Rechercher

Deux résidents arabes de Lod inculpés pour avoir tiré sur un Juif en mai dernier

Amsalem Hasouna et Iyad Hasouna sont accusés de délits "graves" ; ils sont de la famille de Mousa Hasouna, abattu quelques jours plus tôt dans des circonstances contestées

La police est vue à Lod lors d'émeutes ethniques dans la ville mixte judéo-arabe du centre d'Israël, le 12 mai 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
La police est vue à Lod lors d'émeutes ethniques dans la ville mixte judéo-arabe du centre d'Israël, le 12 mai 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Les forces de sécurité israéliennes ont annoncé jeudi l’arrestation de deux résidents de Lod impliqués dans une fusillade survenue dans la ville lors d’une flambée de violences en mai.

Amsalem Hasouna et Iyad Hasouna, deux résidents arabes de Lod âgés d’une vingtaine d’années, ont été arrêtés, selon le Shin Bet. Les deux hommes sont des proches de Mousa Hasouna, qui a été abattu dans des circonstances contestées quelques jours plus tôt.

Les deux hommes ont été inculpés au tribunal de district de Lod pour « délits graves ». Aucun autre détail n’a été donné dans la déclaration.

Le Shin Bet a déclaré que la fusillade en question s’est produite le 13 mai « au cours de troubles graves » pendant le conflit de 11 jours entre Israël et Gaza, nommé Opération Gardien des Murs. Un civil juif « a été légèrement à modérément blessé par des coups de feu tirés sur un groupe de Juifs dans la rue », a déclaré l’agence de sécurité.

La police israélienne et le Shin Bet ont mené une enquête sur l’incident, et ont déclaré que les deux hommes étaient également impliqués dans d’autres troubles à Lod.

Le Shin Bet a déclaré qu’il considérait « avec la plus grande sévérité l’implication de citoyens israéliens dans le terrorisme » et qu’il continuerait à enquêter sur les personnes impliquées dans « tous les incidents terroristes » survenus pendant les violences de mai.

Mais des citoyens arabes ont affirmé qu’Israël poursuivait les suspects arabes avec beaucoup plus d’acharnement que les citoyens juifs qui ont pris part aux affrontements violents et généralisés.

Malek Hassuna (à gauche) montre une photo de son défunt fils Mussa (au centre), abattu le 10 mai, alors qu’il est avec Effi Yehoshua à Lod, le 18 août 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

En octobre, les procureurs ont innocenté cinq suspects qui avaient été arrêtés dans le cadre de la mort par balle de Mousa Hasouna.

Hasouna, 32 ans, a été abattu le 10 mai à Lod, trois jours avant l’incident pour lequel ses proches ont été arrêtés. Quatre des suspects ont été écartés comme étant les auteurs de la balle, et un cinquième a été innocenté car les enquêteurs ont déclaré ne pas pouvoir déterminer avec le niveau de confiance requis qui a tiré la balle.

Malek Hasouna, le père de Mousa, avait déclaré au quotidien Haaretz à l’époque qu’il était en colère mais pas surpris que les procureurs aient innocenté les suspects.

« Il était clair qu’ils allaient classer l’affaire, ils n’ont jamais eu l’intention d’arrêter qui que ce soit dès le début », a-t-il déclaré. « Lorsque [l’Israélien juif] Yigal Yehoshua a été tué [le lendemain], ils ont arrêté la moitié de la ville et inculpé de nombreuses personnes… pourquoi n’ont-ils inculpé personne pour le meurtre de mon fils ? ».

Yigal Yehoshua, 56 ans, tué à l’aide d’une brique, lors d’émeutes ethniques à Lod (Crédit : autorisation)

En juillet, Malek a pris la parole à la Knesset et a supplié que justice soit faite pour Mousa. En septembre, il a déclaré qu’il ne croyait pas que la police prenait l’affaire au sérieux. « Israël fait une distinction selon laquelle il est très normal qu’un Arabe meure de sang-froid », a-t-il affirmé.

Huit suspects ont été arrêtés dans la mort de Yehoshua, un habitant juif de Lod tué lors d’une attaque au jet de pierre dans la ville le 11 mai.

Mais les forces de sécurité ont également arrêté des suspects juifs pour leur implication dans les violences de mai. En juillet, un résident juif de Petah Tikva a été arrêté pour avoir agressé et poignardé un Arabe israélien à Bat Yam sur le parking d’une mosquée le 12 mai. Et au moins 13 suspects juifs ont été arrêtés pour le passage à tabac de Saeed Mousa à Bat Yam le 12 mai.

Pendant le conflit de mai à Gaza, plusieurs villes mixtes arabes et juives ont été en proie à certains des pires troubles internes depuis des années. Lod est devenu l’épicentre de la violence, et des affrontements entre civils juifs et arabes ont eu lieu tout au long des 11 jours de guerre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...