Emeutes à la frontière de Gaza pour la seconde nuit consécutive
Rechercher

Emeutes à la frontière de Gaza pour la seconde nuit consécutive

300 Gazaouis ont jeté des pierres et des cocktails Molotov aux soldats israéliens qui ont répondu par des gaz lacrymogènes et des tirs à balles réelles

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un manifestant palestinien grimpe sur une clôture au cours d'une manifestation nocturne le long de la frontière entre Israël et Gaza parmi les fumées des pneus brûlés et les gaz lacrymogènes, le 14 septembre 2018 (Crédit :  / AFP PHOTO / Said KHATIB)
Un manifestant palestinien grimpe sur une clôture au cours d'une manifestation nocturne le long de la frontière entre Israël et Gaza parmi les fumées des pneus brûlés et les gaz lacrymogènes, le 14 septembre 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / Said KHATIB)

Des centaines de Palestiniens se sont rassemblés le long de la barrière de sécurité, dans la nuit de dimanche, lançant des pierres et des cocktails Molotov sur les soldats israéliens placés de l’autre côté, selon l’armée israélienne.

En réponse, les soldats ont utilisé des gaz lacrymogènes en direction des émeutiers et ont tiré à balles réelles « conformément aux règles de l’engagement », a expliqué un porte-parole de l’armée.

Selon les militaires, environ 300 Palestiniens au total ont participé à ces manifestations violentes, réparties sur trois zones. Ils ont jeté des pierres, des cocktail Molotov et des feux d’artifice puissants en direction des soldats.

Aucun blessé ne serait à déplorer.

Des émeutes similaires auraient eu lieu le long de la clôture de sécurité de Gaza samedi soir, rassemblant 450 Palestiniens, a fait savoir l’armée.

Trois grenades et des bombes artisanales ont été lancées aux soldats israéliens durant ces manifestations. L’armée israélienne a riposté en utilisant des gaz lacrymogènes et des balles réelles.

Là non plus, il n’y aurait pas eu de blessés.

Les manifestants palestiniens observent les gaz lacrymogènes lancés par les forces israéliennes à travers la fumée noire des pneus brûlés au cours d’une manifestation le long de la barrière de sécurité à l’est de Gaza City, le 14 septembre 2018 (Crédit : AFP PHOTO / SAID KHATIB)

Les affrontements en cours sur la frontière qui, selon Israël, sont orchestrés par le Hamas, ont compris des attaques régulières à l’aide de jets de pierre et de cocktails Molotov sur les soldats, ainsi que des fusillades et des attaques improvisées à l’explosif visant les forces israéliennes. Il y a également eu des tentatives visant à ouvrir des brèches dans la clôture frontalière.

Les manifestants de Gaza ont également lancé des ballons et des cerfs-volants incendiaires vers le territoire israélien, déclenchant des incendies qui ont détruit les forêts, brûlé les récoltes et tué le bétail.

Dimanche, l’armée a également fait savoir qu’elle menait des recherches pour retrouver un possible drone qui aurait été lancé depuis Gaza en Israël il y a quelques jours, a fait savoir la chaîne Hadashot. Les militaires craignent que le drone n’ait été envoyé pour entraîner des dégâts en s’écrasant contre la population ou les structures, selon le communiqué.

Vendredi, 12 000 Palestiniens ont participé à des manifestations hebdomadaires le long de la frontière. L’armée a annoncé que les émeutiers avaient fait brûler des pneus et jeté des pierres aux soldats israéliens, qui ont répondu conformément aux règles de tirs.

Lors de plusieurs incidents, des grenades et des bombes ont été jetées sur les soldats. Un obus issu d’une bombe artisanale a légèrement blessé un agent de l’armée israélienne qui a été pris en charge sur les lieux. En riposte, ont déclaré les militaires, un avion et un tank ont frappé deux positions du Hamas.

Israël note que ses actions – et l’usage de balles réelles en particulier – sont nécessaires pour défendre la frontière et bloquer les infiltrations depuis le territoire de Gaza. L’Etat juif accuse le groupe terroriste du Hamas d’encourager le mouvement de protestation et de l’utiliser pour commettre des attentats terroristes, notamment en ouvrant le feu sur les soldats et en tentant d’ouvrir des brèches à la frontière.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...