Des bougies pour Sarah Halimi
Rechercher

Des bougies pour Sarah Halimi

La Cour de Cassation doit se prononcer ce mercredi sur l’arrêt déresponsabilisant pénalement son criminel, qui était sous l’emprise de cannabis

Un modèle de cartes postales envoyées à Emmanuel Macron réclamant justice pour Sarah Halimi. (Crédit : Consistoire israélite du Haut-Rhin)
Un modèle de cartes postales envoyées à Emmanuel Macron réclamant justice pour Sarah Halimi. (Crédit : Consistoire israélite du Haut-Rhin)

Des bougies ont été allumées dimanche en France en hommage à Sarah Halimi, sexagénaire juive tuée en 2017. Les photos ont ensuite été postées sur les réseaux sociaux avec le hashtag #JusticePourSarahHalimi.

« Que les milliers de bougies qui s’allument aujourd’hui en France et dans le monde à la mémoire de Sarah Halimi puissent éclairer la justice le 3 mars et permettre enfin la tenue d’un procès où le meurtrier devra répondre de son acte criminel antisémite », a écrit Philippe Meyer, président du B’nai B’rith France.

La Cour de Cassation doit se prononcer ce mercredi sur l’arrêt judiciaire de la cour d’appel de Paris ayant déresponsabilisé fin 2019 le meurtrier de Sarah Halimi, car en proie à une « bouffée délirante » après avoir consommé du cannabis.

Kobili Traoré s’était introduit chez sa voisine de 65 ans, Lucie Attal – aussi appelée Sarah Halimi – dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, au troisième étage d’un immeuble HLM du quartier populaire de Belleville, à Paris. Aux cris de « Allah Akbar », le jeune musulman de 27 ans avait roué de coups la sexagénaire avant de la défenestrer.

Un bras de fer judiciaire s’est depuis engagé, d’abord sur la qualification antisémite du meurtre que les juges d’instruction avaient écartée dans un premier temps, puis sur la responsabilité pénale du meurtrier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...