COVID : Les États-Unis déconseillent aux non-vaccinés de se rendre en Israël
Rechercher

COVID : Les États-Unis déconseillent aux non-vaccinés de se rendre en Israël

Les autorités ont lancé une alerte pour Israël, la Cisjordanie et Gaza : "Tous les voyageurs peuvent être exposés au risque de contracter et de propager les variants de la COVID"

Les voyageurs à l'aéroport Ben-Gurion, le 20 juin 2021. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)
Les voyageurs à l'aéroport Ben-Gurion, le 20 juin 2021. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)

Le Center for Disease Control (CDC) des États-Unis a relevé lundi son niveau d’alerte aux voyages en Israël en raison de l’augmentation des cas de coronavirus.

Israël est désormais classé par le CDC au niveau 3, le deuxième plus élevé, en raison du taux de nouveaux cas quotidiens par habitant.

Un avis publié sur le site web de CDC indique que les voyageurs à destination d’Israël doivent être entièrement vaccinés et que ceux qui ne le sont pas doivent éviter les voyages non essentiels.

« En raison de la situation actuelle en Israël, tous les voyageurs peuvent être exposés au risque de contracter et de propager les variants de la COVID-19. »

L’avis s’applique également à la Cisjordanie et à la bande de Gaza.

La mise à jour du CDC est intervenue alors qu’un responsable de la Maison Blanche a déclaré que les États-Unis maintiendraient pour l’instant les restrictions existantes liées à la COVID-19 sur les voyages internationaux, en raison des inquiétudes suscitées par l’augmentation du taux d’infection dû au variant Delta.

Le fonctionnaire, qui n’était pas autorisé à commenter publiquement et s’est exprimé sous couvert d’anonymat, a déclaré que, bien que l’administration comprenne l’importance des voyages internationaux, les cas augmentent aux États-Unis – en particulier chez les personnes non-vaccinées et continueront probablement à augmenter dans les semaines à venir.

Le siège du Center for Disease Control and Prevention à Atlanta, le 6 mars 2020. (Crédit : AP Photo/ Ron Harris, File)

La télévision israélienne a rapporté lundi soir que le gouvernement avait relevé le seuil du nombre de cas graves de COVID-19 avant lequel il réimposera des mesures de confinement radicales, en raison de la baisse du nombre de patients atteints de coronavirus nécessitant une assistance respiratoire.

Un reportage diffusé sur la Douzième chaîne a précisé que si les autorités avaient estimé que le nombre maximal de patients que les hôpitaux pouvaient prendre en charge, lors des dernières vagues, avait été de 1 200, ce chiffre ne s’était pas basé sur le nombre de lits disponibles mais sur le besoin en main-d’œuvre pour aider les malades placés sous respirateur.

Le reportage a été diffusé alors que le ministère de la Santé a signalé une nouvelle augmentation des cas graves, qui sont passés à 121. Parmi eux, 25 patients placés sous respirateur.

Les nouveaux chiffres du ministère montrent que 1 538 nouvelles infections ont été confirmées depuis minuit, soit plus que durant toute la journée de dimanche, ce qui constituerait le plus grand nombre de cas quotidiens depuis la mi-mars. Il y avait 12 243 cas actifs sur les 862 559 confirmés en Israël depuis le début de la pandémie.

Le nombre de décès s’élève à 6 461.

Le ministère a également indiqué que le taux de tests positifs avait encore augmenté lundi pour atteindre 2,17 %.

Sur les quelque 9,3 millions d’habitants que compte Israël, 5 766 088 ont reçu au moins une dose de vaccin et 5 318 526 ont reçu deux doses.

Un Israélien reçoit une injection contre le coronavirus à Petah Tikva, le 6 juin 2021. (Crédit : Flash90)

Par ailleurs, la Treizième chaîne a cité les préoccupations des responsables de la santé concernant l’augmentation des cas de coronavirus dans les communautés ultra-orthodoxes et arabes, la première ayant constaté une augmentation des infections dans les écoles.

Plus tôt dans la journée de lundi, le directeur général du ministère de la Santé a rejeté une proposition du ministère de l’Éducation visant à réduire la quarantaine des élèves exposés au coronavirus à 48 heures seulement, si le test de dépistage du virus est négatif, alors que les deux ministères s’opposent sur les plans de réouverture des écoles.

Nachman Ash a déclaré que le ministère de la Santé n’était pas d’accord avec le plan du ministère de l’Éducation pour la nouvelle année scolaire, bien que ce dernier prétende le contraire. Il a reconnu que la question de la réduction de la quarantaine pour les étudiants était l’une des différences non résolues entre les ministères.

La ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton a publié dimanche un plan appelant les élèves de toutes les classes à retourner en classe, avec moins de temps de quarantaine pour les élèves et moins de fermetures d’écoles dans les zones où sévit le virus.

Shasha-Biton a insisté lundi sur le fait que son plan avait été approuvé par le ministère de la Santé.

Lors d’un point presse, Ash s’est dit préoccupé par l’augmentation des cas graves de COVID, ajoutant qu’il espérait que le rétablissement du système du Passeport vert, qui entrera en vigueur plus tard cette semaine, contribuera à endiguer l’épidémie actuelle de coronavirus.

Il a également exhorté toutes les personnes éligibles – âgées de 12 ans et plus – qui n’ont pas été vaccinées à le faire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...