Rechercher
Nécrologie

Décès de Netty Gross, la voix de ceux « qui ne seraient pas entendus autrement »

Journaliste tenace et conteuse pétillante, elle a défié les dirigeants juifs au nom des survivants de la Shoah et des femmes privées de divorce

Netty Gross-Horowitz (Crédit : autorisation)
Netty Gross-Horowitz (Crédit : autorisation)

Netty (Cappell) Gross-Horowitz, journaliste et écrivaine de renom, auteure d’un grand nombre de reportages approfondis sur le monde juif, dont des enquêtes révolutionnaires pour The Jerusalem Report sur la restitution aux victimes de la Shoah, est décédée lundi à New York. Elle avait 66 ans.

Avec son style élégant, Mme Gross-Horowitz a apporté un chic sophistiqué de l’Upper West Side à Jérusalem, où elle a vécu pendant près de trente ans avant de retourner à New York, sa ville natale, au cours d’une longue bataille contre l’atrophie du système multiple, une maladie neurologique dégénérative. Elle laisse dans le deuil ses frères et sœurs Michele Bankhalter et Kenneth (Kenny) Cappell, ses enfants Ayala Horowitz, Tamar Freidenberg, Avi Gross et Daniel (Dani) Gross, et huit petits-enfants. Son mari, Elliott Horowitz, était décédé en 2017.

Gross-Horowitz a surtout travaillé pour The Jerusalem Report, et a écrit pour d’autres publications, notamment le Jerusalem Post et le Times of Israel, au cours d’une carrière qui a duré plusieurs décennies.

Mme Gross-Horowitz est née le 18 décembre 1954 dans le Queens, à New York. Elle a fréquenté le Queens College et a étudié l’histoire de l’art. Après s’être installée à Jérusalem, sa maison de la rue Beit Eshel, dans le vieux Katamon, est devenue un repaire accueillant où l’on trouve de magnifiques œuvres d’art et une collection éclectique de boîtes à café vides, où l’on écoute du Fleetwood Mac et où l’on organise des dîners de Shabbat jusque tard dans la nuit.

Gross-Horowitz a utilisé ses formidables talents de reporter et d’écrivain pour expliquer comment son père, Israel Cappell, a évité la déportation à Auschwitz en août 1944, une histoire impliquant l’Agence juive, la Croix-Rouge et la Gestapo. Ses deux parents ont été internés dans le camp de déportation de Malines, en Belgique, et ont réussi à survivre au génocide nazi.

Lors de ses funérailles à la Riverside Memorial Chapel à Manhattan lundi, la fille aînée de Gross-Horowitz, Ayala Horwitz, a rappelé les talents de conteuse de sa mère. « Elle racontait toujours les meilleures histoires – et les plus vivantes. Notre patrimoine familial est rempli d’histoires de son enfance ».

Ses longs et nombreux reportages sur le judaïsme organisationnel, l’histoire et la culture juives, et la vie en Israël, commençaient par des anecdotes cinématographiques et se poursuivaient par une prose urgente et convaincante, comme dans un reportage du Jerusalem Report de 2008 sur les Juifs d’Europe de l’Est qui ont survécu à la Shoah mais qui ont le sentiment de n’avoir jamais « obtenu ce qu’ils considèrent comme une reconnaissance adéquate ou des réparations financières pour leurs souffrances et la perte de leurs biens ».

Netty Gross-Horowitz au Kazakhstan en 2011 (Crédit : autorisation)

« Rochla Trachtman a survécu à la Shoah, mais elle n’est pas une survivante de la Shoah », écrit Netty Gross-Horowitz. « Cette femme de 88 ans parlant yiddish, aveugle et en fauteuil roulant, vit dans un immeuble de Jaffa avec un gardien 24 heures sur 24. Assise dans son salon soigné et modeste, elle raconte à un visiteur qu’elle, son mari Haïm et leur petite fille Eta ont fui Kichinev, en Moldavie, à la veille de l’invasion allemande du territoire soviétique, en juin 1941. Ils sont montés dans un wagon à bestiaux qui les a conduits à Stalingrad (aujourd’hui Volgograd, Russie), sur la rive ouest de la Volga. Pris dans l’une des batailles les plus sanglantes de l’Histoire, ils ont enduré les bombardements et la famine. Le bébé est mort dans ses bras. Mais ils font partie des très rares personnes qui ont survécu à la bataille de Stalingrad. »

Gross-Horowitz a souvent utilisé ses talents de journaliste et sa plateforme pour donner la parole à des personnes qui « autrement ne seraient pas entendues », a déclaré Horowitz, se souvenant de la fois où sa mère a défendu une femme israélienne nommée Dorit qui était « ignorée par la dure bureaucratie israélienne. » En 2012, Gross-Horowitz a co-écrit un livre qui documentait les difficultés rencontrées par les femmes pour obtenir un divorce en Israël.

