Feu vert pour une « réforme meilleure et plus importante » de l’électricité
Rechercher

Feu vert pour une « réforme meilleure et plus importante » de l’électricité

Le cabinet a soutenu la réforme à l'unanimité ; elle coûtera sept milliards de shekels sur dix ans et verra la main-d'oeuvre réduite de 25 % sur huit ans

Une centrale électrique d'Israël Electric Corporation située sur la côte méditerranéenne à Hadera, Israël (Crédit : Yossi Zamir / Flash90)
Une centrale électrique d'Israël Electric Corporation située sur la côte méditerranéenne à Hadera, Israël (Crédit : Yossi Zamir / Flash90)

Le gouvernement a approuvé dimanche à l’unanimité une réforme « historique » très attendue de la compagnie d’électricité israélienne, fournisseur national, pour tenter d’augmenter la concurrence sur le marché local et créer un service simplifié et plus efficace.

« La réforme amène en Israël cette nouvelle socio-économique d’une ouverture à la concurrence avec toutes ses implications », a commenté dans un communiqué le ministre des Finances Moshe Kahlon.

La réforme, qui est en gestation depuis 22 ans, a été bloquée au cours des années par les demandes syndicales portant sur le sort réservé aux employés. Elle a pour objectif de briser le statut de quasi-monopole de la compagnie d’électricité sur la production. Un accord entre le ministère des Finances et les employés avait été trouvé au mois de décembre 2017 et il a été accepté par l’entreprise le mois dernier, ouvrant la voie à son approbation.

Cette réforme a un coût estimé à environ sept milliards de shekels sur dix ans. La loi sur le secteur de l’électricité devra être amendée à la Knesset pour ancrer les nouveaux principes qui ont été adoptés dans la législation.

Le plan prévoit que la compagnie d’électricité réduira sa main-d’oeuvre d’environ 25 % au cours des huit prochaines années à environ 9 000 employés – 6 400 d’entre eux à durée déterminée, a fait savoir l’entreprise.

Les autres occuperont des rôles alternatifs dans de nouvelles corporations gouvernementales qui seront établies dans le cadre de la réforme.

La réforme ouvrira le secteur de l’électricité à la concurrence avec l’arrivée de producteurs privés et elle stimulera le profil financier de l’entreprise, a dit le communiqué.

Au cours des cinq prochaines années, la compagnie va vendre 19 centrales au gaz – à Eshkol, Reading, Alon Tavor, Ramat Hovav et la partie orientale du site de Hagit – à des tiers pour tenter de stimuler la concurrence dans la fourniture électrique. Elle construira également deux nouvelles turbines électriques à cycle combiné fonctionnant au gaz naturel.

Dans le cadre de la réforme, le bureau de la compagnie électrique israélienne établira un modèle financier avec des cibles à atteindre. L’équipe de management sera contrôlée pour leur bonne mise en oeuvre.

« La réforme ouvre la voie à la création d’un secteur de l’électricité efficace, compétitif et moderne à l’avenir », a déclaré le ministre de l’Energie Yuval Steinitz dans son communiqué. « C’est la plus importante, la plus complète et la meilleure réforme réalisée dans les compagnies du gouvernement ».

Les gouvernements israéliens successifs avaient travaillé sur la réforme depuis 1996 sans aucun progrès en raison de la puissance du syndicat de l’entreprise. Un accord avait été presque signé en 2014 mais il avait été abandonné à la dernière minute après une volte-face des employés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...