Montréal : Condamnations après des provocations lors d’une manif pro-Israël
Rechercher

Montréal : Condamnations après des provocations lors d’une manif pro-Israël

La manifestation, qui avait débuté dans le calme, a dégénéré avec l'arrivée de manifestants pro-palestiniens qui a fait monter la tension entre les deux groupes

Des personnes participant à un rassemblement de solidarité israélien à Montréal courent alors que des pro-palestiniens leur lancent des pierres le 16 mai 2021 (Capture d'écran / Twitter)
Des personnes participant à un rassemblement de solidarité israélien à Montréal courent alors que des pro-palestiniens leur lancent des pierres le 16 mai 2021 (Capture d'écran / Twitter)

La police a fait usage de gaz lacrymogènes dimanche à Montréal à la suite d’échauffourées entre manifestants pro-palestiniens et pro-israéliens, lors d’un rassemblement de soutien à l’État hébreu.

Quelques centaines de manifestants arborant des drapeaux israéliens s’étaient rassemblés sur une place du centre de Montréal pour exprimer leur solidarité avec Israël.

Mais la manifestation, qui avait débuté dans le calme, a dégénéré avec l’arrivée de manifestants pro-palestiniens qui a fait monter la tension entre les deux groupes.

La manifestation a alors été déclarée « illégale » par le Service de police de la ville de Montréal (SPVM). Des escouades de policiers anti-émeutes sont intervenues et ont utilisé des gaz lacrymogènes pour séparer et disperser les manifestants des deux groupes, a constaté un journaliste de l’AFP.

L’opération policière a continué une bonne partie de partie de l’après-midi à la poursuite de groupes de manifestants pro-palestiniens qui se dispersaient et se regroupaient dans des rues commerçantes du centre-ville fréquentées par de nombreux passants.

Plusieurs milliers de manifestants pro-palestiniens s’étaient rassemblés la veille sur la même place pour dénoncer la répression israélienne et les « crimes de guerre », commis par Israël à Gaza, selon les manifestants. D’autres s’étaient aussi déroulées samedi dans plusieurs villes canadiennes, dont Toronto, Ottawa et Vancouver.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a condamné dimanche la violence et les propos antisémites ou islamophobes ayant marqué plusieurs manifestations ce week-end au Canada, notamment à Montréal où des affrontements ont éclaté entre manifestants pro-palestiniens et pro-israéliens.

Tout en insistant sur « le droit de se réunir pacifiquement et de s’exprimer librement au Canada », M. Trudeau a souligné dans un tweet qu’il n’était pas question de tolérer « l’antisémitisme, l’islamophobie et la haine ».

Le Premier ministre a « fermement condamné les propos et la violence méprisables dont on a été témoins lors des manifestations » du week-end.

La mairesse de Montréal Valérie Plante a également réagi aux affrontements de l’après-midi dans sa ville, soulignant sur son compte Twitter que si « manifester est un droit », « l’intolérance, la violence et l’antisémitisme n’ont pas de place chez nous », et que « Montréal est une ville de paix ».

La Fédération du Conseil de la justice administrative et le Centre consultatif des relations juives et israéliennes ont dénoncé les actes haineux et violents visant les Montréalais juifs au cours des 24 dernières heures.

« La Fédération CJA et le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) condamnent dans les termes les plus forts ces actes d’agression, d’intimidation et de haine visant des membres de la communauté juive de Montréal et des partisans d’Israël. Il n’y a absolument aucune justification à la violence au Québec, quelle que soit la cause que l’on défend, » ont-ils affirmé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...