Rechercher

Des pays européens condamnent la destruction d’une maison à Sheikh Jarrah

La France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne ont aussi dénoncé les projets israéliens de construire "des centaines de nouvelles unités de logement" entre Givat HaMatos et Har Homa

Des bulldozers municipaux démolissent une structure sur un terrain anciennement occupé par la famille Salihiya à Sheikh Jarrah, Jérusalem-Est, le 19 janvier 2022. (Autorisation)
Des bulldozers municipaux démolissent une structure sur un terrain anciennement occupé par la famille Salihiya à Sheikh Jarrah, Jérusalem-Est, le 19 janvier 2022. (Autorisation)

La France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne ont dénoncé mercredi la destruction de la maison d’une famille palestinienne à Jérusalem-Est ainsi que les projets israéliens d’y construire « des centaines de nouvelles unités de logement ».

« Nous demandons instamment au gouvernement israélien de mettre un terme aux procédures d’éviction et de démolition des structures palestiniennes à Jérusalem-Est et en zone C, qui contribuent à alimenter les tensions sur le terrain », ont déclaré les porte-parole des ministères des Affaires étrangères des quatre pays dans un communiqué commun.

La police israélienne a détruit mercredi avant l’aube la maison d’une famille palestinienne dans le quartier sensible de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est.

Mettant à exécution un ordre controversé d’expulsion, des policiers ont évacué de leur maison les membres de la famille Salhiya, menacée d’expulsion depuis 2017 et objet d’une campagne de soutien dans les Territoires palestiniens et à l’étranger.

Une vue de Shiekh Jarrah, un quartier de Jérusalem, avec le centre de la ville en arrière-plan, en mars 2009. (Crédit : Wikipedia/David Shankbone/CC BY)

La France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne se sont aussi dites « profondément préoccupées par la décision de faire progresser des projets de construction de centaines de nouvelles unités de logement à Jérusalem-Est, y compris entre Givat HaMatos et Har Homa ».

« Ces nouvelles unités de logement ne feraient que porter davantage atteinte à la continuité territoriale entre la Cisjordanie et Jérusalem-Est et constituent un obstacle supplémentaire à la solution des deux Etats », ont souligné les quatre porte-parole.

« Cette décision menace directement la viabilité d’un futur Etat palestinien. Les colonies israéliennes constituent une violation flagrante du droit international et font obstacle à l’établissement d’une paix juste, globale et durable entre les Israéliens et les Palestiniens », ont-ils estimé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...