Des religieux musulmans au séder des juifs d’Indonésie
Rechercher

Des religieux musulmans au séder des juifs d’Indonésie

50 juifs du plus grand pays musulman du monde se sont rassemblés pour le repas ; l'adjoint du Secrétaire d’Etat américain invité d’honneur

Seder de Pessah en Indonésie, le 22 avril 2016. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)
Seder de Pessah en Indonésie, le 22 avril 2016. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)

Cinquante juifs indonésiens se sont rassemblés pour le seder de Pessah à Jakarta vendredi soir, avec une liste d’invités qui incluait Antony Blinken, assistant du Secrétaire d’Etat américain et plusieurs religieux musulmans locaux.

« Des hommes et des femmes de confessions différentes se sont rassemblés pour célébrer une ancienne tradition juive ici dans un pays à majorité musulmane. C’est un symbole très puissant », a déclaré l’invité d’honneur Blinken, lui-même juif.

Suhai Suat, un membre juif qui a participé au seder, a déclaré à la Dixième chaîne d’Israël que toutes les religions du monde aspirent à vivre en paix, et « donc, nous ne devons pas constituer une menace envers nos compatriotes ».

Johannes Sengi, un des juifs indonésiens qui a participé au repas, a déclaré que la communauté « veut vivre en tant qu’égaux. C’est notre identité ; nous avons besoin de notre foi car c’est un droit humain fondamental ».

Le secrétaire d'Etat américain adjoint Antony Blinken pendant un seder de Pessah à Jakarta, en Indonésie, le 22 avril 2016. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)
Le secrétaire d’Etat américain adjoint Antony Blinken pendant un seder de Pessah à Jakarta, en Indonésie, le 22 avril 2016. (Crédit : capture d’écran Dixième chaîne)

La cérémonie festive juive a pris une signification spéciale dans le pays musulman le plus grand du monde, seulement trois ans après que des islamistes radicaux aient fait pression sur les autorités pour fermer la seule synagogue dans la capitale indonésienne.

Les membres de la minuscule communauté juive du pays, qui ne compte qu’environ 200 personnes, ont fait profil bas à la suite de la fermeture de la synagogue Ohel Yaakov et d’une série d’attaques antisémites.

Les Juifs indonésiens sont pour la plupart des descendants de Juifs irakiens et hollandais qui ont immigré dans les années 1920.

Suhai Suat, religieux musulman, pendant un seder de Pessah organisé par 50 juifs indonésiens à Jakarta, le 22 avril 2016. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)
Suhai Suat, religieux musulman, pendant un seder de Pessah organisé par 50 juifs indonésiens à Jakarta, le 22 avril 2016. (Crédit : capture d’écran Dixième chaîne)

Puisque le judaïsme n’est pas reconnu comme une des religions officielles du pays, les cartes d’identité de la plupart de juifs du pays les identifient comme chrétiens.

Une femme indonésienne juive, qui n’est pas identifiée par la chaîne, a déclaré que la haine ressentie d’Israël et des juifs par les Indonésiens provient de l’ignorance.

« Lorsqu’ils disent ‘je hais les juifs, je hais Israël’, vous ne pouvez pas vraiment les juger parce qu’ils n’ont jamais rencontré de juifs », a-t-elle déclaré.

Le mois dernier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé à l’établissement de relations diplomatiques officielles avec l’Indonésie, un appel rejeté par Jakarta.

Le Premier ministre Netanyahu et des journalistes indonésiens, le 28 mars 2016 (Credit : Haim Tzach/GPO)
Le Premier ministre Netanyahu et des journalistes indonésiens, le 28 mars 2016 (Credit : Haim Tzach/GPO)

Netanyahu a rencontré une délégation en visite des journalistes indonésiens et a salué les « nombreuses opportunités pour une coopération bilatérale, tout particulièrement dans le domaine de la technologie de l’eau et de la high-tech ».

Plus tôt en mars, la vice ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely avait déclaré aux membres de la Knesset qu’Israël avait des relations secrètes avec Jakarta, tout en défendant la décision de Jérusalem d’empêcher la ministre des Affaires étrangères d’Indonésie d’entrer en Cisjordanie parce qu’elle ne prévoyait pas de visiter Jérusalem lors de sa visite dans la région.

Retno Lestari Priansari Marsudi devait rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le ministre des Affaires étrangères Riyad al-Maliki pour inaugurer un consulat honoraire à Ramallah, mais elle a été forcée de déplacer la rencontre à Amman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...