Gantz fustige Netanyahu, absent lors du débat sur Gaza, puis quitte la Knesset
Rechercher

Gantz fustige Netanyahu, absent lors du débat sur Gaza, puis quitte la Knesset

Le chef de Kakhol lavan clame que le Premier ministre "fuit la réalité", quittant la Knesset au moment du discours de Bennett, qui lui rétorque que "c'est Benny Gantz qui a fui"

Benny Gantz s'exprime au cours d'un débat à la Knesset sur les escalades récentes de violence à Gaza, le 10 février 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Benny Gantz s'exprime au cours d'un débat à la Knesset sur les escalades récentes de violence à Gaza, le 10 février 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le président de l’alliance Kakhol lavan Benny Gantz a critiqué dimanche Benjamin Netanyahu pour la réponse apportée par son gouvernement aux violences récentes émanant de la bande de Gaza, disant que l’absence du Premier ministre lors d’un débat à la Knesset sur le sujet était une « analogie de sa gouvernance actuelle ».

Après avoir prononcé un discours brûlant dans lequel il a accusé Netanyahu « de fuir la réalité », Gantz lui-même a quitté la salle de la séance plénière du Parlement israélien aux côtés de l’ensemble de sa faction alors que le ministre de la Défense montait à la tribune pour apporter sa réponse.

« C’est Benny Gantz qui fuit aujourd’hui », a commenté Bennett, qualifiant le départ du député centriste « d’incroyable ».

L’intéressé a indiqué que lui et les membres de sa formation avaient quitté leurs sièges pour se rendre dans le sud d’Israël, en signe de solidarité avec les résidents pris d’assaut par les roquettes.

Il y a eu, ces quinze derniers jours, des attaques à la roquette et au mortier quasi-quotidiennes depuis la bande de Gaza. Les terroristes ont également lancé des dizaines de dispositifs explosifs attachés reliés à des ballons à l’hélium vers le sud d’Israël.

Dans son discours, Gantz – ex-chef d’État-major de l’armée israélienne qui avait supervisé la guerre de 2014 à Gaza – a déclaré que les habitants du sud en étaient réduits « à rêver au calme, alors que vous, Netanyahu, ignorez la réalité. Elle ne vous intéresse pas. Elle vous ennuie ».

Par ces propos, Gantz faisait référence à un incident au cours duquel le Premier ministre avait qualifié « d’ennuyeuse » une femme qui avait interrompu son discours pour protester contre la fermeture d’un hôpital local du nord d’Israël.

« Vous ne vous êtes même pas préoccupé de rencontrer les chefs des autorités et des conseils locaux qui sont pris pour cible en permanence par les bombes, vous avez seulement vu ceux qui sont affiliés au Likud », a continué Gantz, évoquant la visite du Premier ministre la semaine dernière dans le sud d’Israël.

« Netanyahu ne se préoccupe que de lui-même et pas des citoyens israéliens », a-t-il dit, accusant le Premier ministre de n’agir que dans son intérêt politique et juridique personnel.

Le débat, sous la forme d’une discussion consacrée sur le « terrorisme incessant en provenance de la bande de Gaza », avait été organisé à l’initiative de Kakhol lavan qui était parvenu à rassembler suffisamment de signatures pour réunir une séance plénière d’urgence.

Mais tandis que tout et quelques députés de l’opposition se trouvaient dans l’assistance, Bennett était le seul représentant des partis membres du gouvernement.

« Parce qu’une majorité écrasante de membres de la Knesset ont dénigré cette réunion importante et qu’ils ne sont pas arrivés, avec à leur tête le Premier ministre, les membres de la faction Kakhol lavan et moi-même allons quitter la plénière pour nous rendre dans le sud du pays », a conclu Gantz, « et j’invite tous les autres membres du Parlement intéressés à l’idée de nous rejoindre à continuer cette rencontre dans le sud du pays ».

Les membres du parti Kakhol lavan quittent la salle de plénière durant un débat à la Knesset consacré à la récente escalade à Gaza, le 10 février 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Montant à la tribune alors que Gantz et les membres de sa faction quittaient la salle, Bennett a accusé l’ex-chef d’état-major d’être responsable de la situation à Gaza.

