Fermeture d’une école à Jérusalem-Est accusée d’enseigner l’idéologie du Hamas
Rechercher

Fermeture d’une école à Jérusalem-Est accusée d’enseigner l’idéologie du Hamas

Le ministère de l'Éducation israélien affirme que l’école élémentaire du quartier de Sur Baher est dirigée par le groupe terroriste palestinien

Des élèves des écoles palestiniennes prennent part à une marche militaire organisée par le Hamas dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 février 2014 (Crédit photo: Abed Rahim Khatib / Flash90)
Des élèves des écoles palestiniennes prennent part à une marche militaire organisée par le Hamas dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 février 2014 (Crédit photo: Abed Rahim Khatib / Flash90)

La police israélienne a annoncé jeudi avoir fait fermer une école palestinienne privée de Jérusalem-Est, accusant ses responsables d’appartenance au groupe terroriste du Hamas.

L’école al-Nukhaba (« l’Elite » en arabe), dans le quartier de Sur Baher, était déjà sous le coup d’un ordre de fermeture du ministère israélien de l’Education, entériné par un tribunal. Mais son directeur l’a rouverte sans autorisation, a affirmé dans un communiqué la porte-parole de la police israélienne, Louba Samri.

Cet ordre de fermeture a été pris suite à une enquête menée par le ministère de l’Education, la police de Jérusalem et le Shin Bet.

Des responsables de l’école sont des « éléments du Hamas », a accusé la porte-parole.

Les autorités ont affirmé que l’école a été établie par le Hamas dans le but d’enseigner du « contenu qui ébranle la souveraineté d’Israël ».

Les buts de l’enseignement de l’école seraient cohérents avec l’idéologie de l’organisation terroriste, qui appelle à la destruction d’Israël, selon le ministère de l’Education.

« Chaque cas d’incitation [à la haine] sera traité et continuera à être traité avec une sévérité maximale », a déclaré le ministre de l’Education, Naftali Bennett. « Les écoles de Jérusalem-Est qui choisissent de suivre le programme [israélien] obtiennent tous les outils pour réussir alors que celles qui choisissent l’incitation [à la haine] seront fermées ».

Les Juifs et les Palestiniens étudient dans des systèmes d’écoles séparés à Jérusalem. Les écoles palestiniennes sont soit dirigés par le conseil municipal ou des entités privées.

Le ministère de l’Éducation a ordonné à l’école de ne pas ouvrir en septembre mais quand elle a ouvert à nouveau, il a émis l’ordre de fermeture.

Le directeur de l’école, dont le nom n’a pas été communiqué, a été interrogé par la police. Il a été ensuite libéré et placé sous contrôle judiciaire, a encore précisé Mme Samri. D’autres membres du personnel pourraient être interrogés, a-t-elle ajouté.

Sur sa page Facebook, l’école qui dit accueillir plus de 250 élèves, a publié un communiqué dénonçant une « décision barbare et inopinée » qui est le signe d’une « attaque féroce » des services de renseignement israéliens à partir d’accusations sans fondement ».

« Nous allons nous battre jusqu’au bout pour défendre l’établissement qui a obtenu toutes les autorisations au début de l’année scolaire », affirme encore la direction de l’école.

L’administration de l’école avait intenté une action en justice pour que la décision soit annulée, mais le tribunal de première instance de Jérusalem a rejeté la requête et sa décision a été confirmée par la Cour suprême, citant l’échec de l’école à obtenir une autorisation comme étant l’une des raisons de se ranger du côté du ministère.

Une vue du village arabe de Tsur Baher de l'une des principales rues menant sur Armon Hanatziv (Crédit : Hadas Parush / flash 90)
Une vue du village arabe de Tsur Baher de l’une des principales rues menant sur Armon Hanatziv (Crédit : Hadas Parush / flash 90)

Les Palestiniens de Jérusalem-Est affirment régulièrement que la ville les discrimine en ne versant pas les fonds et en bloquant les services municipaux.

Selon le quotidien Haaretz, les écoles palestiniennes de Jérusalem-Est ont reçu moins de la moitié des fonds comparé à ce que la municipalité de Jérusalem a transférés aux écoles juives à l’ouest de Jérusalem en 2016.

La municipalité a déclaré que les chiffres du journal étaient faux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...