Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

Depuis le 7 octobre, la liberté d’expression pour faire taire les étudiants américains

Les universités s'efforcent de réviser leurs politiques alors que le Ier amendement est invoqué pour censurer les étudiants via des injonctions d'éloignement

Des manifestants anti-Israël défilant devant le bâtiment Milstein de l'Université Barnard-Columbia, à New York, le 2 février 2024. (Crédit : Alexi J. Rosenfeld/Getty Images/AFP)
Des manifestants anti-Israël défilant devant le bâtiment Milstein de l'Université Barnard-Columbia, à New York, le 2 février 2024. (Crédit : Alexi J. Rosenfeld/Getty Images/AFP)

NEW YORK – Après qu’Alexandra Orbuch, étudiante à l’Université de Princeton, a fait un reportage sur un rassemblement anti-israélien le semestre dernier, cette rédactrice en chef du journal conservateur du campus The Princeton Tory, a reçu une chose à laquelle elle ne s’attendait pas : une injonction d’éloignement.

Généralement accordée dans le cas d’une allégation de harcèlement sexuel ou d’agression, une ordonnance d’éloignement agit comme une sorte d’ordonnance restrictive. Mais dans ce cas, l’établissement en a émis une après que des étudiants pro-palestiniens se sont plaints des questions posées par Orbuch au cours de son reportage.

« Princeton a démontré à maintes reprises que si des journalistes ayant des opinions hétérodoxes tentent de couvrir des rassemblements anti-Israël, l’administration émettra des ordonnances de non-communication (NCO) à leur encontre », a déclaré Orbuch dans un courriel adressé au Times of Israel. « L’effet est que les journalistes ne sont pas seulement empêchés de faire des reportages, mais qu’ils sont également interdits d’accès à certains espaces du campus, sous la menace de sanctions pouvant aller jusqu’à l’expulsion. »

Bien que les ordonnances d’éloignement puissent protéger les étudiants contre le harcèlement et d’autres comportements répréhensibles, la politique de Princeton permettait auparavant à tout étudiant de demander une NCO à l’encontre d’un autre étudiant sans alléguer de comportement répréhensible. Selon la Foundation for Individual Rights and Expression, connue jusqu’en 2022 sous le nom de Foundation for Individual Rights in Education (FIRE), plusieurs étudiants journalistes ont donc reçu des ordonnances restrictives manifestement en représailles de leurs reportages, sans que Princeton n’ait respecté la moindre procédure.

Bien que Princeton ait depuis révisé sa politique – en grande partie grâce aux pressions extérieures exercées par l’Anti-Defamation League (ADL) et la FIRE – cette affaire illustre la façon dont la liberté d’expression a été militarisée sur les campus américains depuis l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre. Alors que la guerre entre Israël et le Hamas est entrée dans son cinquième mois et que rien n’indique que le sentiment antisémite et anti-Israël diminue sur les campus, elle pourrait également être l’occasion pour les établissements d’enseignement supérieur et les universités de revoir les codes de conduite sur les campus.

« C’est un bon moment pour les écoles de réexaminer les politiques et les règles de mauvaise conduite afin de s’assurer qu’elles les appliquent de manière impartiale », a déclaré Laura Beltz, directrice de la politique de la FIRE. « Il semble qu’il y ait une certaine confusion au sujet de la désobéissance civile et c’est donc une bonne occasion d’enseigner les droits aux étudiants. »

Alexandra Orbuch, rédactrice en chef de The Princeton Tory. (Crédit : Autorisation)

En effet, la FIRE affirme que les restrictions sur l’expression des étudiants ont légèrement empiré en 2023, 20 % des écoles ayant obtenu la note « rouge » de l’organisation pour avoir au moins une restriction claire et substantielle de la liberté d’expression. Environ 65 % ont reçu la note « jaune » pour avoir des restrictions qui pourraient facilement être utilisées pour restreindre la liberté d’expression, tandis que 13 % ont reçu la note « vert » pour avoir maintenu des politiques qui ne bafouent pas sérieusement la liberté d’expression, selon le classement de la liberté d’expression dans les universités établi par la FIRE en 2024. (Une quatrième note, étiquetée « avertissement », est attribuée aux établissements qui privilégient ouvertement d’autres valeurs au détriment de la liberté d’expression, et ces établissements ont été exclus de l’enquête susmentionnée).

Orbuch n’a pas été la seule journaliste étudiant de Princeton à être la cible d’étudiants profitant de l’ancienne politique.

Au début de l’année universitaire, une autre journaliste juive de The Princeton Tory, Danielle Shapiro, a été frappée d’une NCO après avoir couvert une manifestation publique contre la foire des programmes d’été israéliens organisée par le Princeton Committee on Palestine (PCP). Lorsque Shapiro a contacté une source – un camarade étudiant et dirigeant du PCP – celle-ci n’aurait pas apprécié la couverture qui s’en est suivie et aurait demandé une NCO, que Princeton a immédiatement accordée, selon la FIRE.

Depuis la révision de sa politique, Princeton a levé les injonctions à l’encontre des étudiants.

