Élections : Le syndicat des diplomates retient les votes par procuration
Rechercher

Élections : Le syndicat des diplomates retient les votes par procuration

Les bulletins de vote scellés sont censés être acheminés à Jérusalem, mais un conflit d'ordre fiscal avec le ministère des Finances pourrait compliquer les choses

Anat Amichai, l'épouse du chef de la sécurité de l'ambassade israélienne de Wellington, Nouvelle-Zélande, dépose le premier bulletin de vote des élections pour la 21e Knesset, dans le cadre du vote anticipé permis aux diplomates et à leur famille, le 28 mars 2019. (Crédit : ministère israélien des Affaires étrangères)
Anat Amichai, l'épouse du chef de la sécurité de l'ambassade israélienne de Wellington, Nouvelle-Zélande, dépose le premier bulletin de vote des élections pour la 21e Knesset, dans le cadre du vote anticipé permis aux diplomates et à leur famille, le 28 mars 2019. (Crédit : ministère israélien des Affaires étrangères)

Le syndicat représentant les diplomates israéliens refuse d’envoyer les bulletins de vote de l’élection du 9 avril, en raison d’un conflit avec le ministère des Finances.

Les bulletins scellés étaient censés être acheminés par valise diplomatique à la Knesset à Jérusalem, où ils seront conservés dans un coffre-fort jusqu’au jour de l’élection, où ils seront dépouillés.

D’après le syndicat, les bulletins doivent être conservés dans une pièce surveillée et close par une clé elle-même dissimulée.

Israël ne permet pas le vote par procuration, sauf dans le cas des émissaires officiels de l’Etat ou d’institutions pré-Etat relevant de l’Organisation sioniste mondiale.

Au total, 5 137 Israéliens vivant à l’étranger sont concernés et se sont exprimés dans les urnes installées dans les quelque 100 consulats et ambassades dans le monde la semaine dernière. Le scrutin par procuration sera clos vendredi 5 avril.

Le conflit avait éclaté en février lorsque le ministère des Finances avait exigé que les budgets attribués aux diplomates pour organiser des réceptions chez eux soient comptabilisés comme des revenus imposables, faisant accroître de facto les impôts sur le revenu des émissaires israéliens pour une activité que le syndicat des diplomates qualifie d’indispensable à leur travail.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...