Deux personnes arrêtées pour contrefaçon de pièces de 5 shekels
Rechercher

Deux personnes arrêtées pour contrefaçon de pièces de 5 shekels

Les experts ont eu du mal à distinguer les fausses pièces des vraies ; l’atelier frappait une pièce toutes les 3 secondes

Cette photo publiée le dimanche 21 janvier 2018 montre de fausses pièces de cinq shekels produites par un graveur de 40 ans à Arad dans le sud d'Israël. (Crédit : Police d'Israël)
Cette photo publiée le dimanche 21 janvier 2018 montre de fausses pièces de cinq shekels produites par un graveur de 40 ans à Arad dans le sud d'Israël. (Crédit : Police d'Israël)

La police a arrêté deux hommes dans la ville d’Arad, dans le sud du pays, pour avoir prétendument contrefait des centaines de milliers de pièces de 5 shekels (1 € 20) qui sont pratiquement identiques aux originales, a rapporté dimanche la chaîne Hadashot.

Les deux hommes, dont un graveur de 40 ans de la ville portuaire d’Ashdod, dirigeaient l’atelier dans un bâtiment industriel d’apparence classique. Ils sont soupçonnés d’avoir importé des machines spéciales, un alliage, utilisés pour graver des pièces de monnaie de cinq shekels ainsi que des pièces anciennes qu’ils auraient vendu à des collectionneurs, a déclaré la police à la chaîne de télévision. Le deuxième homme, 27 ans, l’a aidé à distribuer les pièces.

« Il a utilisé des matériaux spéciaux qui ont empêché le personnel de la Banque d’Israël de discerner [les contrefaçons] des pièces authentiques », a déclaré l’adjudant Asher Elimelech, responsable des enquêtes sur la fraude dans le district sud de la police. « Le travail de gravure est d’une très haute qualité. »

« Ces ateliers auraient pu être utilisés pour produire des centaines de milliers de fausses pièces et nuire à l’économie avec des millions de shekels de fausse monnaie », a-t-il ajouté. « Nous n’avons jamais rencontré une telle qualité dans la contrefaçon de pièces de cinq shekels, ou de n’importe quelle pièce de monnaie. Habituellement, ce sont des pièces de dix shekels qui sont imitées. »

Les machines produisaient une pièce toutes les trois secondes, selon la chaîne. Chaque pièce a coûté au graveur 0.9 shekel, et il les vendait 2,5 shekels chacune. La police a estimé qu’il a réussi à produire des dizaines de milliers de pièces de monnaie qui circulent désormais dans les tiroirs-caisses des marchés, des magasins et des taxis, entre autres.

La police a déclaré que les enquêteurs de l’unité des fraudes ont commencé à surveiller l’activité de l’individu après avoir reçu des informations sur l’activité illégale, et qu’ils ont effectués les arrestations dans les ateliers la semaine dernière, où il a été pris en flagrant délit.

Les agents soupçonnent que les pièces de monnaie aient été commandées par un haut dirigeant du crime organisé. Le graveur hésiterait à révéler le nom aux enquêteurs.

Le graveur et son assistant ont été arrêtés et seront inculpés dans les prochains jours, a précisé Hadashot.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...