Illustration : Des étudiants pro-palestinien et anti-Israël manifestant au Sather Gate de l’Université de Berkeley, en Californie, le 16 octobre 2023. (Crédit : Michael Liedtke/AP Photo)

« Je félicite Princeton de s’être rapidement penché sur la question et d’avoir apporté des modifications substantielles à sa politique de non-communication, car l’utilisation de la non-communication pour simplement rendre compte d’événements est une forme de censure. Dans ce cas, les étudiants juifs en ont souffert, mais tous les étudiants en souffrent », a déclaré James Pasch, directeur principal des litiges nationaux de l’ADL.

Points de friction de la liberté d’expression

De nombreux campus autorisent les étudiants à peindre des rochers ou des murs désignés avec des messages politiques et sociaux afin de promouvoir le libre échange d’idées et d’opinions. Souvent connus sous le nom de « spirit rock », ces rochers sont également devenus des points de friction de la liberté d’expression.

L’administration de l’Université du Connecticut à Storrs a envisagé de retirer ses rochers après que des étudiants pro-Israël et pro-palestiniens ont commencé à les peindre avec des messages opposés – et parfois incendiaires.

Le 8 octobre 2023, des étudiants juifs ont peint un message de paix sur un rocher du campus de l’Université du Connecticut à Storrs. Le lendemain, des étudiants pro-palestiniens l’ont repeint. (Crédit : Jessica Baden)

Le 8 octobre, au lendemain du massacre perpétré par le Hamas, qui a vu près de 1 200 personnes brutalement assassinées dans le sud d’Israël et 253 autres enlevées dans la bande de Gaza, des étudiants juifs ont peint le rocher de l’esprit en bleu et blanc – les couleurs du drapeau israélien – et ont écrit le mot « paix » en hébreu, en anglais et en arabe. Le lendemain matin, des étudiants pro-palestiniens l’avaient repeint aux couleurs du drapeau palestinien et avaient écrit : « Pas de justice. Pas de paix. Libérez la Palestine. »

« Après le 7 octobre, l’espace est devenu un lieu de conflit persistant, ce qui va à l’encontre de son objectif, qui est de construire et de soutenir la communauté du campus », a déclaré Stephanie Reitz, porte-parole de l’Université du Connecticut. « Nous avons finalement décidé de ne pas apporter de changements significatifs au rocher pour le moment, ni même de le retirer ou de le déplacer. »

Ce n’est pas le cas à l’Université du Texas à Dallas. Les responsables de l’administration ont décidé que les messages peints sur les « spirit rocks » étaient trop incendiaires et ont donc remplacé les rochers par des arbres.
Bien que cela puisse calmer les conflits sur le campus, ce n’est pas la bonne décision, a déclaré Beltz, ajoutant que puisque l’université autorise les discours sur d’autres questions sociales, cela pourrait être considéré comme une discrimination de point de vue – un type de restriction de la liberté d’expression qui distingue un point de vue particulier tout en permettant à d’autres de se propager sans entrave.

Julia Schaletzky, directrice exécutive du Centre des maladies émergentes et négligées et enseignante à la Haas School of Business de l’Université de Californie à Berkeley, a affirmé que le campus était devenu « censuré » et « hostile » depuis le 7 octobre.

Des étudiants regardant des manifestants anti-Israël envahir l’extérieur du bâtiment dans lequel ils se trouvent, à l’Université de Columbia, à New York, le 2 février 2024. (Crédit : Alexi J. Rosenfeld/Getty Images/AFP)

« Le laboratoire a été recouvert d’affiches pro-palestiniennes immédiatement après le 7 octobre. Cela a créé un lieu de travail hostile pour les étudiants juifs. Imaginez que des affiches de pin-ups et de camarades de jeu soient placardées. Cela serait considéré comme un lieu de travail hostile pour les femmes, mais on m’a dit que c’était de la liberté d’expression », a souligné Schaletzky.

Comme à Berkeley, des affiches antisémites continuent d’apparaître à l’Université Columbia de New York.

Au cours des dernières semaines, des affiches représentant une mouffette enveloppée dans un drapeau israélien et portant le message « Attention ! Skunk on Campus » (« Attention ! Des putois sur le campus »), ont été épinglées sans autorisation sur les tableaux d’affichage de plusieurs bâtiments universitaires.

Un panneau indiquant « Attention ! Skunk on campus », avec une illustration d’un putois avec un drapeau israélien sur le dos, à l’Université de Columbia, à New York, en février 2024. (Crédit : Autorisation)

Il a été rapporté que l’affiche se référerait à un incident survenu le 19 janvier, au cours duquel deux personnes auraient aspergé des manifestants pro-palestiniens d’une substance nauséabonde.

La gestion de l’antisémitisme par l’Université de Columbia fait désormais l’objet, depuis cette semaine, d’une enquête officielle de la part d’une commission du Congrès.

Les limites de la liberté d’expression

Si les discours offensants et les manifestations sont protégés par la constitution, il y a des limites à cette expression, a fait remarquer Pasch de l’ADL.

C’est pourquoi l’ADL a créé un code de conduite pour les étudiants, que les écoles peuvent utiliser comme modèle lorsqu’elles conçoivent ou révisent leurs codes d’expression.

