Rechercher

Donald Trump, la Syrie et Napoléon Bonaparte

"Quiconque veut aider la Syrie à protéger les Kurdes, pas de problème pour moi, que ce soit la Russie, la Chine ou Napoléon Bonaparte", a dit le président américain sur Twitter

Napoléon franchissant les Alpes, par Jacques-Louis David
Napoléon franchissant les Alpes, par Jacques-Louis David

Donald Trump n’est pas féru d’histoire. Lundi, pourtant, au détour d’un tweet, le président américain a fait une allusion inattendue à… Napoléon Bonaparte.

« Après avoir vaincu à 100 % le califat du groupe Etat islamique, j’ai retiré l’essentiel de nos troupes de Syrie », a-t-il écrit.

« J’ai dit à mes généraux : pourquoi devrions-nous nous battre pour la Syrie et Assad afin de protéger le territoire de notre ennemi ? Quiconque veut aider la Syrie à protéger les Kurdes, pas de problème pour moi, que ce soit la Russie, la Chine ou Napoléon Bonaparte. »

« J’espère que cela se passera bien pour tout le monde, nous nous sommes à 11 000 kilomètres ! », a-t-il ajouté.

Depuis l’annonce il y a huit jours, dans une certaine confusion, du retrait de troupes américaines des abords de la frontière turco-syrienne, qui a ouvert la voie à une intervention militaire turque, le dirigeant républicain souffle le chaud et le froid, suscitant de réelles interrogations sur la stratégie américaine dans cette région du monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...