Des start-ups de la santé vont aller à Londres présenter leurs technologies
Rechercher

Des start-ups de la santé vont aller à Londres présenter leurs technologies

Le nombre d'entreprises de santé numérique en Israël a atteint les 580 à la fin de 2019, plus du double du chiffre de 2011

Image illustrative d'une technologie numérique de santé (chombosan; iStock by Getty Images)
Image illustrative d'une technologie numérique de santé (chombosan; iStock by Getty Images)

Une délégation de 10 start-ups israéliennes de technologies de la santé se rendra au Royaume-Uni le mois prochain dans le cadre d’une initiative des institutions de santé britanniques afin de développer des services de santé modernes et efficaces. Il s’agit également de répondre aux problèmes des cliniques surchargées et des ressources insuffisantes.

AstraZeneca, NHSX, Care UK, Walgreens Boots Alliance et Amazon Web Services accueilleront les start-ups pour une série d’événements à Londres.

Les 10 start-ups, choisies parmi 100 candidats, font partie du programme Texchange mis en place par l’ambassade britannique en Israël qui fait la liaison entre des entreprises britanniques et israéliennes avec des « solutions digitales prometteuses », a déclaré l’ambassade dans un communiqué.

La délégation se compose de Binah.ai, une entreprise d’intelligence artificielle avec des applications de santé ; Breezometer, un fournisseur de données en temps réel sur la qualité de l’air ; EarlySense, un fabriquant de système de surveillance qui suit le bien-être des patients ; Medial EarlySign, qui a développé un programme informatique pour dépister des maladies comme le cancer du colon ; Midivizor, dont le logiciel permet aux patients atteints de maladies chroniques de créer un profil santé en ligne et d’obtenir des informations personnalisées sur leur état de santé ; docdok.health, une start-up basée en Suisse et en Israël qui développe des solutions de santé personnalisées ; Sivan Innovation, un développeur d’application web pour le suivi de maladies ; Selfit Medical, un développeur d’une plateforme digitale thérapeutique pour la population vieillissante ; Vaica Medical, fabriquant d’un appareil qui rappelle aux patients de prendre leur médicaments ; et IMNA Solutions, qui a créé une plateforme de gestion du patient et de collecte des données.

Capsuled de Vaica, un appareil de distribution de médicament connecté à un service de cloud pour s’assurer que les médicaments sont pris à temps.

L’augmentation du recours aux données et à l’IA dans tous les secteurs est un objectif national pour le Royaume-Uni, tracé dans sa Carte blanche de stratégie industrielle en 2017. Le gouvernement britannique voit ces outils numériques de santé comme une manière de lutter contre les maladies, a-t-on expliqué dans le communiqué, et Israël est une des nations vers laquelle il se tourne pour s’inspirer.

Le nombre d’entreprises de santé numérique en Israël a atteint les 580 à la fin de 2019, plus du double du chiffre de 2011, selon la Start-Up Nation Central, qui suit l’industrie. Les start-ups israéliennes de santé numérique ont levé 662 millions de dollars d’investisseurs dans 69 accords l’année dernière, selon les données. Israël, que l’on surnomme la Start-up Nation cherche à devenir l’un de leaders dans le domaine. En 2018, le gouvernement israélien a lancé un programme d’1 milliard de shekels pour renforcer les activités dans le secteur.

La UK Israel Tech Hub, une équipe au sein de l’ambassade britannique à Tel Aviv, cherche à répondre aux défis de santé qui se dressent devant les institutions britanniques en mettant en contact des entreprises britanniques avec des solutions de pointe développées en Israël.

Le Hub est une initiative publique et privée lancée en 2011 avec des bureaux à Londres. Le Hub vise à promouvoir les partenariats technologiques et d’innovation entre les deux pays, en se focalisant sur des domaines avec un fort potentiel d’échange comme les technologies financières, biomédicales et la mobilité intelligente. Le Hub a aidé à financer plus de 80 partenariats technologiques bilatéraux, pour une valeur de 784 millions de dollars, expliquait le communiqué.

« Israël est un leader mondial en matière de technologies capitales nécessaires au développement des cadres de travail de santé, a déclaré Samuel Cronin, un responsable de l’innovation santé au UK Israel Tech Hub, dans un communiqué. « La technologie israélienne a déjà prouvé sa prévalence en matière d’intelligence artificielle, d’analyses de big data et d’analyses prédictives, pour ne citer que quelques domaines. En se basant sur son expertise dans la construction de blocs du nouveau monde de la médecine, Israël devient un candidat idéal pour faire avancer la santé. »

TeXchance, organisé chaque année par le UK Israel Tech Hub, a déjà servi de lien pour créer plus de 20 accords de partenariat signés entre le Royaume-Uni et Israël, notait le communiqué.

Dans le passé, TeXchange s’est focalisé sur la mobilité intelligente, la sécurité informatique, les technologies de distribution et les technologies financières. Des centaines d’entreprises britanniques et plus de 60 start-ups israéliennes ont participé aux activités de TeXchange jusqu’à présent. Le programme de cette année est parmi les plus importants en terme de participation du Royaume-Uni, selon le communiqué.

Le programme TeXchange est « un élément majeur du partenariat fort, profond et moderne entre Israël et le Royaume-Uni. L’innovation de santé occupe une place de plus en plus importante au Royaume-Uni, et pourrait fortement bénéficier des capacités technologiques médicales d’Israël », a déclaré Neil Wigan, ambassadeur britannique en Israël, dans le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...