« C’est Benny Gantz qui fuit aujourd’hui la Knesset, comme ça. Il n’a pas été capable d’affronter le ministre de la Défense dans un débat que son mouvement avait lui-même initié. Ce qui montre que les membres de Kakhol lavan sont tout simplement incapables de participer à un débat substantiel », a dénoncé le ministre.

« Ils ne veulent pas de ce débat parce que c’est eux, Gantz et [le numéro trois de Kakhol lavan Moshe] Yaalon qui ont échoué à s’attaquer aux tunnels pendant l’opération Bordure protectrice, qui ont échoué à gérer l’opération qui a duré 50 jours et qui ont permis, avant tout, au Hamas de prospérer », a-t-il ajouté.

Pendant tous les combats qui ont marqué l’Opération bordure protectrice, celui qui était alors ministre de l’Éducation et membre du cabinet de sécurité, avait âprement critiqué Netanyahu, le ministre de la Défense de l’époque, Moshe Yaalon, et le chef d’état-major Benny Gantz pour leur gestion du conflit.

Bennett s’est présenté comme le seul ministre à avoir tiré la sonnette d’alarme concernant la menace que représentaient les tunnels du Hamas en 2014, clamant que ses mises en garde n’avaient pas été entendues.

« Quand je vous ai combattus, que j’ai combattu Bogie [Yaalon] et Gantz, vous avez hésité, vous avez bégayé, vous ne saviez pas quoi faire et vous aviez peur, vous avez fui et moi, je me suis occupé de tout ça », a affirmé Bennett lundi. « Et aujourd’hui, voilà qu’ils fuient une nouvelle fois ».

Le ministre de la Défense Naftali Bennett pendant un débat, à la Knesset, sur les escalades récentes de violence à Gaza, le 10 février 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ce débat a eu lieu quelques heures après des frappes israéliennes contre plusieurs cibles de la bande de Gaza, des attaques qui ont suivi le lancement d’une roquette vers Israël par les groupes terroristes.

L’armée israélienne a indiqué que les avions de guerre avaient frappé plusieurs cibles appartenant au groupe terroriste du Hamas, dans le sud de l’enclave côtière, et notamment « un camp d’entraînement et des infrastructures militaires ». Selon des informations palestiniennes, l’aviation militaire a frappé un site situé aux abords de la plage de Khan Younès, dans le sud de Gaza, et une base du Hamas à Deir el Balah, dans le centre de la bande.

Ces attaques ont eu lieu après que les sirènes d’alerte à la roquette ont envoyé des milliers d’Israéliens dans les abris antiaériens de la ville de Sdérot, dans le sud du pays, et dans les zones environnantes, dimanche soir.

Dimanche, Bennett et Netanyahu ont promis des représailles militaires dures si les attaques de la bande de Gaza devaient continuer.

« Je veux que ce soit clair : nous n’accepterons aucune agression depuis Gaza. Il y a seulement quelques semaines, nous avons éliminé le plus haut commandant du Jihad islamique à Gaza, et je suggère au Hamas et au Jihad islamique de se rafraîchir la mémoire », a mis en garde Netanyahu lors de l’ouverture de la réunion hebdomadaire du cabinet dimanche.

« Je ne vais pas faire part dans les détails de toutes nos actions et de tous nos projets devant les médias, mais nous sommes prêts à entreprendre une action écrasante contre les groupes terroristes de Gaza. Nos actions sont puissantes, elles ne sont pas encore terminées – c’est un euphémisme », s’est exclamé Netanyahu.

Bennett a émis un avertissement similaire aux leaders du Hamas à Gaza, mettant en garde contre le fait que l’État juif « entreprendrait des actions létales à leur encontre » si leur « comportement irresponsable » ne cessait pas.

« Nous n’annoncerons pas quand ni où. Cette action sera très différente de celles qui ont pu être entreprises dans le passé. Personne ne sera épargné. Le Hamas a le choix : celui de la vie et de la prospérité économique ou celui du terrorisme et d’un prix à payer qui sera insoutenable. Ce sont leurs actions qui le détermineront », a-t-il continué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...