Rechercher

En Jordanie, TechWorks concrétise les idées de jeunes créateurs

La plateforme souhaite rassembler les jeunes, les idées et les ressources pour renforcer les capacités d'innovation du royaume hachémite

Des personnes travaillent dans le laboratoire de fabrication numérique TechWorks à Amman, la capitale de la Jordanie, le 20 février 2022. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)
Des personnes travaillent dans le laboratoire de fabrication numérique TechWorks à Amman, la capitale de la Jordanie, le 20 février 2022. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

A l’ère du Covid, l’ingénieur en mécanique jordanien Saliba Taimeh s’est demandé comment traiter une surface contaminée au quotidien, comme les rampes d’escaliers mécaniques des centres commerciaux, aéroports ou gares.

Après avoir imaginé un système permettant de les stériliser à l’aide de rayons ultraviolets, il a rejoint TechWorks, plateforme créée en 2018 et équipée de technologies de pointe.

Unique en Jordanie et affiliée à une fondation créée par le prince héritier, Hussein ben Abdallah, cette plateforme souhaite rassembler les jeunes, les idées et les ressources pour renforcer les capacités d’innovation de ce pays du Moyen-Orient d’un peu plus de 10 millions d’habitants.

L’an passé, TechWorks a attiré une centaine de créateurs et de start-up, leur permettant de mettre au point rapidement des prototypes à faible coût. Elle prévoit d’ouvrir deux autres succursales en Jordanie et d’offrir des formations en technologie dans des écoles et des universités.

Saliba Taimeh, un ingénieur mécanique et inventeur jordanien de 39 ans, présente une démonstration de son dispositif de stérilisation par rayonnement ultraviolet lors d’une interview avec l’AFP au laboratoire de fabrication numérique TechWorks à Amman, la capitale de la Jordanie, le 20 février 2022. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

« Soutien »

C’est ainsi que M. Taimeh a créé un prototype d’une petite machine émettant des rayons ultraviolets, qui permet de détruire différents virus et bactéries présents sur des rampes d’escalier.

La plateforme « m’a fourni tout le soutien, l’appui, les conseils et l’orientation » pour l’aider à perfectionner le dispositif de stérilisation, après 23 essais en près de deux ans, a-t-il déclaré.

Après avoir contacté plusieurs entreprises internationales, une société allemande spécialisée dans la sécurité sanitaire des lieux publics s’est engagée à fabriquer cette machine, appelée « Brigid Box ».

La réussite de M. Taimeh n’est pas un cas isolé. Un lycéen de 18 ans, Zain Abu Rumman, a lui mis au point la « SPS Watch », un système de suivi pour les personnes âgées ou en situation de handicap, qui se porte autour du cou ou au poignet.

Des personnes travaillent dans le laboratoire de fabrication numérique TechWorks à Amman, la capitale de la Jordanie, le 20 février 2022. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

L’appareil « envoie la géolocalisation à un proche en cas de problème » de la personne qui le porte, comme une chute ou une blessure, a expliqué à l’AFP M. Abu Rumman.

Il lui a fallu deux ans et demi pour le mettre au point et il a conclu un accord de production avec une entreprise chinoise.

Un autre créateur, Omar Khader, 26 ans, travaille pour « Jazri Studio », une entreprise de conception de produits industriels qui a mis au point une prise « intelligente » pour protéger les enfants des chocs électriques: « TechWorks dispose d’équipements, d’ingénieurs et de techniciens spécialisés qui nous aident à transformer nos idées en produits performants », a-t-il dit.

Deux femmes travaillent dans le laboratoire de fabrication numérique TechWorks à Amman, la capitale de la Jordanie, le 20 février 2022. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

Une centaine de start-up

D’autres créateurs, comme Malik Nour, ingénieur civil de 32 ans, ont encore un long et coûteux chemin à parcourir pour perfectionner leurs produits.

M. Nour est à l’origine du « triangle Pikler », un jouet pour enfants présenté comme sûr et respectueux de l’environnement. Il espère convaincre le géant suédois de l’ameublement Ikea de référencer les produits qu’il vend déjà sur les réseaux sociaux à des clients en Jordanie, en Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis.

TechWorks est décrite par son directeur général, Ismail Hakki, comme « une usine à création » ouverte aux étudiants et entrepreneurs. « C’est un environnement créatif qui offre toutes les ressources nécessaires pour soutenir les jeunes et leur permettre de concrétiser une simple idée en un véritable produit », explique-t-il à l’AFP.

Les portes de cette usine, FabLab, sont « ouvertes à tous ». Elle fournit également des services aux médecins et aux hôpitaux dans les domaines de la chirurgie maxilo-faciale, de la dentisterie numérique, des masques et de la stérilisation.

Des personnes sont assises dans le laboratoire de fabrication numérique TechWorks à Amman, la capitale de la Jordanie, le 20 février 2022. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

A la demande d’un médecin, FabLab a transformé la radiographie de la poitrine d’un patient atteint d’une tumeur maligne proche du cœur en un modèle tridimensionnel de la poitrine du patient, facilitant ainsi l’opération.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...