Coronavirus : les Sud-coréens évacués d’Israël à bord de vols spéciaux
Rechercher

Coronavirus : les Sud-coréens évacués d’Israël à bord de vols spéciaux

Nombre d'entre eux ont déjà quitté l'État juif et des centaines de visiteurs restants partiront lundi après que beaucoup ont été contraints de passer la nuit à l'aéroport

Des touristes coréens portent des masques de protection en attendant leur vol, à l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, Israël, le 24 février 2020. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
Des touristes coréens portent des masques de protection en attendant leur vol, à l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, Israël, le 24 février 2020. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Les touristes sud-coréens quittent Israël en masse dans un contexte de craintes d’épidémie de coronavirus après que le nombre de cas dans le pays d’Asie de l’est a augmenté, et au lendemain de l’ordre d’évacuation imposé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le ministère des Affaires étrangères a recommandé dimanche aux Israéliens de ne pas se rendre en Corée du Sud et au Japon à la suite d’une recrudescence des contaminations au virus COVID-19 dans les pays d’Asie de l’Est.

Il a conseillé également à tout Israélien se trouvant en Corée du Sud d’envisager de quitter le pays.

Lundi, le ministère de la Santé a déclaré que les touristes sud-coréens qui avaient récemment visité Israël avaient été testés positifs au coronavirus, enjoignant les centaines d’Israéliens qui ont été à leur contact à se mettre en quarantaine.

Près de 200 écoliers israéliens ont été appelés à rester cloîtrés chez eux pendant 14 jours à partir de dimanche après avoir été dans les mêmes lieux que ces touristes sud-coréens ayant contracté le nouveau coronavirus.

Les touristes sud-coréens ont été diagnostiqués à leur retour dans leur pays. Selon Séoul, 29 des pèlerins ont été testés positifs au virus.

Le Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies (KCDC) a annoncé dimanche que le nombre de malades du coronavirus compte 70 nouveaux cas en Corée du Sud, pour un total de 833, outre deux nouveaux décès, pour un total de quatre morts liées à l’épidémie.

L’Autorité des aéroports israéliens (IAA) a déclaré dans un communiqué lundi matin que 622 ressortissants coréens avaient quitté le pays depuis dimanche soir, et qu’ils étaient entre 800 et 900 à être encore dans le pays.

Ils sont nombreux à être arrivés à l’aéroport Ben Gurion, où ils ont dû passer la nuit après avoir été refusés par les hôtels et les résidents des implantations aux abords de Jérusalem, où ils auraient dû être placés en quarantaine, sur une base militaire voisine.

Des touristes coréens portent des masques de protection en attendant leur vol, à l’aéroport Ben Gurion près de Tel-Aviv, Israël, le 23 février 2020. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Le personnel de l’aéroport a tenté d’aider les Coréens en leur fournissant de l’eau, de la nourriture et des matelas. Ils les ont également aidés à obtenir des billets pour les vols vers Séoul, affrétés spécialement pour rapatrier les Coréens, refaire le plein de carburant, revenir à vide en Israël et rapatrier encore davantage de Coréens.

Le premier vol de rapatriement est prévu à 16 heures, selon l’IAA.

Trois vols El Al et Arkia devraient décoller à 22 heures. Les Boeing 777 seront désinfectés à leur retour en Israël. El Al a été sollicité par les autorités pour effectuer ce rapatriement, après que Korean Air a suspendu ses vols vers l’Etat hébreu.

Les passagers subiront des examens médicaux six à huit heures avant le décollage pour déterminer s’ils ont déjà contracté le virus.

Le personnel de bord ne servira pas de repas pendant le vol. Les plateaux-repas seront posés sur les sièges avant le décollage, a indiqué El Al. L’équipage restera en classe affaire durant le vol. L’un d’entre eux traversera la classe économique toutes les 30 minutes pour effectuer les vérifications de sécurité nécessaires. Les déchets ne seront collectés qu’une fois le vol terminé.

L’un des Coréens qui a passé la nuit à l’aéroport à déclaré à Ynet que « nous ne comprenons pourquoi Israël nous traite de la sorte. Nous savons qu’il y a des craintes et nous voulons rentrer chez nous, mais nous ne sommes pas des lépreux. »

Dès lundi, Israël a pris des mesures drastiques pour empêcher l’épidémie, notamment en interdisant l’entrée dans le pays aux étrangers ayant récemment séjourné en Corée du Sud et au Japon, après avoir déjà interdit l’entrée aux visiteurs de Chine, de Hong Kong, Macao, Thaïlande et Singapour. Ce serait le seul pays à avoir imposé de telles restrictions.

Israël impose également à ses ressortissants ayant transité par ces pays 14 jours d’isolement à leur domicile.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) évalue la situation avec le ministre de la Santé Yaakov Litzman concernant l’épidémie de coronavirus COVID-19 au ministère de la Santé à Tel-Aviv, le 23 février 2020. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Les ambassades israéliennes à Séoul et au Japon poursuivront leurs activités comme à l’habitude, a indiqué le ministère.

La Corée du Sud a relevé « au plus haut » son niveau d’alerte concernant le nouveau coronavirus après plusieurs jours consécutifs de hausse inquiétante des cas de contamination notamment au sein d’une secte chrétienne.

L’épidémie de Covid-19 est « à un tournant décisif. Les prochains jours seront cruciaux », a affirmé dimanche le président Moon Jae-in à l’issue d’une réunion de son gouvernement sur ce sujet.

« Le gouvernement portera le niveau d’alerte au plus haut niveau de gravité, conformément aux recommandations des experts, afin de renforcer considérablement les mesures destinées à répondre à cette épidémie », a-t-il ajouté.

La président a également appelé les autorités à prendre « des mesures d’une ampleur sans précédent » pour contenir l’épidémie.

La Chine a également fait état de centaines d’autres cas d’infection pour plus de 79 000 au total, et l’Iran a porté à 50 le nombre de décès dus au virus – le plus élevé en dehors de la Chine. Alors que le nombre de patients dans le monde augmente, certains foyers de virus n’ont montré aucun lien avec la Chine et les experts ont du mal à déterminer où ces foyers ont commencé.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...