Fin du conflit social chez El Al
Rechercher

Fin du conflit social chez El Al

Les heures de formation et les droits à la retraite ont été revus dans un accord signé après une nuit de négociation

Un avion de la compagnie aérienne El Al. Illustration. (Crédit : Flash90)
Un avion de la compagnie aérienne El Al. Illustration. (Crédit : Flash90)

Un conflit social entre les pilotes et la direction de la compagnie aérienne El Al a pris fin jeudi matin, après la réussite de négociations ordonnées par un tribunal.

Après des négociations qui ont duré toute la nuit, les parties ont conclu un accord couvrant la formation et les retraites. Ils peaufineront les détails dans une réunion qui aura lieu jeudi, a déclaré le médiateur Avi Nissenkorn, qui dirige la Histadrout, syndicat des travailleurs.

Le conflit social a entraîné des difficultés pour la compagnie aérienne et les passagers, les avions restant cloués au sol en raison de la grève des pilotes.

Mercredi, un tribunal du travail avait dû repousser cette décision à samedi, et avait exigé que des négociations soient organisées entre les deux parties.

Avi Nissenkorn, président de la Histadrout, à Jérusalem, le 7 octobre 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Avi Nissenkorn, président de la Histadrout, à Jérusalem, le 7 octobre 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Nissenkorn a déclaré jeudi à la radio publique israélienne que le nouvel accord couvrait la durée que les pilotes de formation s’engageaient à effectuer, ainsi que leurs droits à la retraite, qui étaient le point de friction principal du conflit.

Le syndicat des pilotes a déclaré qu’il « applaudissait les accords signés pour mettre fin aux dommages causés aux voyageurs et aux employés », selon la Dixième chaîne.

« Un accord du même esprit aurait pu être conclu il y a longtemps », ont ajouté les pilotes.

Le conflit principal entre les pilotes et la direction portait sur les dédommagements versés aux pilotes âgés de 65 à 67 ans, trop âgés pour effectuer des vols internationaux selon les directives internationales, mais trop jeunes pour toucher leur retraite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...