Explosion meurtrière à Téhéran : 4 personnes interrogées
Rechercher

Explosion meurtrière à Téhéran : 4 personnes interrogées

Selon le dernier bilan de l'incendie survenu mardi soir dans une clinique de Téhéran, 19 personnes, dont 15 femmes, ont été tuées

Le personnel iranien de sécurité et de sauvetage sur le site d'une explosion au centre de santé de Sina At'har, dans le quartier de Tajrish, dans le nord de la capitale, Téhéran, le 1er juillet 2020. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)
Le personnel iranien de sécurité et de sauvetage sur le site d'une explosion au centre de santé de Sina At'har, dans le quartier de Tajrish, dans le nord de la capitale, Téhéran, le 1er juillet 2020. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

La police iranienne « interroge quatre personnes » mercredi dans le cadre d’une enquête sur la puissante explosion qui a fait 19 morts mardi soir dans une clinique de Téhéran, selon le site officiel de la télévision d’Etat.

« La police interroge quatre personnes et enquête sur elles », écrit Iribnews, le site internet de l’audiovisuel public, citant le général Hamid Hadavand, adjoint au chef de la police de la capitale.

Parmi ces personnes figurent le directeur général de la clinique Athar Sina et trois autres responsables de ce centre de santé du nord de Téhéran, détruit mardi soir par une violente explosion.

Selon le dernier bilan des secours, 19 personnes, dont 15 femmes, ont été tuées dans ce drame.

Les premiers secours recherchent des survivants sur les lieux d’une explosion au centre de santé de Sina Athar dans le nord de la capitale iranienne, Téhéran, le 30 juin 2020. (Crédit : AMIR KHOLOUSI / ISNA / AFP)

Cité mercredi matin par l’agence Fars, le général Hossein Rahimi, chef de la police de Téhéran, a nié que l’accident ait pu être causé par un « sabotage ».

« Ce sont des rumeurs », a assuré l’officier, ajoutant que le drame était le résultat d’un « feu (s’étant déclaré) dans ce centre privé » de santé.

L’origine du sinistre reste toutefois à déterminer et le président Hassan Rouhani, dans un message de condoléances aux familles des victimes, a demandé aux « autorités concernées » de faire toute la lumière « sur la cause de l’accident ».

L’explosion dans un centre de santé à Téhéran, en Iran, le 30 juin 2020. (Capture d’écran Twitter)

Selon le porte-parole des pompiers de Téhéran, Jalal Maléki, l’explosion, qui a endommagé des bâtiments alentours, s’est produite lorsque l’incendie a gagné des bombonnes de gaz stockées dans le sous-sol de la clinique.

Cité par l’agence officielle Irna, le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi a nié des rumeurs ayant circulé sur les réseaux sociaux sur « la présence de matières radioactives » dans le bâtiment.

« La clinique Sina Athar n’était pas un centre de médecine nucléaire » mais « un centre dentaire et de radiologie », a-t-il déclaré.

Les premiers secours emportent une femme en fauteuil roulant sur les lieux d’une explosion au centre de santé de Sina Athar dans le nord de la capitale iranienne, Téhéran, le 30 juin 2020. (Crédit : AMIR KHOLOUSI / ISNA / AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...