Des Palestiniens qui attaquaient un poste militaire blessés par des tirs
Rechercher

Des Palestiniens qui attaquaient un poste militaire blessés par des tirs

Il n'y a pas eu de blessés du côté israélien dans cet incident survenu à Abu Dis dans un contexte de tensions accrues en Cisjordanie suite au meurtre d'un soldat israélien, mardi

A titre d'illustration. Des soldats israéliens participent à des opérations en Cisjordanie. (Armée israélienne)
A titre d'illustration. Des soldats israéliens participent à des opérations en Cisjordanie. (Armée israélienne)

Les soldats israéliens ont ouvert le feu et blessé trois Palestiniens qui tentaient d’attaquer un poste militaire vendredi soir, aux abords de Jérusalem, a fait savoir l’armée israélienne.

Les attaquants ont pris pour cible un poste militaire situé aux abords de la ville palestinienne d’Abu Dis, à l’aide d’explosifs et de cocktails Molotov.

Les soldats, qui avaient tendu une embuscade, ont ouvert le feu sur les individus. Ces derniers ont été blessés, même si aucune information n’a filtré sur leur état de santé. Il n’y a pas eu de blessés du côté israélien.

« Une attaque a été déjouée il y a peu, lorsque les troupes israéliennes ont remarqué trois Palestiniens qui jetaient des explosifs et qui allumaient des cocktails Molotov, se préparant à attaquer un poste militaire. Nos troupes ont ouvert le feu et ont déjoué l’attaque », a fait savoir l’armée.

Cet incident est survenu dans un contexte de tensions accrues en Cisjordanie. Un soldat de l’armée israélienne a été tué, mardi matin, lorsqu’une brique lui a été jetée dessus lors d’un raid mené dans le village palestinien de Yabed, et un adolescent palestinien est mort après avoir été mortellement blessé par balles pendant des affrontements avec les soldats israéliens au camp de réfugiés d’al-Fawar, le lendemain.

Les soldats de l’armée israélienne ont arrêté deux suspects dans la nuit de vendredi à samedi, selon les médias arabes.

Vendredi était également la journée de la Naqba (Catastrophe) pour les Palestiniens, qui marque le déplacement de ces derniers avant et après l’établissement de l’Etat d’Israël, le 14 mai 1948. La période qui précède et qui suit la journée de la Naqba est souvent l’occasion d’une recrudescence de la violence en Cisjordanie et en Israël.

Les troupes israéliennes patrouillent dans le village de Yabad en Cisjordanie après la mort d’un soldat pendant un raid, le 12 mai 2020. (Crédit : AP/Majdi Mohammed)

Jeudi, un soldat israélien a été blessé après avoir été renversé par une voiture – une attaque délibérée selon les militaires survenue dans le sud de la Cisjordanie.

Le conducteur du véhicule est mort, tué par les balles d’un soldat présent sur les lieux, a noté l’armée.

Le soldat touché, âgé de 21 ans, a été blessé aux extrémités, ont indiqué les services du Magen David Adom. Il serait dans un état modéré à grave.

Mardi, un attaquant palestinien a tenté de poignarder des agents de sécurité au carrefour de Qalandiya, dans le nord d’Israël. Les agents de la police des frontières ont ouvert le feu sur l’homme, le blessant, après qu’il a tenté de les poignarder, a noté la police.

Les responsables israéliens de la Défense ont aussi averti d’une vague de violences potentielle en réponse aux plans d’annexion unilatérale du gouvernement de certains secteurs de la Cisjordanie.

Des informations rendues publiques vendredi ont averti que les problèmes économiques de l’Autorité palestinienne suite à la pandémie de coronavirus pourraient entraîner un soulèvement violent, en Cisjordanie, susceptible de déstabiliser la gouvernance du président de l’AP Mahmoud Abbas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...