Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Différend gazier : le Koweït appelle l’Iran à des négociations

Objet d'un différend de longue date avec Téhéran, le champ de Dorra, appelé Arash en persan, a des réserves estimées à 220 milliards de mètres cubes

Drapeau du Koweit. (Crédit : SKopp/Domaine public)
Drapeau du Koweit. (Crédit : SKopp/Domaine public)

Le Koweït a de nouveau appelé l’Iran lundi à des négociations à propos du champ gazier de Dorra, objet d’un différend entre les deux pays, après que Téhéran a dit se préparer pour y lancer les opérations de forage.

Le Koweït a réaffirmé qu’il partageait avec l’Arabie saoudite voisine les « droits exclusifs » sur ce gisement, dont une grande partie est située à la frontière maritime entre les deux pays arabes du Golfe.

Mais une autre partie relève de l’Iran.

« L’Etat du Koweït et le royaume d’Arabie saoudite (…) ont des droits exclusifs sur les richesses naturelles du gisement de Dorra », a déclaré le ministère koweïtien des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’Etat « renouvelle son invitation à la partie iranienne à entamer des négociations sur la démarcation des frontières maritimes », a-t-il ajouté.

Objet d’un différend de longue date avec la République islamique d’Iran, le champ de Dorra, appelé Arash en persan, a des réserves estimées à 220 milliards de mètres cubes, soit 7 000 milliards de pieds cubes.

Un accord sur une exploitation conjointe a été signé en mars 2022 entre le Koweït et l’Arabie saoudite, et qualifié d’ « illégal » par Téhéran.

Le directeur général de la National Iranian Oil Company, Mohsen Khojsteh Mehr, a déclaré la semaine dernière que la compagnie nationale iranienne se préparait à « commencer le forage dans le champ conjoint d’Arash ».

« Des ressources considérables ont été allouées au conseil d’administration (…) pour mettre en œuvre le plan de développement de ce gisement », a-t-il dit, selon des propos rapportés par les médias d’Etat iraniens.

Ces déclarations interviennent dans un contexte de réchauffement diplomatique dans la région, marqué par le rétablissement des liens entre l’Arabie saoudite et l’Iran, après sept ans de rupture.

Le différend à propos de ce gisement remonte aux années 1960 : le Koweït avait alors accordé une concession à Dorra à l’Anglo-Iranian Petroleum, devenue plus tard une part de BP, tandis que l’Iran avait donné une concession à la Royal Dutch/Shell. Les deux concessions se chevauchent dans une partie du gisement gazier.

Les deux pays ont tenu des négociations vaines durant des années pour résoudre ce différend.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.