Rechercher

Détention prolongée pour le chauffeur impliqué dans l’accident de la mer Morte

Le conducteur qui a causé, le 23 octobre, une collision ayant tué une famille de huit personnes va rester lui aussi en prison

Des secouristes de ZAKA sur les lieux d'une collision frontale mortelle sur la route 90, près de la mer Morte, le 30 octobre 2018. (ZAKA)
Des secouristes de ZAKA sur les lieux d'une collision frontale mortelle sur la route 90, près de la mer Morte, le 30 octobre 2018. (ZAKA)

La cour des magistrats de Petah Tikva a prolongé lundi de trois jours la détention d’un chauffeur de camion soupçonné d’avoir causé un accident meurtrier sur la route 90 qui a fait six morts, il y a vingt-quatre heures.

Un mini-bus emmenait un groupe de Palestiniens originaires de Jérusalem-Est, tous âgés d’une trentaine d’années, sur leur lieu de travail lorsqu’il est entré en collision avec le camion.

Les victimes ont depuis été identifiées : Il s’agit de deux frères, Lutfi et Rajai Zahdi, originaires de Wadi Joz; d’Alaa Qarash, qui vivait dans la Vieille Ville de Jérusalem, d’Ahmad al-Ayoubi de Zaim; de Majd Asila de Kafr Akab; et de Majd Samara de Kafr Akab.

Des images du drame semblent montrer le camion dévier vers la voie opposée, amenant le mini-bus, qui tente de l’éviter, à faire un écart avant de s’écraser contre le camion.

Le chauffeur a affirmé devant le tribunal que la responsabilité de l’accident était imputable au mini-bus qui avait fait une embardée sur la voie qui lui était réservée.

Un enquêteur de police a indiqué devant la cour que l’homme avait gardé le silence pendant l’enquête et qu’il aurait tenté de faire disparaître la carte-mémoire de la caméra intégrée dans son camion.

Par ailleurs, la cour des magistrats de Beer Sheva a prolongé de sept jours la détention d’un homme soupçonné d’avoir tué les huit membres d’une même famille lors d’une collision frontale entre sa jeep et un mini-bus qui circulait sur la voie opposée.

Le nom du conducteur avait été placé sous embargo. Il a été ultérieurement identifié comme s’appelant Laurent Ankri, un homme de 52 ans originaire de Givon Hahadasha.

La famille Atar entière – Yariv Atar, 45 ans, et son épouse Shoshi, 47 ans, ainsi que leurs enfants Yaakov Yisrael, 12 ans, Ateret, 11 ans, Ayelet, 9 ans, Moriah, 7 ans, Yedid, 5 ans et Avigail, 3 ans — avaient trouvé la mort, mardi, sur la route 90.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...