Deux morts et deux blessés dans l’explosion d’une usine à Ashdod
Rechercher

Deux morts et deux blessés dans l’explosion d’une usine à Ashdod

Les secouristes fouillent les débris à la recherche d'éventuelles victimes ; l'usine de métallurgie fonctionnait sans licence, révoquée en raison de problèmes de sécurité

Pompiers et policiers sur les lieux d'une explosion dans une usine d'Ashdod, le 17 novembre 2020. (Crédit : Flash90)
Pompiers et policiers sur les lieux d'une explosion dans une usine d'Ashdod, le 17 novembre 2020. (Crédit : Flash90)

Deux ouvriers ont été tués et deux autres blessés dans une explosion de gaz présumée dans une usine de métallurgie de la ville côtière d’Ashdod.

Selon les médias israéliens, les deux employés tués étaient des hommes âgés d’une trentaine et d’une quarantaine d’années. Le site Ynet a rapporté que l’un d’eux était un Palestinien de Cisjordanie et le second un ressortissant turc.

Le site Walla a précisé que d’après les premiers éléments réunis par la police, l’explosion s’est produite pendant que les employés soudaient un réservoir de gaz.

Les deux blessés ont été admis à l’hôpital Assuta de Ashdod et seraient dans un état modéré à sérieux. L’un d’eux a été transporté en ambulance et le second s’est rendu à l’hôpital en voiture.

Des images de la scène montrent un immeuble semblant complètement détruit et des secouristes fouillant les débris à la recherche d’éventuelles victimes.

Pompiers et policiers sur les lieux d’une explosion dans une usine d’Ashdod, le 17 novembre 2020. (Crédit : Flash90)

Selon Ynet, l’usine fonctionnait sans licence, sa certification ayant été révoquée en raison de problèmes de sécurité.

Hezi Schwartzman, directeur du département de la sécurité au travail, au sein du ministère du Travail, a révélé au site que l’usine tournait illégalement depuis trois ans, après que des défaillances de sécurité ont été mises en lumière.

« C’est un incident sinistre. Les inspecteurs sont sur place avec la police et les services d’urgence. Les raisons de cette explosion feront l’objet d’une enquête », a dit Schwartzman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...