Deux Israéliens munis de balles arrêtés à la frontière égyptienne
Rechercher

Deux Israéliens munis de balles arrêtés à la frontière égyptienne

Le consul israélien au Caire se trouve aux côtés des deux ressortissants après la découverte de balles dans leurs sacs, selon le ministère des Affaires étrangères

Le poste-frontière de Taba, entre Israël et l'Egypte. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Le poste-frontière de Taba, entre Israël et l'Egypte. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Deux Israéliens ont été arrêtés samedi au poste-frontière de Taba dans la péninsule du Sinaï, entre Israël etl’Egypte, après la découverte de munitions dans leurs sacs.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que le consul israélien, au Caire, avait été envoyé pour apporter son aide aux deux ressortissants, dont l’identité n’est pas encore connue.

Le Sinaï est devenu une destination populaire des touristes israéliens ces dernières années.

Les jeunes Israéliens, qui passent en général trois ans au sein de l’armée, sont parfois arrêtés alors qu’ils transportent par inadvertance des balles ou autres équipements militaires dans leurs bagages lors de voyages à l’étranger.

L’année dernière, un Israélien avait été placé en détention par les autorités égyptiennes pendant une trentaine d’heures après qu’il a été appréhendé à la frontière avec le magasin d’une arme à feu dans sa voiture. Il avait écopé d’une amende d’un montant indéterminé.

Au cours des dernières années, une demi-douzaine d’Israéliens qui se rendaient en Azerbaïdjan, en Ouzbékistan et en Egypte ont été arrêtés par les autorités locales parce qu’ils transportaient des balles dans leurs bagages.

Au mois de janvier 2018, cinq cartouches avaient été retrouvées dans le sac d’un Israélien, qui avait été appréhendé et emprisonné pendant plus d’un mois en Azerbaïdjan. Il avait été libéré au mois de mars de la même année et avait été condamné à payer une amende.

Une femme israélienne avait été également arrêtée à la fin du mois de février 2018 à l’aéroport de Bakou avec des cartouches dans son sac de voyage, qu’elle avait emprunté à sa fille soldate au sein de Tsahal. La femme avait été placée en détention pendant trois semaines avant d’être renvoyée au sein de l’Etat juif.

Au mois de novembre 2017, une Israélienne âgée de 62 ans avait été incarcérée par les autorités ouzbèques pendant trois jours après la découverte d’un chargeur dans ses bagages à son arrivée à Tashkent.

Un incident similaire était survenu en Ouzbékistan au mois de mars 2017, quand un Israélien âgé d’une vingtaine d’années avait été placé en détention pendant 12 jours après que 13 cartouches ont été trouvées dans son sac alors qu’il faisait escale pour changer d’avion. Il faisait le déplacement entre Israël et la Thaïlande.

Au mois d’octobre 2017, Nir Itach, un touriste israélien, avait été brièvement retenu en Egypte après la découverte de balles dans son sac à dos que lui avait prêté son frère qui était dans l’armée. Itach avait été libéré quelques heures après son arrestation et il lui avait été interdit d’entrer en Egypte pendant sept jours. Son frère avait dit, à ce moment-là, qu’il avait utilisé un sac datant de son service militaire et qu’il ignorait que des cartouches s’y trouvaient encore.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...