Une histoire a incité un lecteur à envoyer un don par courrier. « Je ne pense pas que The Report ait jamais reçu une telle réponse », se souvient son amie proche et collègue de longue date, Sharon Ashley.

« Elle n’avait pas peur d’exprimer son opinion, parfois impopulaire. Et elle a toujours défendu ce en quoi elle croyait », a déclaré Mme Horowitz. Elle se souvient qu’un jour, sa mère est allée voir le directeur de l’école de sa fille et a insisté pour qu’elle ne soit pas renvoyée, en tant qu’arrière-arrière-petite-fille du fondateur de la dynastie hassidique Modzitz, Rebbe Yisrael Taub.

À la fin des années 1990, les enquêtes de Mme Gross-Horowitz sur la restitution aux victimes de la Shoah ont été révolutionnaires.

« Netty était à la fois drôle et très sérieuse », se souvient Hirsh Goodman, fondateur et ancien rédacteur en chef du Jerusalem Report. « Elle était également courageuse. Ce qui me vient à l’esprit, c’est le travail qu’elle a accompli en exposant de graves lacunes dans ce que nous pensions tous être le plus saint des saints dans le monde juif, les intouchables, la restitution aux survivants de la Shoah. En tant que rédacteur en chef, c’était un défi de franchir le pas de la publication, mais alors qui pourrait refuser le clin d’œil et le clin d’œil. Mes sources sont impeccables », disait-elle, et, comme toujours, elles l’étaient. »

Le rédacteur en chef du Times of Israel, David Horovitz, un ancien collègue du Jerusalem Report, a rendu hommage à « une amie chaleureuse, gentille et attentionnée, qui était aussi toujours si posée et élégante, et bien sûr une penseuse originale et si vive. »

« Netty était une écrivaine élégante et un reporter formidable – empathique, tenace dans la recherche de la vérité, et implacable dans la mise au défi des individus et des organisations qui devaient rendre des comptes. Nous avons adoré travailler avec elle », a déclaré M. Horovitz.

Cet écrivain aussi. En 1995, j’ai fait mes débuts dans le journalisme en tant que stagiaire de 21 ans au Jerusalem Report. Après avoir été promu reporter à plein temps, j’ai eu la chance de me retrouver au bureau voisin de Netty Gross-Horowitz, qui est restée l’une de mes plus chères confidentes et de mes plus proches amies pendant plus d’un quart de siècle.

Lors de ses funérailles, la famille de Netty Gross-Horowitz a évoqué ses vastes talents, son extrême générosité, sa chaleur sans limite, son esprit sans égal et son style caractéristique. Tous ont souligné combien il était agréable de passer du temps avec elle.

« Elle pensait toujours aux autres », a déclaré le frère de Mme Gross-Horowitz, Kenny Cappell. Ce qu’elle voulait le plus, c’était que les autres « se sentent bien dans leur peau ».

Avi Gross a parlé de « l’amour puissant, maternel et inconditionnel » de sa mère et l’a décrite comme « un être humain magnifique et glorieux ».

Son fils Dani a rappelé que lorsqu’il était plongé dans son ordinateur, sa mère l’encourageait à sortir, à rencontrer des gens et à avoir une vie agréable.  « S’il y avait une façon de se souvenir d’elle par un adjectif, je pense que ce serait l’énergie. Elle était une personne très, très énergique ».

Après l’office, son frère m’a raconté comment Mme Gross-Horowitz avait décrit son entretien avec le président américain Bill Clinton. « Je me souviens qu’elle avait dit : ‘Il vous donne l’impression qu’il n’y a personne d’autre dans la pièce sur lequel il se concentre à part vous’. D’une certaine manière, je pense que Netty avait aussi cette qualité. »

Mme Gross-Horowitz sera enterrée à Har Hamenuchot, à Jérusalem, mardi à 20 heures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...