une plus grande propagation du virus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...