Selon ce code, les universités et les établissements d’enseignement supérieur devraient préciser que les étudiants ne peuvent pas « se livrer à un harcèlement qui crée un environnement hostile ». En outre, les membres de la communauté universitaire ne peuvent utiliser des images ou des propos qui contiennent « de véritables menaces ou qui sont formulés avec l’intention malveillante de faire craindre pour la sécurité physique d’une autre personne ou d’un autre groupe ».

Julia Jassey, PDG, directrice et fondatrice de l’organisation de défense des droits des Juifs sur les campus, est d’accord avec ces propos.

« Nous avons également assisté à des manifestations et à des slogans qui ont franchi la ligne entre le discours politique et le harcèlement et l’intimidation. Qualifier le 7 octobre de « résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes anti-Israël] créative justifiée », c’est franchir cette limite. Il est impératif que les étudiants juifs soient protégés sur le campus, qu’ils aient un accès égal à leur campus comme tout le monde », a affirmé Jassey.

Julia Jassey, fondatrice et PDG de Jewish on Campus, s’adressant aux étudiants lors du tout premier événement en personne de l’organisation intitulé « How to Be an Activist », à New York, en août 2023. (Crédit : Nir Arieli).

C’est en partie pour garantir l’égalité d’accès des étudiants à leur campus que l’American University, à Washington, a interdit les manifestations à l’intérieur des bâtiments.

Dans une lettre adressée à l’ensemble du campus le 25 janvier, la présidente de l’université, Sylvia Burwell, a déclaré que cette décision était motivée par le fait que « des événements et incidents récents survenus sur le campus ont fait que les étudiants juifs ne se sont pas sentis en sécurité et n’ont pas été les bienvenus ». Plusieurs étudiants juifs ont déposé une plainte auprès du Bureau des droits civils du ministère américain de l’Éducation en janvier pour des actes de vandalisme et de harcèlement antisémites survenus au cours du semestre d’automne.

Furieux, la branche de l’American Association of University Professors de l’université a publié le 29 janvier une lettre critiquant Burwell pour avoir exclu le corps enseignant de la formulation de la politique et parce que, selon la lettre, la politique « cible explicitement – mais ne définit pas – la protestation étudiante. Parce qu’elle est vague, basée sur des termes subjectifs ou non définis, et qu’elle donne aux administrateurs le pouvoir de punir les étudiants et les groupes qu’ils considèrent comme n’étant pas ‘accueillants’, cette politique aura pour effet de supprimer et d’étouffer l’expression dans l’ensemble de notre communauté ».

Toutefois, l’interdiction des manifestations en intérieur fait partie d’une politique révisée sur la liberté d’expression qui est le fruit d’un travail de deux ans, a affirmé Matthew Bennett, vice-président et directeur de la communication de l’American University. Le corps enseignant et le personnel ont participé à la rédaction de cette politique, qui a été lancée au début du mois.

Des étudiants rassemblés près d’une décoration d’Halloween représentant le monstre de Frankenstein lors d’un « Walkout pour lutter contre le génocide et libérer la Palestine » sur la Bruin Plaza de l’Université de Californie, à Los Angeles, le 25 octobre 2023. (Crédit : Frederic J. Brown/AFP)

En outre, la politique révisée ne supprime pas le droit des étudiants à la dissidence et à la manifestation, a déclaré Bennett. Elle stipule cependant que les étudiants n’ont pas le droit d’empêcher les autres de s’exprimer, ce qui est également connu sous le nom de « veto du perturbateur ».

« La politique est axée sur les perturbations et sur la sécurité des élèves. Nous examinerons toujours si une manifestation perturbe la mission éducative de l’université », a ajouté Bennett.

Néanmoins, Beltz, de la FIRE, estime que la politique serait renforcée si elle incluait un langage plus spécifique.

« Limiter une manifestation perturbatrice, où des étudiants défilent dans une bibliothèque en tapant sur des tambours pour empêcher d’autres étudiants d’étudier, serait raisonnable. Interdire une manifestation non perturbatrice, où les étudiants brandissent une pancarte, portent un tee-shirt ou tournent le dos à un orateur, n’est pas raisonnable. Mais crier pour empêcher une personne de s’exprimer ou un événement d’avoir lieu n’est pas acceptable », a expliqué Beltz.

Alors que l’antisémitisme continue de monter en flèche – un sondage réalisé en novembre 2023 par Hillel International a révélé que 73 % des étudiants juifs et 44 % des étudiants non juifs ont été victimes ou témoins d’antisémitisme depuis le début de l’année universitaire – les administrateurs des campus doivent veiller à ce que les étudiants juifs bénéficient d’un accès égal à leur campus tout en tenant compte des préoccupations liées à la liberté d’expression.

« Tous les campus universitaires ont la capacité de faire respecter le temps, le lieu et le mode d’expression d’une manière qui respecte la liberté d’expression et garantit le droit des étudiants juifs de rentrer chez eux, d’aller en cours, d’étudier à la bibliothèque sans être harcelés. Tous les étudiants méritent ce droit », a noté Pasch.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.