Des ultra-orthodoxes se marient dans un village arabe pour éviter la police
Rechercher

Des ultra-orthodoxes se marient dans un village arabe pour éviter la police

Un témoin oculaire a déclaré que les convives avaient mis de la musique arabe pour tenter de se fondre dans le décor

Un mariage. Illustration. (Crédit: Moshe Shai/Flash90)
Un mariage. Illustration. (Crédit: Moshe Shai/Flash90)

La police a interrompu mercredi un mariage ultra-orthodoxe qui s’est déroulé dans un endroit plutôt inattendu : dans le village arabe de Kafr Qassim.

Les mariés avaient choisi ce lieu parce qu’ils voulaient éviter d’être repérés, étant donné que la cérémonie constituait une infraction aux restrictions liées à la pandémie de coronavirus, selon un reportage de la Douzième chaîne diffusé jeudi.

En vertu du confinement instauré pour endiguer la propagation de la COVID-19, les mariages et autres évènements en extérieur sont limités à 20 personnes.

Un témoin oculaire a déclaré à la chaîne que les convives avaient mis de la musique arabe dans les haut-parleurs pour tenter de se fondre dans le décor.

Le mariage se serait déroulé dans une salle appartenant à un résident de Kafr Qassim. Dans une vidéo de l’évènement, on peut voir que la distanciation sociale n’a pas été respectée et que des dizaines de convives ne portaient pas de masques.

La police a annoncé, dans un communiqué, avoir interrompu le mariage et infligé une amende au propriétaire de la salle, d’un montant de 5 000 shekels, alors qu’elle passait par hasard devant les lieux pour une autre opération.

« La police israélienne appelle tout les chefs d’entreprises et le public à se conformer aux directives du ministère de la Santé afin d’éviter la propagation du virus », indique la Douzième chaîne.

Ce n’est apparemment pas la première fois que des ultra-orthodoxes choisissent de se marier dans un village arabe pour éviter d’être repérés, selon la Douzième chaîne.

Si Kafr Qassim a été épargné par la première vague de la pandémie, elle comptait quelques mois plus tard 170 cas pour 10 000 habitants, soit le deuxième taux le plus élevé du pays. Une baisse du nombre de cas a été récemment observée.

Les grands mariages, qui ont généralement lieu pendant l’été, ont été considérés comme des foyers de l’épidémie dans la communauté arabe israélienne.

Mercredi soir, une altercation a éclaté entre la police et les convives d’un mariage organisé au bord de la mer Morte. Les convives ont manifesté leur mécontentement face aux forces de l’ordre, qui tentaient de mettre fin à la soirée.

La confrontation avec la police a été filmée et relayée sur les réseaux sociaux.

La semaine dernière, une violente altercation à éclaté lors d’un mariage qui a eu lieu dans une propriété privée de Givat Zeev.

Les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des échauffourées entre la police et les invités au milieu des tables disposées pour la fête, alors que les gens crient et pleurent, et qu’un homme est frappé après avoir été jeté au sol. Le frère de la mariée a ensuite été escorté hors de la maison, le visage ensanglanté.

Les mariages d’ampleur ne sont pas autorisés en ce moment, et les autorités ont refusé de rouvrir les salles par crainte d’infections lors d’événements où il est difficile de maintenir une distanciation sociale.

Aaron Boxerman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...