Fêter le solstice d’été, avec les néo-nazis autrichiens
Rechercher

Fêter le solstice d’été, avec les néo-nazis autrichiens

Le rituel d'origine païen qui s'est déroulé dans la campane viennoise a attiré de nombreuses corporations étudiantes proches des milieux néo-nazis

Le candidat à la présidentielle du Parti Liberté autrichien (FPO) d'extrême-droite, Norbert Hofer, le 20 mai 2016. (Crédit : Joe Klamar/AFP)
Le candidat à la présidentielle du Parti Liberté autrichien (FPO) d'extrême-droite, Norbert Hofer, le 20 mai 2016. (Crédit : Joe Klamar/AFP)

Un journaliste du Journal du dimanche s’est immiscé au milieu d’une cérémonie païenne dominée par la présence « des membres de corporations étudiantes pangermanistes connues pour leurs liens avec les milieux néo-nazis ».

Bûcher à la belle étoile, tenue folklorique autrichienne (les fameuses culottes de cuir), le décor est planté pour cette cérémonie fêtant le jour le plus long de l’année.

« Heil Deutschland » salue Alexander Pawkowicz, « membre de la corporation Aldania et chef de groupe FPÖ au conseil municipal du 12e arrondissement de la capitale » en s’adressant aux étudiants que le feu éclaire.

« Regardons le feu et pensons à nos ancêtres. Ce qu’il y a de plus cher, c’est le peuple et ce qui est le plus cher au peuple, c’est le Reich. » Les références sont à peine voilées.

L’absence de processus de dénazification de l’Autriche, et le manque d’énergie à poursuivre les anciens responsables nazis locaux a souvent attiré au pays de naissance d’Adolf Hitler les plus vives critiques.

« Malgré le fait qu’Hitler fût Autrichien, et qu’un grand nombre d’Autrichiens se trouvaient dans son entourage, l’Autriche se considère toujours comme une victime du nazisme, explique Corinne Defrance dans la préface de La dénazification de l’Autriche par la France. Or, le national-socialisme y a pourtant rencontré un certain succès ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...