Des musées rouvrent mardi dans le cadre du programme-pilote post-confinement
Rechercher

Des musées rouvrent mardi dans le cadre du programme-pilote post-confinement

Le musée d'Israël, le musée d'art de Tel Aviv, le musée Eretz Israel et le centre des sciences de Haïfa ont obtenu le feu vert après des pressions exercées sur le gouvernement

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Des visiteurs masqués à l'exposition de Jeff Koons au musée d'art de Tel Aviv le 3 juin 2020 (Miriam Alster/FLASH90)
Des visiteurs masqués à l'exposition de Jeff Koons au musée d'art de Tel Aviv le 3 juin 2020 (Miriam Alster/FLASH90)

Un certain nombre de musées israéliens ont eu l’autorisation d’ouvrir leurs portes mardi, après le feu vert octroyé par le gouvernement à un programme-pilote qui devrait examiner les moyens de parvenir à respecter les directives induites par la pandémie de coronavirus dans les lieux culturels tout en empêchant ces espaces clos de devenir des foyers d’infection.

Ainsi, le musée d’Israël de Jérusalem, le musée des arts et le musée Eretz Israël de Tel Aviv et le Madatech de Haïfa – le musée israélien des Sciences, des technologies et de l’espace – accueilleront à nouveau le public dès mardi. Les visiteurs devront réserver leurs billets sur internet et les admissions restent limitées.

« Nous sommes heureux d’ouvrir à nouveau les portes du musée, » a commenté Ido Bruno, directeur du musée d’Israël. « Les galeries, dans notre musée, sont spacieuses et elles permettent un suivi minutieux des règles de distanciation sociale et de santé publique. Nous espérons que cette ouverture des musées entraînera celle de toutes les institutions culturelles en Israël parce que l’art et la culture ne sont pas un besoin accessoire mais bien une nécessité de base ».

Les musées sont fermés depuis le 18 septembre, date à laquelle le pays avait mis en place un confinement pour tenter de réduire les taux d’infection à la COVID-19 qui grimpaient en flèche. Les restrictions ont été levées de manière graduelle au cours de ces dernières semaines, malgré une tendance à la hausse du nombre de nouveaux cas de coronavirus.

Ce programme-pilote reflète un autre qui a été mis en place dans le cadre de la reprise des activités des centres commerciaux, qui a eu lieu vendredi. Après l’échec à gérer l’affluence du public et les attroupements dans les quinze centres participant au programme, certains ont réclamé qu’il soit abandonné tandis que d’autres ont insisté sur le fait que c’était le programme lui-même qui était, par inadvertance, à l’origine des foules agglutinées dans les galeries marchandes, en raison du grand nombre de centres qui restent encore fermés et empêchent l’éparpillement des clients.

Les institutions et les espaces culturels, qui représentent une part relativement modeste de l’économie israélienne, n’ont pas figuré en tête des priorités sur le calendrier des réouvertures du gouvernement. Certains responsables du secteur avaient, en conséquence, fait part de leur mécontentement contre ce parti pris gouvernemental.

Bruno et plusieurs autres directeurs du musée ont donc écrit des courriers, depuis le mois d’octobre, au ministre de la Culture Chili Tropper, protestant contre la réouverture prévue des centres commerciaux et de certains hôtels avant celle des institutions culturelles.

« Cela n’a aucun sens de placer la réouverture des musées en bas de la liste à un moment où la majorité de l’économie aura obtenu l’autorisation de reprendre », a écrit Bruno.

Et il a apparemment remporté la bataille.

Le musée d’Israël ouvrira ses portes mardi, avec plusieurs expositions à découvrir et notamment « Trésor Enfoui », qui présente des merveilles en or découvertes à Césarée il y a deux ans, mais qui n’avaient jamais été présentées au public ; « Le sel de la terre : Fermiers et pêcheurs dans la Hollande du 19e siècle », qui présente les œuvres de trois artistes qui s’étaient intéressés aux simples travailleurs de la terre et aux marins ordinaires néerlandais ; et « Plutôt rose », une exposition du travail de Tamara Rikman.

De l’exposition présentée au musée d’Israël « Le sel de la terre, qui présente qui présente les œuvres de trois artistes qui s’étaient intéressés aux simples travailleurs de la terre et aux marins ordinaires néerlandais. Le musée rouvre ses portes le 1er décembre 2020. (Autorisation)

Le musée des arts de Tel Aviv accueillera, pour sa part, le grand public dès mardi à 12 heures. A découvrir, les expositions solo d’artistes israéliens et la grande exposition de Jeff Koons, qui est à voir jusqu’au mois de janvier 2021.

Le vernissage de cette exposition, intitulée « Jeff Koons : Valeur absolue, œuvres de la collection de Jose et Marie Mugrabi », avait eu lieu au mois de mars 2020, alors même que la pandémie faisait son apparition au sein de l’Etat juif.

C’est la toute première exposition personnelle de cette ampleur concernant cet artiste américain connu dans le monde entier.

Le musée des arts de Tel Aviv présente aussi une exposition de photos qui se concentre sur l’architecture moderne dans l’espace urbain réalisée par l’artiste Eli Singalovski, et la première présentation, dans un musée, du travail de Melech Berger, artiste âgé de 94 ans qui met l’art au service des valeurs, des idéaux et du concept de mission.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...