Rechercher

Des écologistes, voulant sauver les collines de Jérusalem, perdent en appel

Un porte-parole de la SPNI, qui a activement fait campagne contre les plans de construction de 5 000 unités résidentielles à Reches Lavan a déclaré réfléchir aux prochaines actions

Rendu artistique du nouveau quartier de Reches Lavan et du système de transport à deux niveaux actuellement proposé. (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Rendu artistique du nouveau quartier de Reches Lavan et du système de transport à deux niveaux actuellement proposé. (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Un groupe d’écologistes a perdu mardi en appel face au Comité de planification et de construction du district de Jérusalem pour annuler un projet de route à deux niveaux à la jonction d’Ora, en bordure du sud-ouest de Jérusalem.

Un porte-parole de la Société pour la Protection de la Nature en Israël (SPNI), qui a activement fait campagne contre la route à deux niveaux ainsi que contre les plans de construction de quelque 5 000 unités résidentielles à Reches Lavan, a déclaré déjà réfléchir aux prochaines actions.

Au centre des préoccupations, Reches Lavan (la crête Blanche) – nommée ainsi pour ses rochers lumineux et calcaires – une zone pastorale constituée de terrasses anciennes et de ruisseaux située à proximité du zoo de Jérusalem et des quartiers de Kiryat Hayovel, Givat Masua et d’Ein Kerem, dans le sud de la ville, et du Moshav Ora, juste à l’extérieur de la municipalité.

Accueillant une végétation méditerranéenne, des mammifères tels que la gazelle des montagnes et la hyène, le secteur tout entier, avec ses ruisseaux naturels et ses bassins, fait office de jardin d’arrière-cour pour de nombreux habitants de Jérusalem et de lieu de rencontre populaire le week-end.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...