Diffusion du portrait du suspect du meurtre d’un couple à Jérusalem en 2019
Rechercher

Diffusion du portrait du suspect du meurtre d’un couple à Jérusalem en 2019

La police a publié l'image de l'homme recherché en lien avec la mort de Yehuda et Tamar Kaduri, il y a deux ans

Portrait réalisé par la police d'un suspect dans le meurtre, en janvier 2019, de Yehuda et Tamar Kaduri. (Crédit : Police israélienne)
Portrait réalisé par la police d'un suspect dans le meurtre, en janvier 2019, de Yehuda et Tamar Kaduri. (Crédit : Police israélienne)

Alors que l’enquête sur un double meurtre commis il y a deux ans est actuellement dans l’impasse, la police israélienne a publié, lundi, le portrait d’un suspect dans cette affaire d’homicide et elle a demandé l’aide du public pour parvenir à l’identifier.

Les forces de l’ordre demandent à toutes les personnes susceptibles d’avoir des informations sur l’identité de cet individu d’appeler le 100.

Yehuda Kaduri, 71 ans, et son épouse Tamar, 68 ans, avaient été découverts mortellement poignardés dans leur appartement du quartier Armon Hanatziv à Jérusalem, le 13 janvier 2019.

La police avait dans un premier temps favorisé l’hypothèse d’un attentat terroriste avant de se tourner vers un mobile purement criminel.

Tamar Kaduri, à gauche, avec son mari Yehuda, retrouvés morts à leur domicile d’Armon HaNatziv, le 13 janvier 2019. (Autorisation)

La plus grande partie des détails du dossier est placée sous embargo.

L’année dernière, la police avait diffusé des images enregistrées par les caméras de sécurité aux abords du lieu du meurtre montrant un homme portant une capuche qui dissimulait apparemment son visage à dessein en passant devant la caméra, ce qui avait fait naître les soupçons des enquêteurs.

Il est difficile de dire si la séquence a été enregistrée avant ou après le double homicide, qui avait eu lieu dans la nuit du 10 au 11 janvier. Les images montraient l’homme passant devant la caméra à plusieurs reprises, portant d’abord un sac à dos puis sans sac à dos.

Les enquêteurs restent perplexes face à l’affaire et une source de la police a indiqué, l’année dernière, au quotidien Haaretz que le dossier est « l’un des plus difficiles que nous ayons eu à résoudre ces dernières années à Jérusalem ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...