Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Des étudiants anti-Israël exigent que Science Po Paris « coupe ses liens avec les universités et les entreprises qui sont complices du génocide à Gaza »

Des dizaines d’étudiants anti-Israël mobilisés par le Comité Palestine ont contribué à un fort climat de tensions et ont dû être évacués, à l'instar de ce qui se passe dans des campus US

Illustration : Des étudiants anti-Israël bloquant Sciences Po Paris, le 12 mars 2024. (Crédit : X)
Illustration : Des étudiants anti-Israël bloquant Sciences Po Paris, le 12 mars 2024. (Crédit : X)

Les forces de l’ordre sont intervenues dans la nuit de mercredi à jeudi sur un des campus de Sciences Po Paris pour évacuer le site occupé par quelques dizaines d’étudiants qui y tenaient un rassemblement anti-Israël, a indiqué jeudi la direction de l’établissement.

Mercredi soir, « l’amphithéâtre extérieur du campus du 1 rue Saint-Thomas a été occupé par une soixantaine d’étudiants militant en faveur de la cause palestinienne, contribuant à un fort climat de tensions pour les étudiants, les enseignants et les salariés » de l’école, selon la direction dans un message à l’AFP.

« Après échange avec la direction de Sciences Po, la plupart ont accepté de quitter les lieux » mais « un petit groupe d’étudiants a néanmoins refusé et il a été décidé que les forces de l’ordre procèdent à l’évacuation du site », a-t-elle ajouté.

La direction de l’établissement « regrette que les nombreuses tentatives de dialogue afin qu’ils quittent les lieux dans le calme n’aient pas permis de trouver une autre issue à cette situation ».

Cette mobilisation a été organisée par le Comité Palestine de Sciences Po. Elle s’est déroulée alors que le chaos sévit dans plusieurs universités américaines sur fond de guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza suite à l’assaut barbare qu’il a mené sur le sud d’Israël le 7 octobre.

Selon des témoignages recueillis par l’AFP mercredi soir, les personnes rassemblées réclamaient que Science Po « coupe ses liens avec les universités et les entreprises qui sont complices du génocide à Gaza » et « la fin de la répression à l’encontre des voix pro-palestiniennes [anti-Israël] sur le campus ».

Des policiers de l’État du Texas et d’autres membres des forces de l’ordre surveillant la scène alors que des étudiants pro-palestiniens manifestent contre Israël, sur le campus de l’Université du Texas, à Austin, le 24 avril 2024. (Crédit : Suzanne Cordeiro/AFP)

La semaine dernière, aux États-Unis, une centaine d’étudiants de l’Université Columbia ont été interpellés. Ils réclamaient aussi le boycott par leur université de toute activité en lien avec Israël.

La colère d’étudiants américains anti-Israël contre la guerre que mène Israël contre la branche palestinienne des Frères musulmans a grossi mercredi, avec des face-à-face tendus avec la police au Texas, à New York, en Nouvelle-Angleterre et en Californie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.